Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Biographies des interprètes cités par Wolf1

Mathilde Reichler

Texte intégral

  • 1 Les interprètes pour lesquels nous ne disposons d’aucune information ont été regroupés à la fin de (...)

1Aldighieri, Gollardo (1824-1906)

2Baryton italien. Il fit des études de chant et de pédagogie à Vérone et à Milan, et se produisit principalement sur les grandes scènes italiennes de son temps.

3Baer, Ludwig (1844-1900)

4Ténor très apprécié comme interprète de Wagner (Loge, Siegfried, Lohengrin), membre de l’Opéra de Darmstadt entre 1879 et 1896. Il avait commencé par être premier violon à l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig avant de développer sérieusement sa voix.

5Baier (ou Bayer), Ida (1856-1933)

6Alto, membre de l’Opéra de Vienne entre 1880 et 1906, sœur d’Anna Baier, chanteuse elle aussi.

7Baumann, Casper (1855-1925)

8Basse. Parmi ses rôles principaux, on compte Sarastro (La Flûte enchantée), Rocco (Fidelio) ou Hunding (La Walkyrie).

9Bimboni, Oreste (1846-1905)

10L’un des chefs d’orchestre italiens les plus importants de son époque. Il fit également une carrière en Angleterre et aux États-Unis.

11Braga-Jaef, Hermine (1859-?)

12Soprano, membre de l’Opéra de Vienne de 1878 à 1888 ; elle y avait débuté en Marguerite de Valois dans Les Huguenots de Meyerbeer. Elle se produisait aussi beaucoup en concert et en oratorio.

13Beck, Johann Nepomuk (1827-1904)

14Baryton, il fut membre entre 1853 et 1885 de l’Opéra de Vienne, où il était l’un des chanteurs les plus sollicités. On appréciait tout particulièrement sa voix puissante dans Mozart et dans Verdi. C’est lui qui avait chanté le rôle titre de Don Giovanni lors des fêtes d’inauguration du nouveau bâtiment de l’Opéra, sur la Ringstrasse, en 1869 (voir : Opéra de Vienne). Il fut aussi le premier Telramund lors de la création de Lohengrin à Weimar, sous la direction de Liszt en 1850.

15Bianchi, Charitas Bianca (Bertha Schwarz) (1858-1947)

16Soprano colorature, membre de l’Opéra de Vienne entre 1880 et 1887, puis professeur de chant à Munich et au Mozarteum de Salzbourg. Elle possédait une technique remarquable en particulier dans les coloratures, et fit une très belle carrière sur les scènes européennes. Ses rôles de prédilection comprenaient Lucia di Lammermoor de Donizetti et Martha de Flotow, dont Wolf rendit compte en déplorant la médiocrité de l’œuvre tout en rendant hommage à l’artiste qui l’interprétait (voir la critique du 7 février 1886, p. 216).

17Bötel, Heinrich (1854-1938)

18Ténor, actif principalement à Hambourg entre les années 1883 et 1903.

19Bülow, Hans von (1830-1894)

20Chef d’orchestre, pianiste et compositeur. Au piano, il fut l’élève de Friedrich Wieck (le père de Clara Schumann) et de Liszt, dont il épousera la fille, Cosima, en 1857. Bülow avait entrepris des études de droit qu’il abandonna sous la vive impression que lui fit la création de Lohengrin à Weimar en 1850, sous la direction de Liszt. Il rejoignit alors Wagner à Zurich, pour étudier auprès du maître. Dès 1853, après avoir pris des cours de piano avec Liszt, Bülow commença une brillante carrière de pianiste virtuose en effectuant une première tournée en Allemagne. Il s’établit à Berlin entre 1855 et 1864, années qui lui permirent de développer son talent de chef d’orchestre. En 1864, il fut nommé directeur artistique de l’Opéra de Munich, où il dirigea l’année suivante la création de Tristan et Iseult et des Maîtres chanteurs, à la plus grande satisfaction de Wagner. C’est toutefois avec ce dernier que Bülow eut des démêlés sentimentaux : en 1870, Cosima quitta son époux pour se marier avec l’auteur de Tristan. Bülow poursuivit sa carrière de chef d’orchestre à Londres et aux États-Unis. En 1880, il devint le chef attitré de l’Orchestre de la cour du Duc de Meiningen (voir : Chapelle symphonique de Meiningen), faisant de cet orchestre l’un des plus remarquables d’Europe. Richard Strauss, son protégé, lui succéda en 1885. Entre 1887 et 1893, il dirigea l’Orchestre Philharmonique de Berlin. Hans von Bülow fut aussi compositeur et éditeur. On lui doit des pièces pour piano et des œuvres orchestrales, ainsi que des éditions d’œuvres pour clavier de Bach, Scarlatti, Beethoven (les Sonates), Chopin et Weber.

21Bulss, Paul (1847-1902)

22Baryton allemand, membre de l’Opéra de Dresde, puis de Berlin. Actif sur toutes les grandes scènes européennes dans un répertoire très étendu, il était également un concertiste apprécié. Il fut le créateur, en 1893, de certains des lieder du Knaben Wunderhorn de Mahler à Hambourg.

23Cognetti, Luisa (?)

24Pianiste, probablement originaire de Naples.

25Dillner, Bertha von (1847-1916)

26Soprano, membre de l’Opéra de Vienne entre 1872 et 1885, elle avait débuté à Cologne et chanté à Prague. Elle interrompit sa carrière prématurément, minée par une trop grande nervosité.

27Dufriche, Eugène (1848-?)

28Baryton français. Eugène Dufriche chanta sur toutes les scènes européennes importantes, et termina sa carrière au Metropolitan de New York.

29Dürrnberger, Paula (1857-?)

30Pianiste et pédagogue, élève de Julius Epstein.

31Ehnn-Sand, Bertha (1847-1932)

32Soprano d’origine hongroise, Bertha Ehnn-Sand grandit et étudia le chant à Vienne. Elle fit ses débuts à Linz, puis se produisit notamment à Graz, Hanovre et Stuttgart. Elle dut rompre son contrat avec l’Opéra de cette dernière ville en payant une amende de 5 000 Gulden pour pouvoir intégrer la troupe de l’Opéra de Vienne en 1868. Elle y fit une brillante carrière jusqu’en 1885, date où elle quitta la scène. Son ambitus très large lui permettait d’interpréter des parties de soprano comme de mezzo-soprano.

33Felix, Benedikt (1860-1912)

34Baryton d’origine hongroise, membre de l’Opéra de Vienne entre 1883 et 1912. Il y tenait des rôles secondaires, ainsi que des rôles de basse bouffe. Il eut de gros différends avec Mahler lorsque celui-ci prit la tête de l’Opéra, mais resta tout de même attaché à cette institution jusqu’à sa mort.

35Fohström, Alma (1856-1936)

36Soprano originaire d’Helsinki. Après une formation à Saint-Pétersbourg, Milan et Paris, elle entreprit de longues tournées qui l’amenèrent jusqu’en Amérique du Sud. Elle obtint ses plus grands succès dans les années quatre-vingt-dix à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Elle enseigna dans cette dernière ville, ainsi qu’au Conservatoire d’Helsinki.

37Frei, Hanns (1862-?)

38Baryton.

39Friedheim, Arthur (1859-1932)

40Pianiste d’origine allemande, né à Saint-Pétersbourg. D’abord élève d’Anton Rubinstein, Arthur Friedheim, s’estimant en désaccord profond avec ce dernier, le quitta au bout d’une année. Il profitera alors de l’enseignement de Liszt pendant huit ans, devenant même le secrétaire particulier et l’ami du maître, et l’accompagnant à ce titre dans ses voyages entre Rome, Weimar et Bayreuth. Cette proximité avec Liszt fit d’Arthur Friedheim, aux yeux de la génération suivante, le spécialiste incontesté du compositeur hongrois. Après la mort de Liszt, Friedheim se mit à la direction d’orchestre et passa la fin de sa vie aux États-Unis. Il nous reste quelques fragments enregistrés de Friedheim, qui laissent deviner une technique parfaite. Friedheim, qui était aussi compositeur à ses heures, écrivit par ailleurs des transcriptions d’œuvres de Liszt. Il édita les œuvres complètes de Chopin et publia un livre sur Liszt, qui se proposait d’étudier la psychologie du maître.

41Fuchs, Johann Nepomuk (1842-1899)

42Chef d’orchestre, frère du compositeur Robert Fuchs, qui fut le professeur d’harmonie de Wolf et de Mahler au Conservatoire de Vienne, Johann Nepomuk fut aussi professeur de composition au Conservatoire dès 1888, puis directeur de cette institution en 1893, succédant à Joseph Hellmesberger. Dès 1880, Johann Fuchs dirigeait l’Opéra de Vienne, et y fut nommé « Vizekappellmeister » sous la direction de Wilhelm Jahn en 1884. C’est en cette qualité que Wolf dut s’adresser à lui pour lui présenter son opéra Der Corregidor.

43Gericke, Wilhelm (1845-1925)

44Chef d’orchestre et compositeur (sous le pseudonyme de Wenzel Ecker), Gericke fit ses études au Conservatoire de Vienne entre 1862 et 1865. Il fut le deuxième chef de l’Opéra de Vienne dès 1874, et le directeur de la Société des amis de la musique dès 1880. Il dirigeait aussi le Singverein de Vienne (ce que Brahms avait fait avant lui, de 1872 à 1875). Wolf regretta amèrement son départ, lorsqu’il fut nommé chef de l’Orchestre symphonique de Boston en 1884 (voir les critiques du 13 et du 27 avril 1884, p. 62-63). Gericke resta à Boston jusqu’en 1889, date où il revint s’établir à Vienne. Il y retrouva alors son poste à la Société des amis de la musique, mais termina sa carrière à Boston, avant de se retirer définitivement en 1906.

45Giuli-Borsi, Teresa (?)

46Mezzo-soprano.

47Götze, Emil (1856-1901)

48Ténor allemand. Il fit ses débuts à Dresde puis chanta à Cologne, avant de consacrer sa carrière presque exclusivement à des tournées européennes qui le menèrent jusqu’en Russie ; il y remportait toujours un grand succès. On le retrouve à Moscou en 1894 pour les fêtes de couronnement du tsar Nicolas II.

49Gritzinger, Leon (1852-1919)

50D’abord choriste, puis soliste à l’Opéra de Vienne entre 1884 et 1890 ; il y interprétait des rôles de ténor héroïque.

51Grün, Jakob (1837-1916)

52Konzertmeister à l’Opéra de Vienne entre 1868 et 1897, Jakob Grün était également professeur de violon au Conservatoire.

53Grünfeld, Alfred (1852-1924)

54Pianiste et compositeur autrichien, né à Prague.

55Hablawetz, August (1833-1892)

56Basse autrichienne, membre entre 1870 et 1892 de l’Opéra de Vienne où il assurait aussi bien des rôles sérieux que des rôles de basse bouffe. Il chanta notamment Hunding lors de la première viennoise de La Walkyrie en 1877. Hablawetz mena par ailleurs une importante carrière de concertiste.

57Hauser, Anna (1859-1907)

58Membre de la troupe de l’Opéra de Vienne entre 1879 et 1899, Anna Hauser interprétait la plupart du temps des rôles secondaires dans la tessiture de soprano ou de mezzo.

59Hellmesberger, Joseph, dit l’Aîné (1828-1893)

60Comme son père, Georg Hellmesberger (qui avait autrefois succédé à Schubert comme choriste à la Hofkapelle), Joseph était violoniste virtuose. À l’âge de dix-sept ans, il était déjà violon solo au sein de l’orchestre de l’Opéra de Vienne. Fondateur du Quatuor Hellmesberger en 1849, il y joua jusqu’en 1891. Il était une personnalité incontournable de la scène musicale viennoise, et était connu même pour sa manière de se vêtir « à l’ancienne », qui lui donnait une allure un peu excentrique. Joseph Hellmesberger fut directeur artistique et chef d’orchestre de la Société des amis de la musique entre 1851 et 1859 ; c’est sous son impulsion que cet orchestre devint un orchestre professionnel. Il fut également professeur de violon ainsi que directeur du Conservatoire de Vienne jusqu’en 1893. Enfin, pour couronner cette carrière pour le moins brillante, il fut nommé « Konzertmeister » à l’Opéra de Vienne dès 1860, puis « Hofkapellmeister » dans cette même institution dès 1877. Son fils, Joseph Hellmesberger junior (1855-1907), devint également violoniste, et s’illustra dans le domaine de la composition en écrivant de nombreuses opérettes. Il fut membre, avec son frère Ferdinand (violoncelliste, et plus tard chef d’orchestre) du Quatuor Hellmesberger, où il succéda à son père comme premier violon en 1891.

61Hellmesberger, Rosa (1857-?)

62Soprano, membre de l’Opéra de Vienne entre 1883 et 1889, fille de Georg Hellmesberger.

63Herbeck, Johann Ritter von (1831-1877)

64Chef d’orchestre et compositeur, Herbeck dirigea les concerts de la Société des amis de la musique de 1859 à 1870 puis de 1875 à 1877. C’est en cette qualité qu’il permit à Bruckner, en février 1876, de diriger sa Deuxième Symphonie. C’est lui qui, auparavant, avait découvert la Symphonie » inachevée » de Schubert, et qui en donna la première exécution en 1865. Herbeck fut le premier chef du Singverein à sa création en 1858 ; il fut également directeur de l’Opéra entre 1870 et 1875.

65Hill, Karl (1831-1893)

66Baryton. Karl Hill était employé dans une administration lorsqu’il chanta un solo, à l’occasion d’un concert choral donné à Francfort en présence de Wagner... Celui-ci l’encouragea à entreprendre une carrière, et l’engagea par la suite pour chanter le rôle d’Alberich lors de la première exécution complète de La Tétralogie à Bayreuth en 1876. C’est Hill qui créa, toujours à Bayreuth, le rôle de Klingsor dans Parsifal en 1882. Parallèlement à son activité sur scène, il menait une importante carrière de concertiste.

67Horwitz, Willibald (1843-1903)

68Baryton, Horwitz étudia au Conservatoire de Prague. Actif à l’Opéra de Vienne entre 1880 et 1900, il apparaissait souvent dans les rôles de Telramund (Lohengrin), Alberich (Siegfried), Wolfram (Tannhäuser) ou Papageno (La Flûte enchantée). Il quitta la scène en 1900 pour se consacrer à l’enseignement du chant dans la capitale.

69Jahn, Wilhelm (1835-1900)

70Chanteur, chef d’orchestre et directeur de l’Opéra de Vienne entre 1881 et 1897. La durée extraordinaire de son mandat à la direction de l’Opéra est restée inégalée dans l’histoire de cette institution. Son successeur fut Gustav Mahler. Jahn avait la réputation d’être un spécialiste dans la recherche de nouveaux chanteurs talentueux. La conséquence de cette politique était l’engagement de nombreux chanteurs extérieurs à la troupe de l’Opéra. Wolf chercha vainement à obtenir, dans les années 1895-1896, un rendez-vous avec Jahn pour lui jouer son opéra.

71Joachim, Amalie (1839-1898)

72Mezzo-soprano, Amalie Schneeweiss (ou Amalie Weiss) débutait sa carrière à l’Opéra de Hanovre lorsqu’elle rencontra son futur mari, le chef d’orchestre et violoniste Joseph Joachim (un grand ami de Brahms), dont elle se séparera en 1884. Elle fut l’une des chanteuses les plus appréciées de son époque, et ses récitals de lieder étaient extrêmement courus. Elle était spécialement réputée pour son interprétation de Schumann et de Brahms ; ce dernier, qui appréciait beaucoup sa voix, lui dédia de nombreux lieder.

73Kaulich-lazarich, Louise (1856-1939)

74Cette mezzo-soprano commença sa carrière à l’Opéra de Vienne en 1876, et la poursuivit dans cette même institution jusqu’en 1906, année où elle fêta sa 2 950e apparition sur la scène de cet Opéra !

75Kleeberg, Clothilde (1866-1909)

76Pianiste française.

77Kretschmann, Theobald (1850-1919)

78Violoncelliste à l’Opéra de Vienne à partir de 1881, fondateur de sa propre série de concerts – les Concerts Kretschmann, dont il était le principal chef d’orchestre.

79Kupfer-Berger, Ludmilla (1850-1905)

80Soprano, membre de l’Opéra de Vienne entre 1875 et 1885, elle poursuivit ensuite sa carrière en Italie, puis en Espagne et en Amérique du Sud. Elle revint s’établir à Vienne en 1897 pour y enseigner le chant.

81Lay, Theodor (1825-1893)

82Baryton, membre de l’Opéra de Vienne entre 1856 et 1891. Sur les planches dès l’âge de quatre ans, Theodor Lay était un acteur de tout premier plan. Wolf appréciait son art de faire passer la réalité d’un rôle avant la beauté de la voix, et son humour qui lui permettait, justement, de « se moquer de sa voix » (voir la critique du 15 mars 1885, p. 203). Pour Wolf, l’empreinte personnelle qu’il savait donner aux personnages qu’il abordait représentait « l’aune à laquelle il faut mesurer le talent d’un chanteur d’opéra ». Le rôle de Beckmesser (Les Maîtres chanteurs), qu’il interpréta lors de la première viennoise de l’œuvre en 1870 à la plus grande satisfaction de Wagner, comptait au nombre de ses rôles les plus fameux.

83Lehmann, Lilli (1848-1929)

84La carrière de Lilli Lehmann est l’une des plus importantes et des plus longues de toute l’histoire du chant. Fille de parents chanteurs, elle grandit à Prague où sa mère lui donne son premier enseignement musical. Elle débute dans cette même ville avant d’être engagée à l’Opéra de Leipzig, puis à l’Opéra de Berlin. Dès 1870, elle est membre de l’Opéra de Berlin dont elle devient rapidement la prima donna. Wagner l’invite à Bayreuth en 1876, et lui confie les rôles de Woglinde, de Ortlinde et de l’Oiseau dans La Tétralogie. Vingt ans plus tard, elle y chantera Brünnhilde. Entre-temps, elle s’est disputée avec Wagner qui a refusé de lui confier la mise en scène de la scène des Filles-Fleurs dans Parsifal (1882), et elle est devenue l’une des cantatrices les plus influentes de son temps... Actrice exceptionnelle, invitée sur toutes les grandes scènes internationales, Lilli Lehmann chante le répertoire le plus étendu qu’on ait jamais vu de carrière de chanteuse, de la colorature à l’héroïne wagnérienne : plus de cent soixante-dix rôles, dans cent quatorze institutions différentes. Elle entre en 1886 au Metropolitan Opera de New York où elle est, entre autres, la première Isolde américaine. Lors des six saisons qui vont suivre, elle interprète vingt-cinq rôles différents, dans plus de deux cents représentations. Elle revient en Europe en 1891 et retrouve sa place à l’Opéra de Berlin, malgré la rupture de contrat qui aurait dû lui fermer les portes de cette institution. De retour sur le vieux continent, elle est l’instigatrice des Fêtes mozartiennes à Salzbourg, auxquelles elle participe non seulement en tant que cantatrice, mais aussi en tant que metteur en scène. À l’âge de soixante-dix ans, Lilli Lehmann donne encore des récitals, et forme au Mozarteum de Salzbourg toute une nouvelle génération de chanteurs. Elle écrit aussi des manuels de chant, et une autobiographie intitulée Mein Weg (Leipzig, 1913).

85Löwe, Ferdinand (1865-1925)

86Chef d’orchestre et pédagogue, ami de Wolf et condisciple de Bruckner au Conservatoire de Vienne, Löwe fut un fervent défenseur de ce dernier, tout en comptant au nombre de ceux qui l’encouragèrent à faire des coupures et des révisions dans ses symphonies. Il en écrivit plusieurs réductions pour deux pianos ou pour piano à quatre mains, et en dirigea aussi certaines en concert, mais dans des versions retravaillées, parfois par lui-même. Il édita par exemple la Quatrième Symphonie, pour laquelle il écrivit un nouveau Finale, et fit une version recomposée de la Neuvième Symphonie (incomplète), qu’il dirigea à Vienne en 1903 avec le Te Deum de Bruckner qui tenait lieu de Finale. C’est également sous une forme complètement revue par lui-même, Johannes Hellmesberger et Willibald Kahler, que Löwe assura la création de Penthesilea de Wolf le 15 mars 1904. L’œuvre avait été refusée en 1886 par le Philharmonique après une désastreuse lecture sous la direction de Hans Richter (voir p. 44).

87Löwenberg, Ernst (1856-1884)

88Pianiste autrichien, élève d’Anton Rubinstein.

89Lucca, Pauline (1841-1908)

90Soprano autrichienne d’origine italienne, membre de l’Opéra de Vienne (où elle avait débuté comme choriste) de 1874 jusqu’à la fin de sa carrière en 1889. Sa voix extrêmement expressive, qui couvrait un registre très étendu (deux octaves et demie), passait pour l’une des plus belles de son époque. Elle avait fait ses débuts à l’Opéra de Berlin dans les années 1860 sur la recommandation de Meyerbeer, avant d’entreprendre de longues tournées non seulement sur toutes les grandes scènes européennes, mais aussi en Russie et aux États-Unis, où elle remporta de très grands succès.

91Materna, Amalie (1844-1918)

92Soprano, membre de l’Opéra de Vienne entre 1869 et 1894. Après avoir débuté au Carltheater dans des rôles de soubrettes, elle devint une grande cantatrice wagnérienne. Wagner, qui se félicitait d’avoir trouvé en elle « sa » Brünnhilde, l’invita à interpréter ce rôle lors de la création de La Walkyrie en 1876 à Bayreuth (où elle devait créer Kundry dans Parsifal six ans plus tard), puis à participer à ses concerts londoniens en 1877. Elle défendit les couleurs de Wagner outre-Atlantique en interprétant Elisabeth (Tannhaüser) au Metropolitan de New York en 1885 ; c’est encore et toujours Wagner qu’elle chanta lors de sa dernière apparition en concert en 1913 (elle avait presque soixante-dix ans), à Vienne, à l’occasion du centenaire de la naissance du compositeur. Son timbre large, sa très grande voix ainsi que les accents éminemment dramatiques qu’elle savait lui donner servirent de modèle à toute une génération de chanteuses wagnériennes. Peu avant sa mort, Wagner lui écrivit une lettre de Venise : « Soyez remerciée de votre nature généreuse et grandiose, qui est entrée dans ma vie comme l’accomplissement d’une nécessité – Mon Dieu, quand je pense à la dernière soirée – Kundry : Adieu, ma Chère, ma Bonne, ma Meilleure. » Wolf rencontra Amalie Materna en 1890. Après lui avoir promis de chanter certains de ses lieder en concert, la cantatrice céda à la pression de critiques musicaux hostiles à Wolf, qui menaçaient de ne plus la mentionner dans leurs comptes rendus.

93Mayerhöfer, Carl (1828-1913)

94Carl Mayerhofer avait commencé des études d’arts plastiques lorsqu’on lui découvrit une puissante voix de basse et un très grand talent de comédien, qui firent de lui l’une des basses bouffes les plus appréciées de l’Opéra de Vienne pendant quarante ans, entre 1854 et 1895. Il était par ailleurs connu comme joueur d’échecs de niveau international !

95Meisslinger, Louise (1856-?)

96Alto, membre de l’Opéra de Vienne entre 1883 et 1886, avant de mener une carrière à New York et à Londres. Ses rôles fétiches comprenaient plusieurs héroïnes wagnériennes, dont Ortrud (Lohengrin), Venus (Tannhäuser), Brangaene (Tristan), Erda, Fricka et Gutrune (L’Anneau du Niebelung).

97Mierzwinski, Wladislaw (1850-1909)

98Ténor polonais, formé à Varsovie et à Paris, membre de l’Opéra de Varsovie entre 1881 et 1891.

99Naday, Katarina von (?)

100Membre de l’Opéra de Vienne entre 1884 et 1888.

101Negri, Giovanni Battista de (1851-1923)

102Ténor italien. Il fit de nombreuses tournées en Autriche, mais aussi en Pologne et en Amérique du Sud. Il chanta également beaucoup en Italie, et en particulier sur la scène de La Scala, où il fut notamment Siegmund et Tannhäuser en 1892-1893. Il fut un remarquable interprète de l’Otello de Verdi.

103Nicklass-Kempner, Selma (1854-1928)

104Soprano colorature. Selma Kempner avait débuté à Berlin, puis à Leipzig avant de s’établir à Vienne en 1883, où elle chanta à l’Opéra, mais où elle se produisit aussi beaucoup en concert. Elle devint professeur au Conservatoire de Vienne, puis enseigna le chant à Berlin dès 1895. Ses élèves ont donné témoignage de sa manière particulièrement délicate d’interpréter Mozart.

105Niemann, Albert (1831-1917)

106Membre de l’Opéra de Berlin entre 1866 et 1888, ce ténor allemand était particulièrement apprécié pour son interprétation de Tannhäuser et de Siegmund, tant pour ses qualités musicales que pour son talent de comédien. Niemann avait d’ailleurs commencé par être acteur avant qu’on ne lui découvre une grande voix dans les années cinquante. Après l’avoir rencontré en 1859, Wagner lui demanda d’assurer le rôle titre de Tannhäuser lors de la création (désastreuse) de cet opéra à Paris. Il lui demandera également de jouer Siegmund à Bayreuth en 1876. Aux côtés de Lilli Lehmann, il interpréta les rôles de Tristan et de Siegmund (La Walkyrie) lors des deux créations américaines de ces opéras au Metropolitan de New York en 1886 et en 1888. À propos de son interprétation de Tristan, Wagner parlait d’un exploit fabuleux (« eine fabelhafte Tat »). Il existe une correspondance entre Niemann et Wagner, publiée en 1924. Une fois retiré de la scène, Niemann enseigna le chant à Berlin, et continua à donner des récitals de lieder.

107Nigg, Hermann (1849-?)

108Basse.

109Pachmann, Wladimir von (1848-1933)

110Né à Odessa, Wladimir Pachmann grandit à Vienne où il étudia le piano au Conservatoire. Personnalité insolite en privé comme en public, il était connu pour ses excentricités, qui en faisaient le héros des salles de concert. Il était capable de s’isoler durant deux ans, s’estimant insatisfait de son jeu et désirant s’adonner à l’autocritique en solitaire. Revenu sur scène après une telle retraite, il ne se privait pas d’invectiver le public, ou de lui donner des indications sur la difficulté de ce qu’il jouait, au milieu d’un morceau, sans s’arrêter. Il lui arrivait même de ramper sous le piano à la fin d’un récital, à la recherche des fausse notes qu’il avait faites ! Pachmann était réputé pour son toucher très délicat ; lui-même voulait être « le Busoni de Chopin », et vouait un véritable culte à ce compositeur. Lorsqu’il interprétait les œuvres du maître polonais, les grimaces qu’il faisait toujours en jouant devenaient si présentes qu’un critique américain put le surnommer le « Chopinzee » !

111Padilla y Ramos, Mariano (1842-1906) Baryton espagnol. Il se produisait alors sur toutes les grandes scènes européennes, notamment en Italie et en Russie. Il enseigna le chant à Paris dès 1889.

112Pantaleoni, Romilda (1847-1917) Soprano italienne, très active notamment sur la scène de La Scala de Milan. Elle fut la créatrice du rôle de Desdemona dans Otello en 1887. Verdi, qui appréciait par ailleurs beaucoup cette cantatrice, fut pourtant un peu déçu de son interprétation de ce rôle.

113Papier (-Paumgartner), Rosa (1858-1932)

114Mariée au musicologue Hans Paumgartner (que Wolf avait connu chez son ami Adalbert von Goldschmidt), la soprano Rosa Papier mena entre 1881 et 1891 une brillante carrière à l’Opéra de Vienne, en même temps qu’elle entreprenait des tournées dans différentes villes allemandes ; lorsqu’elle dut se retirer de la scène à la suite d’une maladie, elle se mit à enseigner le chant au Conservatoire de musique de Vienne, et fut une pédagogue très reconnue. Rosa Papier se produisait volontiers dans le lied ; Brahms aimait beaucoup la façon dont elle interprétait ses lieder. Elle fut l’une des premières cantatrices à intégrer des lieder de Wolf à ses récitals.

115Pilz, Susanna (?)

116Pianiste, elle formait un duo assez connu avec son mari, le pianiste Louis Rée.

117Pirk, Sarolta (1865-1948)

118Karoline von Krippel de son vrai nom. Elle ne passa qu’une seule saison à l’Opéra de Vienne, avant de chanter, entre 1885 et 1897, au Deutsche Theater de Prague. On la retrouvera plus tard à Vienne sur la scène du Volksoper.

119Popper, David (1843-1913)

120Violoncelliste et compositeur tchèque, né à Prague. David Popper était considéré comme l’un des plus grands virtuoses de son temps. Il fut engagé comme violoncelle solo à l’Opéra de Vienne entre 1868 et 1873, avant qu’il n’entame une carrière internationale. Popper enseigna ensuite à l’Académie nationale de musique de Budapest, de 1896 à sa mort. Il composa essentiellement des œuvres pour son instrument, dont quatre concertos et plusieurs œuvres de musique de chambre. Popper est également l’auteur d’une méthode de violoncelle.

121Rappoldi-Kahrer, Laura (1853-1925)

122Pianiste, élève de Liszt et de Bülow, professeur au Conservatoire de Dresde dès 1890.

123Ravelli, Luigi (1848-?)

124Ténor. Il débuta sur les scènes italiennes avant d’entamer une carrière internationale par un engagement au Covent Garden de Londres en 1880. On le retrouve, aux côtés de la grande diva du bel canto Adelina Patti, en Amérique du Nord pour de longues tournées avec une troupe d’opéra italienne.

125Reichenberg, Franz von (1853-1905)

126Basse autrichienne, membre de l’Opéra de Vienne entre 1884 et 1901. Il était apprécié pour sa voix de basse très profonde, mais Wolf ne lui pardonnait pas sa manière d’écorcher le texte en prononçant mal, voire en modifiant les vers : un défaut inexcusable aux yeux du compositeur. Reichenberg chanta Fafher à Bayreuth en 1876, lors de la première représentation intégrale de La Tétralogie.

127Reichmann, Theodor (1849-1903)

128Baryton-basse, membre de l’Opéra de Vienne entre 1883 et 1889, puis entre 1893 et 1903. Originaire de Rostock, il étudia le chant à Berlin, Prague et Milan et devint un grand interprète de Wagner. Il créa le rôle d’Amfortas (Parsifal) à Bayreuth en 1882 (partie qu’il assura durant les quinze représentations qui suivirent), et chanta notamment Hans Sachs (Les Maîtres chanteurs), Wolfram (Tannhäuser), Telramund (Lohengrin), et le Hollandais volant (Le Vaisseau fantôme). Il fut aussi Wotan (La Tétralogie) sous la direction de Mahler en 1892 à Covent Garden. Son talent le mena sur toutes les grandes scènes de l’époque : Cologne, Dresde, Hambourg, Munich, Bayreuth, Leipzig, Prague, Budapest, New York, Chicago, Philadelphie, Moscou, Saint-Pétersbourg... Wolf appréciait beaucoup ce chanteur, qu’il trouvait « d’une justesse toujours parfaite » (critique du 15 octobre 1884), et en qui il voyait réunies les qualités de l’acteur et du chanteur.

129Richter, Hans (1843-1916)

130L’un des plus grands chefs d’orchestre de son époque, Hans Richter fut un champion de Wagner autant que de Brahms (dont il créa les Deuxième et Troisième Symphonies), d’Elgar et de Bruckner (dont il créa les Symphonies nos 1,3, 4 et 8). D’origine austro-hongroise, né dans une famille de musiciens, il fit ses études à Vienne, où il chanta durant quatre ans comme choriste à la Chapelle impériale, et où il étudia le violon, le cor et la théorie musicale au Conservatoire. En 1866, alors qu’il était corniste à l’Opéra, il fit la connaissance de Wagner ; cette rencontre fut décisive pour le restant de sa carrière. Wagner l’emmena avec lui en Suisse pour recopier au net la partition des Maîtres chanteurs. Deux ans plus tard, il le fit inviter par Hans von Bülow pour diriger les chœurs de l’Opéra de Munich (où Richter devint très rapidement chef d’orchestre), et lui confia finalement en 1876 la création complète de La Tétralogie à Bayreuth, où il restera l’un des chefs réguliers. Dans l’intervalle, Richter s’était fait un métier en dirigeant l’orchestre du Théâtre national et la Philharmonie de Budapest de 1871 à 1875, avant d’être appelé à Vienne en 1875 pour y diriger l’orchestre de l’Opéra (ce qu’il fera jusqu’en 1900) et la Philharmonie (qu’il quittera en 1898). À partir de ce moment-là, l’influence de Richter ne cessa de croître à Vienne. Entre 1880 et 1890, on le retrouve à la tête des concerts de la Société des amis de la musique. Parallèlement à son activité viennoise, il entreprend une importante carrière en Angleterre où il est, entre autres, le premier chef permanent de l’Orchestre symphonique de Londres. Il dirige alors pratiquement tous les opéras allemands donnés à Covent Garden à cette époque.

131Robert, Emmerich (1847-1899)

132Comédien de la cour, de 1878 à sa mort.

133Rokitansky, Hans Freiherr von (1835-1909)

134Basse, membre de l’Opéra de Vienne de 1864 à 1893, et professeur de chant au Conservatoire de Vienne entre 1871 et 1875. Rokitansky, qui avait étudié à Vienne et à Paris, et qui avait beaucoup chanté sur les scènes italiennes, maîtrisait à la fois le répertoire du bel canto italien et celui du Grand Opéra français, alors qu’il était également un grand interprète wagnérien. Wolf le trouvait plus démonstratif que réellement acteur : c’est pourquoi il ne ménageait pas ses critiques à son égard. Alors que le métier de chanteur exige « l’aliénation complète de son propre moi » (critique du 8 juin 1884), Rokitansky, sur scène, ne parvenait jamais à oublier son rang de baron, et se montrait imbu de lui-même : Wolf ne manquait pas de le remarquer dans presque chacune de ses critiques. Rokitansky écrivit un manuel sur son expérience de pédagogue, manuel qu’il dédia à Hanslick : Über Singen und Sänger (Vienne, 1891). Il composa également à ses heures quelques pages de musique vocale.

135Rosé, Arnold (1863-1946)

136Konzertmeister à l’Orchestre de l’Opéra de Vienne entre 1881 et 1938, membre de l’Orchestre Philharmonique, Arnold Rosé fut aussi, dès 1888, Konzertmeister de l’orchestre du festival de Bayreuth. Il était le beau-frère de Mahler. En 1882, il fut le fondateur et le premier violon du Quatuor Rosé.

137Rubinstein, Anton (1829-1894)

138Pianiste avant tout, mais aussi chef d’orchestre, compositeur et pédagogue, il fut l’un des pianistes virtuoses les plus fêtés en Europe et en Amérique. Né en Russie, Rubinstein grandit à Moscou où son père avait ouvert une petite fabrique de crayons. En 1839, le professeur de piano de Rubinstein, reconnaissant son génie précoce, l’emmena à Paris où il joua devant Chopin et Liszt. Dès 1841, Rubinstein donnait une première série de concerts en Europe. En 1844, il s’installa avec son frère Nicolaï (le futur compositeur) à Berlin où ils prirent, sur la recommandation de Meyerbeer, des cours de composition auprès de Dehn (celui-ci avait été, en son temps, le professeur de composition de Glinka). De retour en Russie en 1848, Rubinstein s’établit à Saint-Pétersbourg où il était soutenu par la Grande Duchesse Hélène. Il mena alors une activité prolifique de compositeur, et écrivit notamment plusieurs opéras. En 1854, il entreprit une nouvelle tournée de concerts en Europe. En 1859, il participa à la fondation de la Société Russe de Musique, et fonda le Conservatoire impérial de musique de Saint-Pétersbourg en 1862, dont il fût le directeur jusqu’en 1868. Applaudi partout en Europe comme pianiste (son jeu avait un pouvoir extraordinaire sur ses contemporains, et ses passages d’octaves, par exemple, étaient fameux) et comme compositeur, Rubinstein entreprit en 1872-1873 une tournée aux États-Unis, où il donna plus de deux cents concerts en deux ans. Il faisait toujours sensation en jouant par cœur, pratique nouvelle pour l’époque. À son retour des États-Unis, Rubinstein élabora une série de concerts historiques, sorte de panorama de la musique pour clavier, dont Wolf fit le compte rendu dans ses critiques de novembre et de décembre 1885. Le dernier récital, consacré à la musique russe contemporaine, laissa Wolf plutôt dubitatif quant à cette soi-disant « musique russe de l’avenir »... Du côté de ses compatriotes, justement, Rubinstein ne faisait pas l’unanimité puisque ses compositions, considérées par le Groupe des Cinq comme résolument « européennes », ainsi que la position qu’il occupait au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, en faisaient le garant du parti des conservateurs.

139Scaria, Emil (1838-1886)

140Basse. Après des études de chant à Graz, Vienne et Londres, il fut engagé en 1873 à l’Opéra de Vienne, qui lui confia les rôles les plus variés, des personnages de basse bouffe aux grands rôles wagnériens. On l’appréciait tout particulièrement dans le rôle de Wotan, qu’il donna pour la première de La Walkyrie à Vienne en 1875. En 1882, il chantait Gurnemanz lors de la création de Parsifal à Bayreuth. Il lutta beaucoup pour que cet opéra puisse être représenté lors des saisons suivantes du festival, après la mort de Wagner – ce dont Wolf lui était très reconnaissant. Sa voix était réputée puissante et sombre, tandis que sa diction passait pour être d’une clarté totale. Sa dernière apparition sur scène date de janvier 1886. La grande basse wagnérienne avait contracté une maladie qui le paralysait progressivement, et qui explique peut-être les trous de mémoire dont Wolf lui fait le reproche dans ses critiques.

141Schalk, Josef (1857-1900)

142Pianiste et professeur au Conservatoire de musique de Vienne, directeur artistique de la Société académique Wagner de Vienne (Wiener akademischer Wagner-Verein), éditeur de symphonies de Bruckner en réduction de piano. Condisciple de Bruckner et d’Epstein au Conservatoire de Vienne, Schalk connaissait personnellement Wolf, et eut l’occasion de défendre son œuvre dans les soirées de lieder organisées par la Société académique Wagner. Il écrivit également en janvier 1890, dans la Münchener Allgemeine Zeitung, un article sur les lieder de Wolf qui fut important pour la reconnaissance du compositeur. Son frère cadet, Franz Schalk, également lié d’amitié avec Wolf, était un chef d’orchestre réputé. Les deux frères furent tous deux des champions de Bruckner, l’aîné par la plume (Anton Bruckner und die moderne Musikwelt, 1885), le cadet par la baguette.

143Schittenhelm, Anton (1849-1823)

144Ténor. Schittenhelm, qui avait tout d’abord commencé un apprentissage de banquier, débuta dans la Faust-Symphonie de Liszt en 1875, avant d’être engagé comme membre de l’Opéra de Vienne la même année. On lui confia des rôles secondaires, puis des parties plus importantes (le Comte Almaviva dans Les Noces de Figaro, Mime dans L’Or du Rhin...). Il resta attaché à cette institution jusqu’en 1903.

145Schläger, Antonie (1860-1910)

146Choriste au Carltheater de Vienne dès 1877, soliste dans ce même théâtre, et membre de l’Opéra de Vienne entre 1883 et 1896.

147Schnorr von Carolsfeld, Ludwig (1836-1865)

148Ténor allemand. Il avait fait ses études à Dresde, Leipzig et Karlsruhe, où il était devenu le principal ténor de l’Opéra alors qu’il n’avait même pas 25 ans. En 1860, il fut engagé comme premier ténor de l’Opéra de Dresde. Wagner, qui l’avait entendu interpréter le rôle de Lohengrin à Karlsruhe en 1862, lui demanda de créer le rôle de Tristan à Munich en 1865, avec sa femme danoise Malvina Schnorr von Carolsfeld dans le rôle d’Isolde. Bien qu’il ne possédât pas vraiment le physique du rôle (il était d’une assez forte corpulence), Schnorr von Carolsfeld laissa un souvenir inoubliable de son interprétation de Tristan. Le jeune ténor, promis à une aussi brillante carrière, mourut subitement cinq semaines après la première de Tristan, d’un arrêt cardiaque lors d’une forte fièvre rhumatismale.

149Schönberger, Benno (1863-1930)

150Pianiste viennois, Benno Schönberger s’établit dès 1887 à Londres, où il enseigna à la Royal Academy of Music.

151Schuch-Proska, Clémentine (1850-1932)

152Première soprano colorature à Dresde entre 1873 et 1894, elle se produisit également sur les scènes de Munich, Londres, Vienne, Moscou et Saint-Pétersbourg. Elle était la femme du chef d’orchestre Ernst von Schuch, directeur de l’Opéra de Dresde et grand défenseur de Richard Strauss. Schuch donna plus de cinquante ouvrages en première audition à l’Opéra de Dresde.

153Schütt, Eduard (1856-1933)

154Pianiste, chef d’orchestre et compositeur (principalement de lieder et de pièces pour piano, dans l’esprit de la musique de salon de l’époque). Schütt prit la succession de Felix Mottl à la tête du Wiener akademischer Wagner-Verein, dont ce dernier était l’un des fondateurs et le premier directeur artistique. Wolf, qui estimait peu Schütt en tant que compositeur et qui, par ailleurs, regrettait le départ de Mottl (ce dernier avait été un conseiller important lorsqu’il avait quitté le Conservatoire de Vienne), ne se gênait pas d’envoyer quelques piques contre celui qui, selon lui, avait empêché la création de son quatuor et de ses chœurs sur des poèmes de Eichendorff dans la saison du Wagner-Verein.

155Sembrich, Marcella (1858-1935)

156Soprano colorature, admirée pour sa tessiture exceptionnelle autant que pour la palette de ses expressions et de ses nuances. Née en Pologne, Marcella Sembrich étudiait le piano et le violon au Conservatoire de Lvov, lorsque Liszt lui conseilla vivement de se consacrer au chant, qu’elle alla étudier à Vienne et Milan. Elle fit des débuts flamboyants à Dresde en 1878 dans le rôle-titre de Lucia di Lammermoor de Donizetti, qui restera l’un de ses rôles de prédilection. Elle fit ensuite une brillante carrière sur presque toutes les scènes importantes de son époque, partout fêtée et applaudie, depuis les États-Unis jusqu’en Russie. Elle fut en 1903 une Mimi (La Bohème) inégalable, de l’avis de Puccini lui-même, mais aussi une Reine de la nuit (La Flûte enchantée) et une Violetta (La Traviata) magnifiques.

157Senigagua, Eugenia (?)

158Membre du Singverein.

159Sommer, Karl Marcell (1855-1900)

160Baryton autrichien. Ce sont ses interprétations de Telramund (Lohengrin) et de Papageno (La Flûte enchantée) qui le firent connaître et apprécier à l’Opéra de Vienne, où il fut engagé comme membre de la troupe. Karl Sommer dut quitter l’institution en 1893 suite à une dispute avec la direction de l’Opéra. Il entreprit alors diverses tournées, pour finalement s’installer à Breslau.

161Stoll, August (1853-1918)

162D’une tessiture de ténor, August Stoll débuta d’abord comme choriste à Ljubljana puis comme acteur et chanteur d’opérettes en Europe de l’Est, avant d’assurer de plus lourdes parties de ténor à Prague. Contraint de s’arrêter quelque temps parce qu’il avait trop forcé sur sa voix, Stoll fut actif à Vienne dès les années 1885 comme metteur en scène à l’Opéra ainsi que dans des rôles secondaires. Il composa aussi pour la voix, et écrivit même un opéra.

163Sucher, Rosa (1849-1927)

164Soprano allemande. En 1871, Rosa Sucher se présenta à l’Opéra de Munich pour une audition, alors qu’elle n’avait encore suivi pratiquement aucune formation musicale... Elle fut engagée sur le champ pour incarner l’une des Walkyries ! Ses débuts en Waltraute ne font qu’inaugurer une carrière principalement consacrée aux grands rôles d’héroïnes wagnériennes, qui la mèneront sur toutes les grandes scènes d’Europe et d’Amérique. À partir de 1871, Rosa Sucher se forme donc au gré de ses engagements à Königsberg, Berlin et Leipzig, où elle rencontre son futur mari, le chef d’orchestre Joseph Sucher. Elle chante ensuite Elsa (Lohengrin) à Hambourg en 1878, Sieglinde (La Walkyrie) à Leipzig ; plus tard Isolde à Hambourg et Munich, Brünnhilde à Berlin. À Londres, sous la direction de Hans Richter (1882), elle est la première Elsa, la première Isolde et la première Eva (Les Maîtres chanteurs) d’Angleterre. Lors de la même saison, elle chante aussi Elisabeth (Tannhaüser) et Senta (Le Vaisseau fantôme). À Vienne, elle est tout particulièrement appréciée pour sa Leonore (Fidelio), puis pour ses interprétations d’Agathe (Freischütz), Euryanthe et Rezia (Obéron) lors des fêtes du centenaire de la naissance de Weber en 1886. La même année, elle débute dans le rôle de Kundry (Parsifal) à Bayreuth. Elle restera alors attachée plusieurs saisons au festival (Isolde, Eva, Kundry, Venus). En 1892, Rosa Sucher chante Isolde et Brünnhilde à Covent Garden, sous la direction de Mahler. À partir de 1908, elle s’installe à Vienne pour y enseigner le chant. Wolf rendit compte de plusieurs de ses grands rôles ; il se félicitait de chaque venue de la grande chanteuse wagnérienne, même s’il détaillait toujours ce qui lui plaisait moins dans ses interprétations. Rosa Sucher écrivit une autobiographie, intitulée Aus meinem Leben (1914).

165Taus(s)ig, Karl (1841-1871)

166Pianiste polonais. Quand Tausig eut quatorze ans, son père l’emmena à Weimar où il devint le premier élève de Liszt (entre 1855 et 1859). Celui-ci lui prodigua un enseignement non seulement de piano, mais aussi de contrepoint, de composition et d’instrumentation. Tausig accompagna son maître dans ses tournées, et fit ses débuts à Berlin en 1858, sous la direction de Hans von Bülow. C’est dans cette ville qu’il s’établit dès 1865, et qu’il fonda la « Schule des Höheren Klavierspiels ». Tausig mourut à l’âge de vingt-neuf ans, emporté prématurément par la fièvre typhoïde. Il est l’auteur de compositions pour piano très brillantes.

167Theodorini, Elena (1857-1926)

168Soprano roumaine, d’origine grecque. Son répertoire allait de rôles de soprano colorature à des rôles très dramatiques. Elle se forma à Milan, où elle débuta comme mezzo avant de passer au registre de soprano dans les années 1880. Elle se produisit sur toutes les grandes scènes italiennes, ainsi qu’à Londres et Buenos Aires, entre autres. Elle s’installa en Amérique du Sud à la fin de sa vie, et fonda à Buenos Aires l’Accademia Teodorini.

169Thomson, César (1857-1931)

170Violoniste belge. Il avait étudié le violon au Conservatoire de Liège, dont il reçut la médaille d’or à l’âge de onze ans, avant de travailler notamment avec Vieuxtemps et Wieniawski. Il fut violon solo à l’Orchestre Philharmonique de Berlin, et enseigna en Belgique, à Paris et à New York. Il est l’éditeur d’œuvres de Corelli, Tartini et Vivaldi.

171Tua, Teresina (1867-1956)

172Violoniste virtuose, d’origine italienne. Teresina Tua entreprit, en 1895, une grande tournée qui la fit voyager jusqu’en Russie, où elle se produisit avec Rachmaninov au piano. Elle enseigna ensuite au Conservatoire de Milan puis à l’Académie Sainte-Cécile de Rome, avant d’abandonner sa carrière et d’entrer au couvent.

173Valero, Fernando (1854-1914)

174Ténor espagnol. Fernando Valero commença une carrière en Espagne, puis en Italie dès les années quatre-vingt. Il remporta de grands succès à La Scala de Milan, et entreprit de nombreuses tournées qui le menèrent, entre autres, à Buenos Aires, Londres et Saint-Pétersbourg où il termina sa carrière en ouvrant un studio de chant. Parmi ses rôles fétiches, on compte Turiddu de Cavalleria rusticana.

175Vogl, Heinrich (1845-1900)

176Célèbre ténor wagnérien. Durant toute la durée de sa carrière (trente-cinq ans), Vogl resta attaché à l’Opéra de Munich où il fut considéré comme le successeur du ténor mythique Schnorr von Carolsfeld, mort tragiquement en 1865 (voir ci-dessus), l’année où lui-même faisait ses débuts dans le Freischütz. Il interpréta alors tous les grands rôles de ténor wagnérien, à l’unique exception de Walther von Stolzing dans Les Maîtres chanteurs. Il créa à Munich le rôle de Loge dans L’Or du Rhin en 1869 et celui de Siegmund dans La Walkyrie l’année suivante, et incarna à nouveau Loge lors de la création du cycle complet de La Tétralogie à Bayreuth en 1876. Il restera attaché à ce festival jusqu’en 1897, remportant de très vifs succès dans les rôles de Loge, Siegmund, Siegfried, Tristan et Parsifal. Tristan passait généralement pour son plus grand accomplissement. Ce n’était pourtant pas l’avis de Wolf, qui lui reprochait certains détails (voir les critiques du 8 juin et du 13 décembre 1884, p. 164 et 188), et qui le préférait dans Siegfried, et surtout dans Loge, plaçant son interprétation de ce personnage parmi les plus grandes réussites artistiques, aux côtés de celle de Schnorr von Carolsfeld dans Tristan, et de celle de Niemann (voir ci-dessus) dans Tannhäuser (voir la critique du 21 décembre 1884, p. 191). Wolf, qui relevait toujours la finesse d’interprétation de Vogl, l’accusait cependant parfois de s’adresser plus à l’intelligence qu’aux sens. Vogl fit également une carrière à Londres et à New York, interprétant rien moins que six rôles wagnériens différents pour la saison du Metropolitan en 1890. Il était marié à Therese Thoma, qui créa le rôle de Sieglinde à ses côtés en 1870, qui fut en 1882 la première Brünnhilde londonienne, et la seule Isolde allemande pendant de nombreuses années. Heinrich Vogl était également compositeur ; son opéra Der Fremdling fut donné à Munich en 1899... avec le compositeur dans le rôle principal !

177Walter, Gustav (1834-1910)

178Membre de la troupe de l’Opéra de Vienne comme premier ténor pendant plus de trente ans, entre 1856 et 1887. Il avait chanté le rôle titre de Lohengrin, en présence de Wagner, lors de la première viennoise de cette œuvre, mais c’est surtout pour son interprétation de Mozart qu’il était le plus apprécié. Lorsqu’il se retira de la scène, Gustav Walter continua une carrière de chanteur en concert et en récital. Il fut le premier à donner de véritables soirées de lieder publiques, et il était extrêmement célèbre pour son interprétation de Schubert. Il créa beaucoup de lieder de Brahms, et Dvořák lui dédia ses Zigeunermelodien opus 55 : ces deux faits n’étaient sans doute pas pour plaire à Wolf, qui voyait d’un œil moqueur la reconversion du ténor lyrique en chanteur de lieder (voir sa critique du 13 février 1887, p. 143).

179Wiegand, Anton Heinrich (1842-1899)

180Baryton-basse, actif à l’Opéra de Vienne entre 1882 et 1884, puis à l’Opéra de Hambourg jusqu’en 1894, ainsi que dans plusieurs autres institutions allemandes et aux États-Unis. Il était particulièrement réputé pour son interprétation de rôles wagnériens (Hunding, Hagen, Gurnemanz, le roi Marc...). Wiegand chanta à Bayreuth entre 1886 et 1891, ainsi qu’à Londres sous la direction de Mahler en 1892.

181Winkelmann, Hermann (1849-1912)

182Winkelmann fit ses études de chant à Paris. Dans les années 1880, on lui découvrit un potentiel impressionnant comme ténor wagnérien, et Wagner lui-même, qui l’appréciait beaucoup, lui demanda de créer le rôle de Parsifal à Bayreuth en 1882. Son interprétation en fut tenue pour exemplaire. Dès lors et jusqu’en 1906, il fut le principal ténor héroïque de l’Opéra de Vienne, où il assura les premières des rôles titres de Tristan et d’Otello. Il menait parallèlement une très importante carrière sur plusieurs grandes scènes allemandes, ainsi qu’à Londres et aux États-Unis. Lors de son premier accès de folie, le 19 septembre 1897, Wolf se mit à chercher Winkelmann, se figurant être le nouveau directeur de l’Opéra (un fait d’autant plus troublant si l’on se souvient de son texte du 8 novembre 1885, intitulé « Un rêve ») : il exigeait du célèbre ténor qu’il se trouve l’après-midi même dans une salle de concert pour chanter Manuel Venegas, le rôle titre d’un opéra resté inachevé qu’il était en train de composer. Winkelmann ne vint point et Wolf, dans sa folie, prononçait son nom en parlant de son désistement.

183Wilt, Marie (1833-1891)

184C’est Johann Herbeck (voir ci-dessus) qui découvrit la voix de Marie Wilt, alors que celle-ci était femme au foyer. Elle débuta à Graz, âgée de plus de trente ans, puis chanta à Londres, Venise et Vienne où elle intégra la troupe de l’Opéra en 1886. Sa voix extrêmement développée et sa technique remarquable lui permettaient d’aller du registre d’alto aux coloratures les plus difficiles, en passant par les parties de sopranos wagnériennes. Hanslick disait toutefois d’elle qu’elle était un enchantement pour l’oreille, mais qu’elle ne possédait pas vraiment de talent dramatique.

185Zottmann, Franz (1858-1909)

186Pianiste et professeur de piano au Conservatoire de Vienne pendant vingt-cinq ans. Franz Zottmann joua avec Josef Schalk, en février 1883, la Septième Symphonie de Bruckner à deux pianos.

187Nous ne disposons d’aucune information biographique pour les artistes suivants :

188Filippi ; Gasperini, Enrico ; Malvezzi, Ersilia ; Pinto, Augusto ; Polacco (Polak) ; Schmied-Czany ; Schmitt.

Notes

1 Les interprètes pour lesquels nous ne disposons d’aucune information ont été regroupés à la fin de ces biographies.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search