Avant-propos

Michel Guy

1Lorsque j'ai réfléchi à ce que le Festival d'Automne devait faire en cette année du bicentenaire de la Révolution Française, je suis rapidement arrivé à la conclusion qu'il fallait opter pour un programme de commandes et de créations : non seulement parce que cela représente le fondement même de ce festival, qui a été conçu dans l'esprit de susciter et de promouvoir des œuvres et des démarches nouvelles, mais aussi parce que l'idée est, comme celle de révolution, une idée dérangeante.

2Alors que le patrimoine constitue un facteur de rassemblement sur des valeurs communes, la création provoque des discussions, des dissensions, des questionnements, des prises de position ; elle mobilise notre imagination et notre subjectivité, elle nous engage totalement. A travers elle, c'est l'abord des valeurs que la collectivité n'a pas encore reconnues, ou retenues, mais qui orientent l'évolution future. Depuis l'ouverture en 1977 du Centre Georges Pompidou, lieu de création, de confrontation des idées et des sensibilités, on a cessé de ricaner sur l'art contemporain. Le Festival d'Automne est né, en 1972, d'une même exigence, et il répond aux mêmes besoins. Il faut, en effet, que la société moderne se reconnaisse et s'interroge à travers les images sans cesse changeantes que la création lui tend.

3Tel est le sens de la conception du programme musical 1989 du Festival d'Automne à Paris.

Auteur

Michel Guy