Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Tristan et Iseult, Fidelio

25 janvier 1885 [n° 37]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mademoiselle Lilli Lehmann, de Berlin, donnait Iseult. Madame Materna et Madame Sucher ont une conception du personnage d’Iseult bien plus juste que celle de Mademoiselle Lehmann qui a fait d’Iseult une femme virile, et cette conception est parfaitement erronée. L’Iseult décrite par le poète est complètement femme, elle brûle d’amour pour Tristan qui la repousse, la renie, la blesse et la bafoue. Jamais une femme n’est plus femme que lorsqu’elle est amoureuse et Iseult est amoureuse de la première scène jusqu’à sa mort. Iseult écume, est en fureur, fulmine, se déchaîne, maudit, mais qui ? Son bien-aimé ; pourquoi ? Parce qu’elle l’aime. En outre, Iseult est femme, bien trop femme, elle aime bien trop Tristan pour pouvoir faire semblant et donner l’impression que Tristan lui est indifférent. Ses discours froids, méprisants, s’accordent mal aux fortes palpitations de son cœur, à son désir impétueux de boire la potion expiatrice, aux faux-semblants dérisoires et aux artifices diplomati...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search