Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Le ténor Emil Götze dans Lohengrin et dans Faust de Gounod

14 février 1886 [n° 75]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’impression favorable que Monsieur Götze nous avait faite dans Martha ne s’est pas renforcée par la fréquentation plus intime de cet artiste rhénan. Monsieur Götze possède indiscutablement une voix magnifique, bien travaillée dans tous les registres, mais uniquement, et c’est dommage, du point de vue de l’athlète. Il est tout aussi fâché avec le piano, le mezzo forte et toutes les expressions du chant que maints « parvenus linguistiques » avec les déclinaisons de la langue allemande. À son apparition, probablement parce qu’il était trop étroitement surveillé par son imprésario, Monsieur Götze nous a semblé d’une humeur si massacrante qu’il a chanté sur un ton cassant son adieu au cygne, devant la foule assemblée sur les rives de la Scheide. J’ai tremblé pour le pauvre animal. Après cet adieu furibond, il s’est présenté à Elsa, non sous les traits du chevalier éthéré auquel nous sommes habitués, mais comme un pandore envoyé par le Graal et chargé du maintien de l’ordre et de la sécu...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search