Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

L’Enlèvement au Sérail de Mozart et Lucie de Lammermoor de Donizetti

15 février 1885 [n° 40]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Peu avant le début de la représentation, Monsieur Reichenberg a remplacé Monsieur Rokitansky, subitement souffrant, dans le rôle d’Osmin ; s’il l’a très bien interprété musicalement, dramatiquement, ce rôle lui a moins bien réussi. Il faut pourtant bien peu de choses pour camper avec exactitude ce personnage original : quelques effets à l’emporte-pièce et le tour est joué. Il faut surtout que l’interprète évite de se perdre dans les détails. Osmin est taillé dans la masse (d’un bois fort mal équarri) si bien que la tonalité fondamentale du personnage ne doit être nuancée que là où cela s’impose vraiment, par une modulation discrète aux tons voisins, que ce soit au niveau du jeu ou du chant. Une fois, seulement une fois, Osmin se défait de son air bougon : lorsque les effets du vin le plongent dans un état, inouï pour lui, de jovialité exubérante à l’extrême au point de ne plus être lui-même. Pour le reste, Osmin est un ours mal léché tout au long de l’opéra ; non pas un grognon bon ...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search