Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Alceste de Gluck

11 octobre 1885 [n° 58]

Texte intégral

1On ne doit pas s’étonner de l’attitude indifférente de notre public à l’égard des œuvres de Gluck. Il aura fallu, en somme, trois quarts de siècle pour que la sensibilité artistique de la direction de notre Opéra croie voir enfin venu le moment de servir Alceste comme une nouveauté. La salle était pleine pour assister à cette étrange cérémonie de résurrection qui, pour beaucoup, a dû sembler étrange en effet.

2Que peut-on faire de cette musique sévère et austère, de cette intrigue qui progresse sur un rythme solennel et mesuré ? Des lamentations et des soupirs du début à la fin ! Infortuné Admète ! Infortunée Alceste ! Peuple infortuné ! Infortunés enfants ! Funeste oracle ! Mais un peu de patience ! Le deuxième acte commence mieux. Admète est en vie, le peuple est rasséréné. Certes, Alceste ne semble pas très gaie, mais on n’a pas de temps à consacrer à sa peine car voici déjà les ballerines qui sautillent de-ci de-là et on oublie Admète et Alceste, la musique et l’intrigue. Les désagréments sont mis de côté, toutes les souffrances sont éteintes, toute compassion dangereuse est étouffée, et, avec un sourire triomphant, le connaisseur et le dilettante posent sur leur nez l’indispensable instrument du spectateur d’opéra et... glorifient cette Alceste de Gluck, si épatante. Vraiment, il n’y a rien de plus ridicule que l’enthousiasme de notre public assistant à la première d’un opéra de Gluck dans une nouvelle mise en scène. On peut juger de l’intensité de cet enthousiasme à la deuxième représentation, à la troisième, et, s’il y en a une, à la quatrième. Seules la curiosité et la vanité de se faire voir à une première poussent les gens à aller à l’Opéra. Les admirateurs authentiques du talent de Gluck se comptent sur les doigts d’une main. Si les opéras de Gluck étaient représentés plus souvent, on serait plus circonspect dans le choix des œuvres ; on s’efforcerait de poursuivre davantage des objectifs artistiques que des objectifs commerciaux, ce qu’il aurait pu être facile d’essayer dans une institution aussi généreusement subventionnée que notre Théâtre Impérial. On pourrait alors parler à loisir et sérieusement de la représentation d’œuvres d’art grandioses comme celles de Gluck, voire faire que toute parole devienne superflue. Mais nous en sommes encore loin.

3Madame Materna a bien mis en valeur le rôle d’Alceste, même si ce ne fut pas tout à fait dans l’esprit de Gluck. On aimerait conseiller plus de calme et de placidité à l’actrice qui interprète ce rôle. Il serait bon également qu’elle se dispensât de ses accents bien trop appuyés : on ne les trouve pas écrits dans la partition. Monsieur Sommer (le grand-prêtre) a chanté tout bonnement comme s’il passait un examen devant une commission de professeurs de chant. Dans le rôle d’Hercule, Monsieur Scaria fut assez drôle. Il paraît bien difficile en effet de prendre ce parangon de fanfaronnade autrement qu’à la rigolade. Le tableau final est merveilleux : les bons parents qui veulent faire plaisir à leurs enfants ne doivent pas manquer de les envoyer voir le finale de la représentation à l’Opéra. Ce spectacle digne des projections de lanternes magiques les divertira assurément.

4Hofoper, 4 octobre 1885. Nouvelle production : Alceste de C. W. Gluck (en traduction allemande). Amalia Friedrich-Materna (Alceste).

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search