Desktop versionMobile version

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

L'Or du Rhin et La Walkyrie. La Juive d’Halévy et Les Diamants de la couronne d’Auber

21 décembre 1884 [n° 32]

Full text

  • 1 Ludwig Schnorr von Carolsfeld (1836-1865) est mort à 29 ans. Il avait créé le rôle de Tristan à Mu (...)

1La performance réalisée par Monsieur Vogl dans le rôle de Loge de L’Or du Rhin de Richard Wagner défie toute description. Ce fut une leçon d’acteur comparable à l’interprétation congéniale de Tannhäuser par Niemann, ou à celle de Schnorr von Carolsfeld dans le rôle de Tristan (nous devons nous en remettre au témoignage de Wagner puisque nous n’avons pu entendre Schnorr von Carolsfeld, mort prématurément1). Évidemment, comme ces trois personnages diffèrent fondamentalement par leur structure, leur construction et leur évolution (dans le cas de Loge, on ne peut pas parler d’évolution du tout), il nous faut adopter un point de vue différent pour envisager chacune de ces trois figures. Il est certain que le rôle de Tannhäuser est celui qui exige le plus de son interprète. Que de transformations auxquelles ce troubadour doit se plier, passant de la sensualité la plus intense à l’ascèse totale ! Quel univers d’émotions entre ces deux pôles de l’expérience humaine ! Que de forces doivent agir sur lui pour que son être soit ainsi ébranlé et que de tels revirements s’ensuivent ! Confronté à ce rôle, l’acteur seulement « intelligent » est perdu. Les jolis prodiges d’un artificier de kermesse n’y suffisent pas. Il y faut une nature volcanique qui certes projette aussi des scories, mais qui n’a pas besoin d’un stimulus extérieur pour se déclencher, puisqu’elle recèle en elle-même tant d’éléments en ébullition qu’elle peut exploser, dès qu’elle est déviée de son cours habituel, en une déflagration dévastatrice sitôt qu’elle rencontre la moindre résistance. Tel nous semble être le trait fondamental de la personnalité de Tannhäuser. La nature impétueuse de Niemann était prédestinée à se confondre avec le personnage de Tannhäuser à un point tel qu’il nous suffit de prononcer le nom de cet artiste pour que surgisse immédiatement devant nos yeux la figure chevaleresque du troubadour. La conception de ce rôle par Niemann est devenue le modèle de Tannhäuser, à l’instar de l’interprétation de Tristan par Schnorr von Carolsfeld et de celle, incomparablement frappante aujourd’hui, de Loge par Monsieur Vogl, dernier venu dans la cour des grands. Il serait sans doute intéressant d’établir un parallèle entre ces trois personnages et ces trois acteurs, qui ont chacun donné le meilleur d’eux-mêmes dans l’interprétation de l’un de ces rôles. Seul le manque de place me retient de le faire. S’il fallait évoquer à grands traits les relations qu’entretiennent ces trois personnages, je dirais que le poète n’a pas donné d’un seul coup le personnage de Tannhäuser et qu’au contraire, il l’a fait apparaître peu à peu devant nos yeux. Tannhäuser ne suscite chez nous le plus vif intérêt qu’au fur et à mesure que l’action se déroule. De même que le personnage principal d’un tableau ne se révèle pleinement que lorsque plus aucune touche ne manque à l’ensemble, peut-être même uniquement lorsque le tableau a reçu son cadre doré, de même l’intérêt que nous portons à notre héros dépend des relations physiques et spirituelles qu’il entretient avec son environnement, ce dernier lui étant absolument nécessaire pour se mettre en valeur. Sorti du tableau, il perd tout son sens parce que, pour pouvoir comprendre les mouvements de l’âme, nous devons toujours avoir sous les yeux ce qui les a nécessairement provoqués. À un degré bien moindre, cela vaut pour Tristan qui, lors de sa première apparition sur le motif qui lui est propre, est au fond déjà celui qu’il semble bien devoir devenir. Mais la figure de Loge nous apparaît d’emblée comme se suffisant à elle-même et comme immédiatement compréhensible. Avec Loge, Wagner n’a pas eu besoin d’esquisser, de peindre, de buriner. Deux touches, hop et hop, et en un éclair le personnage surgit, rien ne lui manque : fils de l’Enfer, mi-ase, mi-géant, avec l’air sournois et malin, un sourire cynique constamment accroché aux lèvres, les yeux pétillants de malice, les mouvements toujours facétieux – des pieds, de la tête, des mains, des doigts –, avec ses cheveux qui lancent des flammes, le manteau rouge feu jeté sur son corps demi-nu... Oui, c’était bien Loge, Dieu du feu, flammes dévorantes, jamais en repos, toujours en mouvement, comme l’élément qu’il incarne. Était-ce encore Monsieur Vogl ? Je ne crois pas, sinon je l’aurais reconnu à cès « rrr ». C’était Loge lui-même, sorti des abysses éternels du feu des Enfers, forcé et contraint par la formule magique de Monsieur Vogl. On ne peut l’expliquer autrement que par l’effet miraculeux du heaume magique dont dispose Monsieur Vogl. Mais la magie ne marche que pour invoquer le Dieu du feu, et il trouve alors la bonne formule. Pour le reste, ce heaume magique n’est qu’un joujou d’enfant pour lui comme pour Mime, le nain. Entrer dans le détail de cette performance qui confine au merveilleux serait présomptueux, à moins de vouloir y consacrer un livre entier.

2Le nom de Vogl, tant que la partition de L’Or du Rhin restera l’héritage de l’humanité (et si un jour les hommes venaient à se trouver dépossédés de ce legs, ils verraient alors approcher à grands pas le temps où l’humanité retournerait à ses ancêtres dans la forêt vierge), sera indissolublement lié à l’une des figures les plus originales de Wagner, celle de Loge. Dommage que les rôles de Freia, de Fricka, de Donner et de Froh n’aient pas été tenus par des gens plus confirmés que Mesdames Baier et Dillner, et Messieurs Frei et Gritzinger. Il aurait fallu que Madame Papier chantât Fricka, Monsieur Sommer, Donner, Monsieur Schittenhelm, Froh. Seuls dignes d’éloges : la persévérance de Monsieur Schmitt (Mime), qui a abordé son rôle assez ingrat avec une véritable abnégation, et le travail sérieux de Mademoiselle Meisslinger dans Erda, de Monsieur Rokitansky en Fasolt et de Monsieur Reichenberg en Fafner. On pouvait espérer mieux de Monsieur Scaria (Wotan) que ce qu’il a donné cette fois-ci ; il n’était pas tout à fait à son affaire. Monsieur Horwitz (Alberich) parut visiblement conduit par le souci de réunir le chanteur et le déclamateur. L’intention était parfaitement louable, reste qu’il a poussé son zèle à l’excès, au point de ne plus chanter et de déclamer seulement. Il devrait s’efforcer de fondre les deux et il y réussira. N’oublions pas les filles du Rhin. Du point de vue du chant, rien à redire, si ce n’est quelques notes trop hautes chez Mademoiselle Lehmann. Mais comme leurs mouvements étaient maladroits, en contradiction avec leurs propres intentions et avec les paroles d’Alberich ! À l’exception de Mademoiselle Kaulich qui, en accord avec les indications de l’auteur, plongeait et refaisait surface, on s’en tint à un barbotage ennuyeux en position horizontale, réduisant l’illusion à néant. Mesdames Braga et Lehmann trouveraient dans l’abnégation de Mademoiselle Kaulich un exemple édifiant. Je reconnais volontiers que des mouvements d’oscillation de haut en bas peuvent créer une gêne tant qu’on n’y est pas habitué. Mais quand c’est nécessaire, il faut se résigner à l’inconfort. Et se faire arracher une dent est certainement bien pire. Alors, courage !

  • 2 Les trous de mémoire du célèbre chanteur wagnérien Emil Scaria étaient la conséquence d’une paraly (...)

3Certes, Monsieur Vogl a été fort bien en Siegmund dans La Walkyrie de Richard Wagner, mais rien de comparable avec ce qu’il avait donné dans Loge. Parfois, Monsieur Vogl s’attache trop à travailler le détail au lieu de privilégier les grands traits, comme Niemann, et, s’attachant à rendre intelligemment les petites choses, il passe à côté de l’être profond de ses héros. Néanmoins, il a campé Siegmund d’une façon si intéressante que nous avons eu cette fois encore l’impression d’être en présence d’un acteur infiniment intelligent. H va sans dire que Madame Materna en Brünnhilde et Madame Ehnn en Sieglinde furent inégalables. J’ai entendu pour la première fois Madame Papier chanter le rôle de Fricka et j’ai souhaité pour la première fois que la scène entre Wotan et Fricka fut deux fois plus longue, tant elle m’a semblé captivante depuis que Madame Papier joue ce rôle. Monsieur Scaria (Wotan) s’est servi bien trop chichement de sa voix puissante et il a été victime de temps à autre de trous de mémoire fort gênants2. « Weihlich weiseste Göttin » [au lieu de « Weihlich weiseste Wala », II, ii] détruit complètement l’allitération. Il a déjà fait mieux dans ce rôle. Monsieur von Reichenberg (Hunding) devrait songer que c’est Siegmund et non le public qui lui demande son nom. Je crois qu’il est de coutume, sur la scène comme dans la vie, de se tourner vers celui à qui on répond et non de se détourner de lui. Voilà qui est indiscutable. Dans l’ensemble, la représentation fut un succès.

4Monsieur Vogl a également fait ses débuts dans le rôle d’Eléazar de La Juive d’Halévy et avec succès car sa voix sonnait particulièrement bien ce soir-là. Les autres acteurs ont fait de leur mieux pour rendre justice à leur personnage, particulièrement Monsieur Rokitansky qui a brillé en chantant fort bien la superbe cavatine.

  • 3 L’opéra d’Auber a été créé à Paris en 1841.

5Suivirent Les Diamants de la couronne d’Auber. Rayé du répertoire depuis de longues années, cet opéra-comique charmant a été reçu assez favorablement par le public à l’occasion de sa résurrection3. Les applaudissements ne furent cependant pas à la mesure de cette musique pétillante et amusante qui accompagne le livret bien construit et efficace de Scribe. Ce serait vraiment dommage que cet opéra ne puisse rester au répertoire. Le joyau de la soirée fut Mademoiselle Bianchi qui joue le rôle principal, Théophilie, princesse des brigands qui se révèle être au troisième acte la Reine du Portugal. Ses coloratures et ses trilles impeccablement interprétés reçurent des applaudissements nourris. Mais elle sut aussi produire des sons qui allaient droit au cœur dans le chant soutenu, par exemple dans la belle aria du troisième acte. Monsieur Stoll (Don Enriquez) fut remarquable, surtout par son jeu d’acteur. Il en fait parfois un peu trop mais, malgré cela, il ne faut pas sous-estimer ses capacités d’acteur, particulièrement dans l’opéra comique. Sa voix est certes un peu étouffée, mais on s’y fait rapidement. C’est un chanteur très capable. Mademoiselle Braga (Diana) ne chante pas mal, mais ses mouvements manquent de grâce ; des mouches collées sur le visage ne suffisent pas à évoquer l’esprit de l’époque rococo. Il faut aussi jeter de la poudre... aux yeux ! Monsieur Mayerhofer (Bazano), comique éprouvé de longue date, et Monsieur von Reichenberg (Robolledo) méritent une mention spéciale. La troupe fut bonne, la mise en scène également.

6Un mot rapide pour nous souvenir du récital d’Alfred Grünfeld. Ce virtuose est populaire et la salle bondée en témoigne. Beethoven, Schumann, Chopin, Liszt, Rubinstein et une belle mazurka du pianiste, brillamment jouée, techniquement parfaite, mais souvent fade dans sa conception, surtout par rapport aux compositions de Schumann. Grünfeld est davantage un virtuose qu’un artiste, tant il est vrai qu’on rencontre bien rarement les deux réunis. Ce qu’il parvient à faire en virtuosité pure est proprement admirable et les applaudissements ont eu du mal à s’éteindre.

7Le cycle Wagner se termine cette semaine. Ce furent dans l’ensemble des spectacles réussis, qui, rassemblés en un cycle, ont pris davantage de gravité que ne l’a telle ou telle œuvre de Richard Wagner incluse dans un répertoire varié. Grâce à Monsieur Vogl, venu de Munich, l’intérêt de certaines représentations fut encore plus fort. Nous ne pouvons dire assez notre gratitude à l’intendant général, Son Excellence le Baron von Hofmann, de la politique artistique qu’il mène. Puissent très bientôt avoir lieu de nouveaux cycles Wagner, pour la joie du public et la gloire de l’intendant.

8Hofoper, 14 décembre 1884. Das Rheingold, prélude à la Trilogie Der Ring des Nibelungen de R. Wagner. Heinrich Vogl (Loge), artiste invité.

9Hofoper, 14 décembre 1884. Die Walküre de R. Wagner. Heinrich Vogl (Siegmund), Amalie Friedrich-Materna (Brünnhilde), artistes invités.

10Hofoper, 16 décembre 1884. Die Jüdin de J. F. Halévy. Heinrich Vogl (Eleazar).

11Hofoper, 18 décembre 1884. Die Krondiamanten de D. F. Auber. Version allemande de W. A. Swoboda. Bianca Bianchi (Theophila), August Stoll (Don Enquirez), Hermine Braga (Diana), Karl Mayerhofer (Bazano), Franz von Reichenberg (Robolledo).

12Musikverein, 16 décembre 1884, récital de piano par Alfred Grünfeld : J. S. Bach, Fantaisie chromatique. L. van Beethoven, Sonate caractéristique (sic). R. Schumann, « Des Abends » et « In der Nacht » extraits des Fantasiestücke opus 12 ; « Vogel als Prophet » extrait des Waldscenen opus 82. Chr. W. Gluck-C. Saint-Saëns, Air de ballet d’Alceste. E. Silas, Bourrée. R. Schumann, Fantaisie opus 17. R. Wagner-F. Liszt, Isoldes Liebestod. F. Chopin, Prélude ; Étude ·, Nocturne ; Valse. A. Grünfeld, Mazurka n° 3. A. Rubinstein, Valse-Caprice.

Notes

1 Ludwig Schnorr von Carolsfeld (1836-1865) est mort à 29 ans. Il avait créé le rôle de Tristan à Munich peu avant de mourir. Il s’était fait une grande réputation dans le rôle de Tannhäuser, et c’est Wagner lui-même qui avait tenu à ce qu’il incarne le premier Tristan.

2 Les trous de mémoire du célèbre chanteur wagnérien Emil Scaria étaient la conséquence d’une paralysie progressive qui devait causer sa mort en juillet 1886.

3 L’opéra d’Auber a été créé à Paris en 1841.

© Éditions Contrechamps, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search