Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Lohengrin

24 mai 1885 [n° 54]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Monsieur Vogl, de Munich, est indiscutablement le plus intelligent de nos chanteurs wagnériens. Pas un regard, pas un geste, pas une nuance vocale qui ne soient fortement motivés. Tout dans son jeu donne du sens, respire la vraie vie. Cependant, on peut noter une certaine intentionnalité, comme si Monsieur Vogl voulait rendre le spectateur attentif à une finesse particulière de son interprétation. Le jeu du mime, dit Börne, est un cadran qui transcrit des mouvements intérieurs, ce n’est pas une horloge qui révèle son propre mouvement1. Dans notre cas, la musique est l’horloge qui ne laisse rien dans l’ombre, d’autant que les leitmotive tiennent constamment l’auditeur en haleine, dirigeant son attention sur les événements qui surviennent sur le plateau. Monsieur Vogl devrait se contenter d’être un cadran. Ceci encore : depuis « Dein Lieben muss mir hoch entgelten » [« Ton amour saura largement compenser », III, ii] jusqu’à « Böt’ mir der König » [« Quand bien même le Roi m’eût offert...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search