Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiques en création

 | 
Philippe Albèra

Réponses

Sylvano Bussotti

Traduction de Vivianna Aliberti

Texte intégral

Le compositeur

1Un développement lent et graduel - “normal”, voudrions-nous pouvoir dire. Il y a eu sans aucun doute des découvertes et des influences ; des circonstances extérieures très importantes, exception faite des derniers mois de la dernière grande guerre - 1945 - qui, me contraignant à interrompre mes études au Conservatoire de Florence, m en libérèrent définitivement. L’avenir suivra graduellement ; lentement, espérons-le, par le même chemin.

Le sérialisme

2Nous savons aujourd’hui comment le sérialisme a rompu avec le passé de façon bien moins radicale qu’il n’y pouvait paraître. Sa force technique, conceptuelle, voire peut-être aussi sa force extatique, proviennent justement de ce fait spécifique. Si, aujourd’hui, un travail de réflexion théorique approfondi semble faire défaut, il s’agit d’une faiblesse générale, qui ne concerne pas seulement l’expérience sérielle.

Le concept de musique pure

3La musique ne peut certes se targuer d’aucun privilège par rapport aux autres disciplines artistiques. Dans les arts, la contamination est un fait établi - mieux, une nécessité vieille presque d’un siècle. Tant pis pour ces musiciens aveugles et illettrés qui, inexorablement, sont condamnés à finir sourds. Pour le reste, la question ne fait que rebondir depuis des temps bien plus anciens jusqu’à nous, et elle est destinée à se répercuter à perpétuité dans le futur. Se référer à tel ou tel modèle qui nous est contemporain n’a donc guère de sens : ce qui paraît bien plutôt nécessaire, c’est la connaissance la plus large possible - et mise à jour - des artistes et des diciplines de tout temps et de tout lieu.

Fonction de la musique d’aujourd’hui

4Question oiseuse, trompeuse ; liquidée depuis longtemps avec fermeté et autorité, et pourtant toujours prête à se représenter avec pétulance et une bonne dose d’hypocrisie culturelle. Sans parler du soi-disant rôle social de l’apprentissage musical. Dans la société d’aujourd’hui comme dans toute société, la musique doit être enseignée et apprise.

Technique et pensée musicale

5Ce n’est certainement pas la technologie qui imposera des changements radicaux de la pensée et de la pratique musicales, quel que soit son degré de définition ou de délire. L’humaine faculté d’invention ne dira jamais que les seuls mots capables de sens et d’accomplissement nécessaire. L’évolution des systèmes musicaux a toutes les chances de s’avérer beaucoup plus riche que ne le tolère l’ignorance générale. Et cela vaut également pour toute matière, et pour toutes les formes possibles de communication. Ce qui demeure indispensable, ce n’est pas tant l’ordinateur ou toute autre petite “machine célibataire”, mais l’originalité de la pensée même, non dissociée du travail manuel ; exercice obstiné et impondérable.

Musique contemporaine et institution

6Bien sûr, l’organisation de la vie musicale en vogue à l’heure actuelle paraît bien éloignée de la musique vivante. Il ne sont pas beaucoup, ceux qui ont la force nécessaire et le pouvoir de décision permettant de créer un contraste radical, comme il faudrait, par rapport à cette situation ; le défaut le plus voyant - souvent le plus scandaleux - se manifeste avec évidence au niveau de l’école.

Musique d’aujourd’hui et traditions

7On a toujours parlé de rupture entre les traditions et les musiques actuelles là ou c’est précisément le contraire qui est vrai. Les idiomes dit populaires, présents dans le monde sous leurs différents avatars dans des civilisations même très éloignées les unes des autres, concernent le langage musical dans son ensemble. L’incidence de tel ou tel trait idiomatique sur le style d’un compositeur, ou d’une de ses œuvres spécifique, peut avoir des conséquences infinies, propres à déboulonner la partialité de toute théorisation exclusive.

L’œuvre

8Une telle question ne devrait pas figurer dans un questionnaire (... questionnaire dont on devrait d’ailleurs franchement critiquer l’idée même !). Pareillement, il n’est dit nulle part qu’il doive forcément y avoir des “idées de départ” ou que l’on doive parvenir à leur “réalisation finale”. Nous supposons des parcours moins puérils et bien plus accidentés.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Éditions Contrechamps, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access