Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Le ténor Emil Götze dans Martha de Flotow

7 février 1886 [n° 74]

Texte intégral

  • 1 Jeu de mots sur le nom du chanteur, « Götze » signifiant « idole » en allemand.

1Emil Götze, le célèbre ténor du Théâtre municipal de Cologne, est devenu d’un seul coup l’idole du public de Vienne1. Depuis quelque temps, des rumeurs mystérieuses circulaient, faisant état de l’apparition d’un ténor fabuleux. On en demandait un, à l’instar du peuple du désert qui attend la manne comme un don du Ciel, on avait rêvé en plein jour de la venue du Messie des ténors, mais on s’était contenté, avant d’en venir à des violences fanatiques, de confier les résultats de ces errances visionnaires à la petite loterie. Cette croyance en l’émergence d’un ténor miraculeux était particulièrement vivace au sein de la guilde des cochers de fiacres d’où sont déjà issus, comme on sait, maints précurseurs du Sauveur des ténors tant espéré. Mais selon toute vraisemblance, le voici enfin arrivé, le Messie tant attendu, le Sauveur ardemment imploré, certes pas de la Maison de David, mais simplement descendu du siège du cocher. Mais faut-il vraiment que la maudite superstition du cocher dure éternellement ? Nous sommes même persuadé que le ténor récemment découvert est homme à donner le coup de grâce à cette superstition qui disparaîtra ainsi jusqu’à la fin des temps. Monsieur Emil Götze qui est, à l’exception de la cathédrale, la seule curiosité digne d’intérêt de Cologne – car la mauvaise musique, comme celle faite à Cologne par le défunt Ferdinand Hiller, est aussi cultivée en d’autres localités avec le même sérieux et le même zèle – a suscité une vive curiosité chez notre public : qu’on ait joué à guichet fermé en est la meilleure preuve. Chacun était très excité à l’idée de voir ce chanteur dont la renommée s’étend bien au-delà de l’Allemagne. On n’eut pas longtemps à attendre. Un beau jour, la gazette du théâtre annonça : « Martha de Flotow avec, dans le rôle de Lionel, Monsieur Emil Götze du Théâtre municipal de Cologne ». Le grand moment était venu, toutes les affres apaisées, la curiosité assouvie, mais surtout : toutes les attentes allaient être dépassées. De la prestance, un léger soupçon d’embonpoint, une allure jeune et virile, un regard de braise, des mouvements libres et naturels : dès son entrée en scène, Monsieur Götze avait conquis par son physique le cœur du public, qui n’eut pas longtemps à attendre pour être surpris par un si bémol aigu d’une plénitude, d’un éclat et d’un charme sans pareil. Cela dit, Monsieur Götze ne fait pas dans les demi-teintes. Sa voix puissante manque de souplesse. Toutes ces nuances entre le pianissimo et le fortissimo, qui vivifient l’interprétation et parviennent à faire oublier au public les limites des voix les moins sonores, nous ne les avons pas perçues dans la voix de Monsieur Götze. Il n’est jamais arrivé à chanter mezza voce : il chante soit en voix de fausset, soit en voix de poitrine. Cette dernière lui convient mieux et Monsieur Götze en est bien conscient. On le note à l’usage modéré qu’il fait de la voix de tête. Si malgré cela son interprétation enchante, c’est à son rayonnement intérieur, à l’immédiateté de son expression et à une certaine simplicité de son phrasé qu’il doit de pouvoir faire oublier les défauts mentionnés ci-dessus. L’une des qualités que nous nous plaisons à saluer chez lui, c’est sa diction correcte et clairement articulée. L’impression que la prestation de cet artiste invité a faite sur un public chauffé à blanc équivaut littéralement à un ensorcellement.

2Mademoiselle Bianchi fut une Lady distinguée autant qu’une Martha charmante. De même qu’il est possible aux natures d’élite de donner un beau côté aux faits les plus communs grâce à la magie de leur personnalité, de même Mademoiselle Bianchi, artiste véritable, parvient à ennoblir ce qui est trivial, à transfigurer ce qui est grossier, à embellir ce qui est repoussant. Que de mélodies fades et écœurantes comme des sucreries fleurissent à chaque vers du livret de Martha ! Nous péririons englués dans le flot grandissant de cette mélasse si l’interprétation contenue et élégante de Mademoiselle Bianchi n’arrivait parfois à modérer l’hyper-sentimentalité larmoyante de cette effroyable partition par un reflux bienfaisant de la marée. Madame Papier (Nancy) et Monsieur Reichenberg (Plumkett) étaient parfaitement dans leur élément. Mais quelle raideur gauche dans le chevalier de Monsieur Felix ! Cette forme d’humour a de quoi vous glacer le sang dans les veines. Lord Tristan est un rôle qui va bien à Monsieur Mayerhofer.

3Hofoper, 3 février 1886. Martha, oder Der Markt zu Richmond de F. von Flotow. Bianca Bianchi (Lady Harriet), Emil Götze (Lyonel), Rosa Papier (Nancy).

Notes

1 Jeu de mots sur le nom du chanteur, « Götze » signifiant « idole » en allemand.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search