Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Histoire des ensembles et des institutions cités par Wolf

Mathilde Reichler

Texte intégral

ENSEMBLES

CHAPELLE SYMPHONIQUE DE MEININGEN (MEININGER SYMPHONIE-KAPELLE)

1Attachée à la cour des ducs de Saxe-Meiningen, la « Hofkapelle » donna son premier concert d’abonnement en 1807. Elle fut par la suite dirigée par les meilleurs musiciens de l’époque : Franz Liszt fut l’invité du duc Georg II en 1867, suivi par Hans von Bülow en 1873 et Wagner en 1877, qui avait fait venir les musiciens de la Chapelle deux ans auparavant à Bayreuth pour renforcer l’orchestre de son festival. En 1880, Bülow s’installa à Meiningen pour cinq ans, et entreprit de réformer les programmes et l’interprétation de l’orchestre. Il y fit venir des invités prestigieux : la même année 1885, Johannes Brahms et Richard Strauss s’y succédèrent, le premier pour la création de sa Quatrième Symphonie, et le deuxième pour reprendre les fonctions de Bülow à la tête de la chapelle. Brahms fit à Meiningen la connaissance de l’éminent clarinettiste Richard Mühlfeld, à qui il devait dédier par la suite ses opus 114, 115 et 120. Meiningen restera jusqu’à la dissolution de la Chapelle un important centre pour l’interprétation de Brahms. La qualité de cet orchestre, qui entreprit non moins de sept cent quarante-cinq tournées de concerts entre 1881 et 1914, était telle que la comparaison avec la Philharmonie de Vienne n’aurait probablement pas été à son désavantage. Le dernier chef de la Chapelle fut Max Reger (1911-1914).

CHŒUR DES AMIS DE LA MUSIQUE (SINGVEREIN)

2Fondé en 1858 par la Société des amis de la musique, ce grand chœur mixte composé d’amateurs comptait au nombre des ensembles vocaux de toute première qualité qui virent le jour autour de 1850 à Vienne, avec le Männergesangverein (1843), la Singakademie (1858), l’Akademischer Gesangverein (1858) ou le Schubertbund (1863). Le Singverein créa plusieurs œuvres importantes de Brahms (Requiem allemand, Rhapsodie pour alto, Schicksalslied), de Bruckner (Te Deum et Psaume 150), et de Mahler (Huitième Symphonie, sous la direction du compositeur). Le Chœur fut dirigé notamment par Johann von Herbeck, Joseph Hellmesberger, Anton Rubinstein, Johannes Brahms, Wilhelm Gericke, Ferdinand Löwe, Franz Schalk et, plus tard, par Wilhelm Furtwängler et Herbert von Karajan...

ORCHESTRE PHILHARMONIQUE, OU PHILHARMONIE (WIENER PHILHARMONIKER)

3Fondé en 1842 par un groupe de musiciens de l’Orchestre de l’Opéra de Vienne, avec le soutien de leur chef Otto Nicolai, l’Orchestre Philharmonique de Vienne ne donna pas de saison régulière jusqu’en 1860, date du premier concert d’abonnement Dès lors, les « concerts philharmoniques », comme on les appelait à Vienne, furent au nombre de neuf par saison. En 1870, alors qu’ils avaient eu lieu jusque-là dans les murs du Kärtnertortheater (voir : Opéra de Vienne), ils déménagèrent au sein du Musikverein. Comme ceux de la Société des amis de la musique, les concerts du Philharmonique étaient presque toujours complets. Les musiciens avaient un grand pouvoir sur la destinée de l’orchestre qu’ils avaient eux-mêmes fondé : le choix des œuvres ainsi que celui du directeur artistique se faisait sur la base d’un vote démocratique. Plusieurs grands chefs se succédèrent à la tête du Philharmonique, dont Richter, Mahler, Hellmesberger junior et Weingartner. À partir de 1927, l’orchestre n’aura plus de chef titulaire, mais travaillera avec des chefs invités. Le fait que les musiciens aient un droit de vote sur la programmation des concerts philharmoniques amenait par la force des choses une tendance au conservatisme, et Wolf, qui avait lui-même pâti, avec son poème symphonique Penthésilée, de ce qu’il estimait être une fâcheuse coutume, ne se gênait pas de tempêter contre cette programmation (voir « Un monologue retranscrit par Hugo Wolf », 1er novembre 1884, dans le chapitre consacré à la musique symphonique). Traditionnellement, le Philharmonique assure aujourd’hui encore les services de l’Opéra de Vienne, d’où il est en quelque sorte issu.

QUATUOR GRÜN

4Probablement fondé par Jakob Grün.

QUATUOR HELLMESBERGER

5Fondé par Joseph Hellmesberger (dit « l’Aîné » – voir Joseph Hellmesberger), qui en fut aussi le premier violon de 1849 à 1891, le Quatuor Hellmesberger était l’une des formations les plus importantes de la capitale. Les deux fils de Joseph, Joseph junior et Ferdinand, respectivement violoniste et violoncelliste, rejoignirent le Quatuor dès les années quatre-vingt Le Quatuor Hellmesberger s’était fait une réputation notamment dans l’interprétation des derniers quatuors de Beethoven ; il offrit également au public viennois plusieurs premières auditions de quatuors de Schubert. Brahms donna son premier concert à Vienne avec lui en 1862, en jouant son Quatuor avec piano en sol mineur. Le Quatuor Hellmesberger créa le Quintette de Bruckner en 1875 : à cette occasion, Hellmesberger avait demandé à Bruckner de revoir le Scherzo, qu’il estimait trop difficile. Même s’il jouait parfois les œuvres avec des coupures ou en y intercalant d’autres pièces, même si Hanslick regrettait les longues pauses qu’il s’octroyait entre les mouvements, le Quatuor Hellmesberger, réputé pour sa douceur et sa finesse toutes poétiques, ouvrit de nouvelles perspectives d’interprétation. Il est amusant de souligner que Joseph Hellmesberger père était le directeur du Conservatoire lorsque Wolf en fut renvoyé (voir ci-dessous : Conservatoire de musique de Vienne) ; c’est donc de son ancien directeur que Wolf devient le critique, lorsqu’il assiste à un concert pour en donner un compte rendu dans le Salonblatt...

QUATUOR RADNITZKY

6Le Quatuor Radnitzky fut fondé par Franz Radnitzky (1855-1924), violoniste et musicien de l’Orchestre de l’Opéra entre 1878 et 1894. D’abord membre du Quatuor Hellmesberger, il fonda son propre ensemble en 1878 avec August Siebert, Anton Stecher et Theobald Kretschmann (le fondateur des concerts Kretschmann).

QUATUOR ROSÉ

7Fondé en 1882 par Arnold Rosé et dissous en 1945, le Quatuor Rosé était composé, à l’époque où Wolf rédige ses chroniques musicales, d’Arnold Rosé (premier violon jusqu’à la dissolution du Quatuor), Anton Loh, Sigismund Bachrich et Reinhold Hummer. Cet excellent ensemble, qui créa des œuvres de Brahms, Pfitzner ou Reger puis, plus tard, de Webern et de Schoenberg, jouait un rôle très important dans la vie musicale viennoise, notamment par sa position en faveur de la musique contemporaine. Il refusa toutefois, en 1884, de créer le Quatuor en ré mineur de Wolf (voir p. 43 et 125).

INSTITUTIONS

CARLTHEATER

8Le Carltheater (ou Theater in der Leopoldstadt) était le lieu privilégié de l’opérette viennoise, un genre mixte créé par Franz von Suppé sur le modèle des opérettes d’Offenbach adaptées au goût de la farce viennoise. Dès 1865, Suppé avait pris ses quartiers au Carltheater où il développa, avec Johann Strauss, cette forme de théâtre musical typiquement viennoise.

CONSERVATOIRE DE MUSIQUE DE VIENNE

9Attaché à la Société des amis de la musique (voir ci-dessous), le Conservatoire portait parfois le nom de Conservatoire de la Société des amis de la musique. Il s’agissait en fait d’une seule et unique institution, fondée en 1817. Le Conservatoire ouvrit d’abord un cours de chant, dirigé par Salieri, puis s’augmenta d’un cours de violon (1819) et continua de la sorte, si bien qu’en 1822 il proposait un éventail de branches assez large pour qu’on puisse le considérer comme un véritable Conservatoire de musique. Wolf y fit un court séjour (1875-1877) dans les classes de composition, qui se termina par un départ aux allures de scandale, sans qu’on n’ait toutefois jamais pu lever complètement le voile sur cette affaire. On raconte que Wolf avait demandé un rendez-vous au directeur Hellmesberger pour se plaindre de l’enseignement qu’il recevait, prétendant qu’il désapprenait ce qu’il savait au lieu d’apprendre à composer, ce qu’il faisait beaucoup mieux en jouant Wagner au piano. Wolf fut renvoyé sur le champ.

OPÉRA DE VIENNE (HOFOPER)

10Le genre lyrique était au cœur de la vie musicale viennoise, et le Hofoper était la plus prestigieuse des institutions qui le cultivaient dans la capitale à la fin du XIXe siècle. Au nombre de ces dernières, on comptait le Theater an der Wien, spécialisé dans les genres légers et comiques (mais où furent néanmoins créés Fidelio en 1805, ainsi que Die Zauberharfe et Rosamunde de Schubert en 1820 et en 1823) ; le Burgtheater, fondé par Joseph II dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle pour encourager la création d’un répertoire proprement allemand et d’une troupe d’opéra allemande ; le Theater in der Leopoldstadt (appelé aussi Carltheater) ; le Theater in der Josefstadt ; le Komische Oper, construit en 1874 sur le modèle de l’Opéra Comique de Paris, pour faire face à une demande toujours croissante (le bâtiment brûla peu après sa construction) ; le Stadttheater, inauguré en 1898 et renommé par la suite Volksoper. Le Hofoper restait cependant le lieu principal et le centre de toutes les attentions pour ce qui touchait à l’opéra à Vienne. Rattaché à la cour et à l’aristocratie depuis l’époque baroque (il le restera jusqu’en 1918), il s’était établi dans les murs du Kärtnertortheater. Le répertoire du Hofoper, traditionnellement voué à des genres « élevés », faisait une place de choix à l’opéra italien, très à la mode (surtout dans la première moitié du XIXe siècle), ainsi qu’au Grand Opéra français. Les stagioni italiennes y triomphaient, et restèrent une coutume jusqu’à la fin du XIXe siècle. Mais dès 1857, Karl Eckert, qui était le chef d’orchestre et le directeur de l’Opéra, introduisit Lohengrin (1858) puis Tannhaüser (1859) et Le Vaisseau fantôme (1860). Même si le directeur qui lui succéda fut à nouveau un Italien (Matteo Salvi), un décret impérial annonçait à ce dernier que le Hofoper devait défendre principalement la cause de l’opéra allemand. Lors des grands travaux d’aménagement qui modifièrent considérablement le visage de Vienne dès le milieu du siècle (huit cents nouvelles constructions en l’espace de trente ans !), le nouveau « kaiserlich-königlich Hofoperntheater » fut inauguré en 1869 comme premier bâtiment public de la Ringstrasse, avec une représentation de Don Giovanni en allemand. Le nouveau bâtiment de l’Opéra pouvait accueillir deux fois plus de spectateurs que l’ancien Kärtnertortheater. À partir de ce moment, les directeurs successifs de l’Opéra, qui étaient aussi tous chefs d’orchestre, furent Johann Herbeck (1870-1875), Franz Jauner (1875-1880), Wilhelm Jahn (1881-1897), et plus tard, Mahler, qui y entreprendra de vastes réformes. Herbeck, qui avait dirigé la première viennoise des Maîtres chanteurs, monta Le Vaisseau fantôme et Rienzi. Jauner fit son premier coup d’éclat en montant Carmen en 1875, après la création « scandaleuse » de cet opéra à Paris la même année ; il invita ensuite Verdi à diriger Aida et son Requiem, et fit venir le grand chef d’orchestre Hans Richter, qui resta attaché à l’Opéra de Vienne jusqu’en 1900. Jahn, spécialisé dans le répertoire italien et français (tandis que Richter excellait dans le répertoire allemand), possédait de plus un talent particulier pour découvrir de grands chanteurs : avec Richter et le Baron Friedrich Hofmann, intendant général entre 1880 et 1885, il fit de l’Opéra de Vienne l’une des institutions européennes les plus renommées.

SALLE BÖSENDORFER

11Ludwig Bösendorfer, qui avait repris l’entreprise paternelle de facture de piano (fondée en 1828 par Ignaz Bösendorfer) et qui était lui-même très doué pour la musique, décida d’ouvrir en 1872 une salle de concert pour profiter de l’acoustique exceptionnelle des manèges du Palais Liechtenstein où il avait installé son bureau et sa salle de vente. On fêta l’ouverture de la nouvelle salle, dont la capacité était de presque six cents places, par un concert de Hans von Bülow le 19 novembre 1872. Jusqu’en 1913, date où le Palais fut détruit, la salle Bösendorfer fut l’une des salles de concerts les plus appréciées à Vienne : on put y entendre plus de quatre mille cinq cents concerts, et tous les plus grands pianistes de l’époque s’y produisirent. Ludwig Bösendorfer était en très bons termes avec la Société des amis de la musique, dont il devint membre d’honneur en 1870, puis membre du comité de direction en 1878.

SOCIÉTÉ ACADÉMIQUE WAGNER DE VIENNE (WIENER AKADEMISCHER WAGNER-VEREIN)

12Fondée en 1873, elle était très influente dans la vie musicale viennoise. À ses débuts, le Wagner-Verein de Vienne était, selon l’expression de Stéphane Goldet, une « phalange de jeunes pionniers révolutionnaires ». Mais la société, comme toutes celles qui avaient été fondées à partir de 1871 à l’instigation de Wagner lui-même, n’était pas là que pour produire de grands débats d’idées : il s’agissait, très concrètement, de récolter des fonds pour que le festival de Bayreuth puisse voir le jour et survivre à sa première édition en 1876 (le théâtre n’aurait toutefois pas pu être construit si Ludwig II ne l’avait pas subventionné généreusement). Il s’agissait également, pour les associations de ce type, de subventionner les jeunes musiciens qui désiraient se rendre à Bayreuth. En 1883, juste après la mort de Wagner, le « Allgemeiner Richard-Wagner-Verband » fut fondé dans le but de coordonner toutes les associations Wagner qui existaient (son journal s’intitulait les Bayreuther Blätter) – leur nombre dépassait deux cents en 1886. Le directeur du Wiener Wagner-Verein, depuis sa fondation, était Felix Mottl, qui avait soutenu Wolf juste après son départ du Conservatoire. Le Wagner-Verein organisait des concerts très prisés, à une fréquence de deux mois d’intervalle environ (sans compter les concerts privés), concerts où l’on pouvait entendre les meilleurs chanteurs wagnériens du moment ; c’est aussi le Wagner-Verein qui fit découvrir au public viennois, entre autres, les symphonies de Bruckner. Josef Schalk, ami et grand admirateur de Wolf, fut directeur de la société dès 1887. C’est en cette qualité qu’il invita plusieurs fois le compositeur à venir jouer quelques-unes de ses œuvres lors de réunions ou de concerts privés, réservés aux membres de l’association. Ce n’était là qu’un premier pas : Wolf figurera bientôt au programme de trois concerts publics de la société Wagner entre le mois de décembre 1888 et le mois de mars 1889, à la salle Bösendorfer.

SOCIÉTÉ DES AMIS DE LA MUSIQUE (GESELLSCHAFT DER MUSIKFREUNDE) ET MUSIKVEREIN

13La Société des amis de la musique fut créée officiellement en 1814 (elle succédait à la « Gesellschaft Adeliger Frauen », fondée deux ans plus tôt). Elle joua un rôle tout à fait primordial dans la vie musicale viennoise à une époque où la musique passait du mécénat aristocratique à une forme d’organisation plus bourgeoise, qui allait de pair avec un engouement croissant de la classe dite « moyenne » pour la musique. Entre 1812 et 1848, la Société subventionna plus de cent cinquante concerts, huit opéras et deux cent quarante soirées de « salon ». Mais elle ne se limita pas à organiser une série de concerts annuels (les concerts de la Société des amis, ou « Gesellschaftskonzerte ») : elle fonda également le Conservatoire de musique en 1817, ainsi qu’une bibliothèque publique, un orchestre d’abord amateur, puis constitué largement de membres de l’Orchestre de l’Opéra, et enfin un chœur (dont Salieri fut le premier chef), qui devint plus tard le célèbre Singverein (voir : Chœur des amis de la musique). Au temps où Wolf les fréquentait, les « Gesellschaftskonzerte » comptaient parmi leurs plus célèbres chefs d’orchestre Anton Rubinstein (1871-1872) et Brahms (1872-1875). Lorsque Wolf commença son activité de critique au Salonblatt, ces concerts étaient dirigés par Wilhelm Gericke, que Wolf appréciait beaucoup, en particulier pour son engagement envers la musique moderne (voir ses critiques du 13 et du 27 avril 1884, dans le chapitre « Musique symphonique »). Lors des premières années qui suivirent sa fondation, la Société des amis donnait ses concerts dans un restaurant « chic » de l’époque (Zum roten Igel), avant d’acquérir une maison et de l’adapter à ses besoins, en y créant une salle de concert d’une capacité de cinq cents places en 1831. En 1867-1870, on fit construire l’actuel Musikverein en style néo-classique, près de la fameuse Ringstrasse. Le nouveau Musikverein comprenait deux salles de concerts, d’une capacité de sept cents et de mille six cents places, ainsi que des salles pour les cours du Conservatoire et pour la bibliothèque.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search