Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Les Noces de Figaro

5 mai 1886 [n° 83]

Texte intégral

  • 1 L’essai de Wagner « Das Publikum in Zeit und Raum » (« Le public dans le temps et l’espace ») date (...)

1C’est le 1er mai 1786 que Le Nozze di Figaro ont connu pour la première fois les feux de la rampe, et aujourd’hui, 30 avril 1886, nous fêtons le centième anniversaire de la création de ce chef-d’œuvre. Instinctivement, nous nous transportons à l’époque qui a vu naître une telle œuvre et nous jetons un regard critique sur le présent qui apprécie encore ou, si l’on préfère, commence à apprécier les œuvres de Mozart. Nous devons ces considérations générales à Richard Wagner et à son article intitulé « Das Publikum in Zeit und Raum1 ». Entre autres choses, il est également question dans cette étude de la situation précaire des œuvres de Mozart en son temps et de celle, non moins précaire, qu’elles connaissent de nos jours. Je vais en donner un aperçu ici. Après avoir pris en considération le destin des œuvres musicales dramatiques déterminées par la forte versatilité des goûts musicaux, Wagner ajoute : « Dans les opéras de Mozart, on voit clairement que ce qui les a élevés au-dessus de leur temps leur impose étrangement de continuer à vivre hors de leur époque, donc privés des circonstances particulières qui ont engendré, à leur époque, leur conception et leur exécution. Toutes les œuvres des autres compositeurs d’opéras italiens ont échappé à ce sort ; aucune n’a survécu à son époque, dont elle était consubstantielle et où elle avait pris sa source. Avec Les Noces de Figaro et Don Juan, il en va différemment : il était impossible de considérer ces œuvres comme de simples matériaux pour quelques saisons d’opéra italien ; elles portaient le sceau de l’immortalité. L’immortalité ! Un cadeau empoisonné ! Quelles souffrances doit endurer l’âme esseulée d’un tel chef-d’œuvre lorsqu’elle est mise à la torture sur une scène d’aujourd’hui pour l’édification de la postérité ! Lorsque nous assistons aujourd’hui à une représentation de Figaro et de Don Juan, ne souhaitons-nous pas que l’œuvre ait bien vécu une fois pour toutes pour n’en garder que le souvenir d’une belle histoire, plutôt que de la voir forcée à mener une vie nouvelle qui lui est étrangère, comme un martyr ressuscité pour subir de nouveaux tourments ?

2Dans ces œuvres de Mozart, les plus belles efflorescences du goût musical italien s’unissent avec les conditions matérielles de l’opéra en Italie, pour former un idiome tout à fait particulier où l’esprit des dernières années du siècle précédent trouve une expression belle et agréable. Sorti de son contexte et jeté dans notre époque et ses circonstances, le contenu éternel de ces créations artistiques subit une distorsion que nous essayons vainement de corriger en travestissant et en modifiant sa forme réaliste ».

3On peut difficilement mettre en doute la justesse de cette affirmation. Un simple regard sur le public, qui suit avec une parfaite équanimité l’action scénique des Noces de Figaro, suffit à nous enseigner combien nous sommes loin aujourd’hui d’avoir une compréhension intime d’une œuvre qui témoigne, sur le ton de la frivolité, de la corruption morale de la société de l’époque. La comédie de Beaumarchais, qui eut en son temps une influence profonde par la satire politique qu’elle contenait, nous laisserait aujourd’hui probablement sans grande réaction. Mais nous pourrions au moins être décontenancés par le contraste que présente l’argument de la pièce avec les mœurs de notre époque telles que nous les concevons et les vivons ; car ce contraste fait apparaître dans une lumière encore plus crue l’immoralité des Noces de Figaro. Le fait que nous n’en soyons pas arrivés jusque-là montre à quel point nous sommes en dessous du niveau spirituel de notre temps.

  • 2 Una cosa rara de Vicente Martin y Soler avait été créé le 17 novembre 1786 au Burgtheater de Vienn (...)
  • 3 Wolf fait ici probablement allusion à Doktor und Apotheker de Karl Ditters von Dittersdorf (1739-1 (...)
  • 4 Comme il apparaît dans le programme reproduit ci-dessus, le rôle devait être tenu par Hans von Rok (...)

4On sait qu’à leur création, Le Nozze di Figaro ont fait un triomphe retentissant. Il fallut bisser la plupart des morceaux, si bien que la durée de l’opéra s’en trouva presque doublée. Mozart fut appelé sur scène et applaudi à tout rompre. On dit que la représentation avait été excellente. Mais cet opéra quitta bien vite le répertoire : Una cosa rara de Martin2 chassa Figaro de la scène. Bientôt, ce fut Dittersdorf et ses opérettes prosaïques qui firent un triomphe. L’Empereur Joseph II et le public prirent parti pour Dittersdorf contre Mozart3. Puis Mozart répondit à l’appel de Prague, et l’accueil enthousiaste qui fut réservé à son Figaro le dédommagea largement des cabales de la scène impériale de Vienne. Pourtant, cette œuvre portait le sceau de l’immortalité et le spectateur sensible est aujourd’hui comme hier enchanté par Les Noces de Figaro, même si telle ou telle représentation manque d’esprit ou souffre d’une distribution déplorable. Cette fois encore, la représentation laissa beaucoup à désirer bien qu’elle compte parmi les meilleures. Le naturel et les dispositions artistiques de Monsieur Hablawetz ne le prédestinent en rien à jouer le rôle d’un garçon espiègle et accommodant comme Figaro4. Ceci dit, il s’est tiré honorablement de toutes les chausse-trappes dans lesquelles tombe son personnage au long de cet opéra aux rebondissements nombreux. Mais le page Chérubin ? Qu’est-il advenu de ce tendre embryon de Don Juan ? Mademoiselle Braga en jouait le rôle. Que dire de plus ? Mademoiselle Bianchi a campé une Suzanne adorable, coquette, gracieuse et donc bien plaisante. Elle chante à nous envoûter : après l’aria du jardin, il a semblé que les applaudissements du public ne finiraient jamais. Son allure, son jeu d’actrice et son chant s’unissent dans sa prestation pour former un tout dont l’harmonie et la beauté semblent vouloir rivaliser avec la musique de Mozart La sérénité et la lucidité d’une noble femme, telles qu’elles s’expriment si profondément dans les deux arias de la comtesse, ont été admirablement rendues par Madame Papier. Sa prestation a aussi été récompensée par un tonnerre d’applaudissements. Monsieur Reichmann a donné un comte Almaviva parfait. Dans les seconds rôles, excellentes prestations de Mesdemoiselles Bayer (Marcelline) et de Messieurs Lay (Bartolo), Stoll (Antonio), Schittenhelm (Don Curzio) et surtout de Monsieur Schmitt (Don Basilio). L’opéra a été travaillé en profondeur par Monsieur Jahn, le directeur. Le dispositif scénique était plaisant et la salle bondée.

5Hofoper, 30 avril 1886. Die Hochzeit des Figaro de W. A. Mozart (en traduction allemande). Dir. Wilhelm Jahn. Theodor Reichmann (Comte Almaviva), Rosa Papier (la Comtesse), Bianca Bianchi (Suzanne), Hermine Braga (Cherubino), Hans von Rokitansky (Figaro), Anna Baier (Marcelline), August Hablavetz (Bartolo), Theodor Lay (Antonio).

Notes

1 L’essai de Wagner « Das Publikum in Zeit und Raum » (« Le public dans le temps et l’espace ») date de 1878 et a été réédité en 1883 dans le dixième tome des Gesammelte Schriften und Dichtungen.

2 Una cosa rara de Vicente Martin y Soler avait été créé le 17 novembre 1786 au Burgtheater de Vienne.

3 Wolf fait ici probablement allusion à Doktor und Apotheker de Karl Ditters von Dittersdorf (1739-1799), qui avait été créé en 1786 à Vienne et qui est resté par la suite le plus apprécié des quarante-quatre opéras du compositeur.

4 Comme il apparaît dans le programme reproduit ci-dessus, le rôle devait être tenu par Hans von Rokitansky, qui s’était cependant désisté le matin même. Les rôles avaient alors été aussitôt redistribués entre les chanteurs.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search