Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Euryanthe de Weber 25 décembre 1886 [n° 97]

Texte intégral

  • 1 L’Opéra de Vienne avait donné un cycle Weber à l’occasion du centenaire de la naissance du composit (...)

1Le 18 décembre, jour anniversaire de la naissance du Maître, Euryanthe a été donnée en conclusion du cycle Weber1. Voir cette œuvre représentée ici fait partie des plaisirs artistiques rares, et tous ceux qui sont attachés sincèrement à la prospérité de l’art saluent un tel événement avec une joie non dissimulée – j’entends, avant la représentation, car je doute que cet opéra puisse offrir aux gens vraiment sensibles un réel plaisir artistique ; beaucoup, d’ailleurs, sont entrés à l’Opéra le cœur léger le jour de la représentation d’Euryanthe mais en sont ressortis abattus et quelque peu contrariés. Ce fut le lot de Weber : concevoir des projets de haut vol sans jamais pouvoir les réaliser. Euryanthe, enfantée dans la douleur, n’est en fait pas autre chose qu’un manuel pratique à l’usage des compositeurs dramatiques décrivant avec précision comment ils doivent faire et ce qu’ils doivent éviter. C’est une expérience « de laboratoire » qui fut fort douloureuse pour Weber, mais c’est aussi son legs majeur, un legs dont Richard Wagner a tiré des enseignements très salutaires. Avec Euryanthe, Weber a entrepris son voyage initiatique vers le drame musical, jusqu’alors seulement entrevu. Π a ouvert la bonne voie, mais il était si mal loti qu’il dut apparier sa musique céleste à un texte aussi délabré qu’une ruine misérable ! Il espéra en vain aborder aux rives de l’Eldorado grâce au gouvernail de la musique : le frêle esquif sombra dans les flots déchaînés du grand opéra, et l’habile marin, gouvernail cassé, trouva refuge sur un îlot enchanteur où, perdu corps et âme, il donna son ultime chant avec le cor magique d’Obéron et expira.

  • 2 Le livret d’Euryanthe est de Helmina von Chézy (1783-1856) d’après un texte français du XIIIe siècl (...)

2La grandeur et la véritable signification d’Euryanthe ne résident pas, comme c’est le cas du Freischütz et d’Obéron, dans sa valeur artistique intrinsèque, mais dans sa valeur relative, en ceci que Weber, écrivant son Euryanthe, a largement dépassé ce qu’il avait en tête en composant les deux opéras précédents. Ce qui mérite donc notre attention, c’est moins l’œuvre elle-même que le principe artistique et la conception philosophique qui ont présidé à son élaboration. Si, en composant Euryanthe, Weber a été malgré tout infidèle à son principe de réunir et de mettre sur un pied d’égalité tous les arts frères pour qu’ils culminent en cette œuvre d’art indivisible qu’est le drame musical, la faute en revient d’abord assurément à la poétesse2, puis retombe sur les épaules du compositeur, qui a cru devoir combler les lacunes poétiques par une musique « mélodique » sans en ressentir aucunement la nécessité interne, si bien que « la réunion des arts frères » se retrouva en équilibre instable et que l’inconsistance de l’œuvre apparut alors en pleine lumière.

  • 3 Lettre de Weber du 20 décembre 1824 à 1’Akademischer Musikverein de Breslau. Wolf emprunte cette ci (...)

3Considérer et juger Euryanthe d’un point de vue purement musical n’est cependant pas recommandable. Weber a refusé une représentation d’Euryanthe en concert à Breslau par ces mots : « Euryanthe est une tentative dramatique dont l’effet ne peut venir que de la coopération de tous les arts frères, et manque son but si elle est privée de leur soutien3 ». Celui qui est ravi par telle ou telle mélodie, saisi par telle ou telle scène en raison du caractère intense de sa musique, celui qui n’est pas dérangé par certains aspects brutaux de l’intrigue parce que la musique leur apporte quelque noblesse, celui que l’obstination stupide d’Euryanthe inculpée à la fin du deuxième acte (obstination qui n’a d’autre justification que de prolonger l’action d’un acte encore) ne met pas en rage sous prétexte que la musique est si éloquente, etc., celui-ci n’a assurément pas saisi la valeur de l’œuvre. Oui, je crois même que ce sont ces « musicistes » qui déplorent dans Euryanthe – d’ailleurs à bon droit – le manque de mélodies, de ces mélodies qui, disjointes de la situation dramatique, peuvent être chantées sans perdre en signification ni en force émotionnelle. Et de fait, dans cette très curieuse partition, de telles mélodies fleurissent très souvent comme par magie pour exhaler leurs parfums enivrants. Le chasseur de mélodie n’y trouvera cependant son compte qu’à moitié. À l’inverse, le familier du principe de Weber souhaitera moins de mélodies et plus d’expressivité dramatique en contrepartie : autres divergences donc ! Ce sont ces contradictions qui empêchent que se dégage une impression d’ensemble vraiment satisfaisante, ce qui constitue pourtant la principale qualité d’une œuvre d’art, si bien que l’auditeur réceptif est tantôt attiré, tantôt rebuté selon que le compositeur a été stimulé par la situation dramatique ou a dû porter le fardeau d’un texte poétique absurde.

4L’interprétation de cet opéra était pleine d’élan et de vie. Les chœurs, qui forment la plus grande partie de la partition et sont pour beaucoup dans l’ennui que dégage l’intrigue, ont été bien répétés. Effet fascinant du chœur des chasseurs, avec sa mélodie noblement chantée et sa fraîcheur de rosée. Applaudissements frénétiques après l’ouverture. Ces applaudissements s’adressaient uniquement à la composition musicale, extraordinairement poétique et d’une conception grandiose, et certes pas à l’exécution qui ne peut prétendre à aucun éloge puisque les cuivres ont, comme à l’accoutumée et sans vergogne, fait leur tapage. Étonnant qu’un chef aussi sensible que Monsieur Jahn, le Directeur, tolère un pareil scandale. En Euryanthe, Madame Sucher fut touchante, même si sa voix stridente contrastait étrangement avec le personnage. La chanteuse devait être particulièrement mal disposée ce soir-là. À part cela, elle a su donner, grâce à son interprétation tout intérieure, un charme vraiment poétique à la cavatine « Hier dicht am Quell » [« Ici, tout près de la source », III, n° 17] alors que son interprétation de la cavatine du premier acte avait tout pour mettre notre patience à dure épreuve. N’ayant pu charmer nos oreilles, Madame Sucher charma nos yeux par son jeu extrêmement expressif, si bien qu’au bout du compte nous avons pu être satisfait de cette Euryanthe. Une actrice dont l’interprétation d’Ortrud fait maintenant autorité ne pouvait évidemment peindre Eglantine, la sœur et l’égale d’Ortrud, autrement qu’avec les couleurs caractéristiques de la méchanceté la plus noire. Terrible, comme tout droit sortie de l’esprit même de la musique de Weber, l’ombre inquiétante d’Églantine apparut devant nos yeux ébahis. Et cette ombre n’était pas une image diaphane produite par notre imagination ; au contraire, elle avait des formes bien concrètes puisque incarnées fortement par Madame Materna. Avec ce rôle, Madame Materna a ajouté une nouvelle branche à la belle couronne de lauriers que lui a value sa carrière d’artiste riche en honneurs. Monsieur Winkelmann fut un excellent Adolar même si sa voix manquait malheureusement trop du registre piano nécessaire pour rendre justice à la délicatesse des passages lyriques. Le mordant de l’expression fait trop défaut à Monsieur Sommer pour interpréter comme il faut un rôle tel que Lysiart. Monsieur von Reichenberg fut un « aimable roi » en chaque recoin de sa personne.

5Madame Sucher restera artiste invitée de notre Opéra bien après le cycle Weber, et l’on s’en félicite. C’est à cette heureuse circonstance que nous devons le grand plaisir d’une représentation de Lohengrin Son Elsa était d’un charme engageant, non seulement par le jeu et l’apparence de l’artiste, mais aussi par son chant, satisfaisant dans une large mesure. De manière générale, une bonne étoile veillait sur cette représentation. Si Monsieur Horwitz ne forçait pas si horriblement la voix et voulait bien chanter plus correctement, il n’y aurait rien de grave à reprocher à son Telramund. La présence conjointe de Madame Materna et de Monsieur Winkelmann donnait d’ailleurs, a priori, de sérieux gages de réussite à ce spectacle.

6Encore un artiste invité : Monsieur Bulss de Dresde se fait remarquer sur notre scène à son avantage. Acteur doué et chanteur bien formé, il a donné tout son lustre au Petruchio de La Mégère apprivoisée. La prestation incomparable de Madame Lucca dans le rôle de Katharina confine au miracle. Jamais je n’aurais cru possible que même la chanteuse la plus géniale puisse redonner un peu de vie à une partition aussi faible que celle de La Mégère apprivoisée. Et voyez donc ! Le public apprécie ! Il est sous le charme et il s’enthousiasme pour cette pièce. Quant à moi, je hais cette musique bavarde et exsangue, mais j’adore Madame Lucca.

7Hofoper, 18 décembre 1886. Euryanthe de C. M. von Weber. Dir. Wilhelm Jahn. Rosa Sucher (Euryanthe), Amalia Friedrich-Materna (Eglantine).

8Hofoper, 20 décembre 1886. Lohengrin de R. Wagner. Rosa Sucher (Elsa), Amalia Friedrich-Materna (Ortrud).

9Hofoper, 21 décembre 1886. Der Widerspenstigen Zähmung de H. Goetz. Pauline Lucca (Katharina), Paul Bulss (Petruchio).

Notes

1 L’Opéra de Vienne avait donné un cycle Weber à l’occasion du centenaire de la naissance du compositeur. Wolf avait rendu compte du Freischütz et de la musique de scène pour Preciosa le 12 décembre, puis de Obéron et de Abu Hassan la semaine suivante.

2 Le livret d’Euryanthe est de Helmina von Chézy (1783-1856) d’après un texte français du XIIIe siècle dont s’étaient déjà inspirés Boccace et Shakespeare.

3 Lettre de Weber du 20 décembre 1824 à 1’Akademischer Musikverein de Breslau. Wolf emprunte cette citation à : Max Maria Weber, Carl Maria von Weber. Ein Lebensbild, Leipzig, 1864, vol. II, p. 585.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search