Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Tristan et Iseult de Richard Wagner

13 décembre 1884 [n° 31]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Monsieur Vogl, de Munich, donnait Tristan ou, pour parler comme Monsieur Vogl, Trrristan. En comparaison de ce bruit de ferraille incessant, comme par exemple dans le serment expiatoire qui monte progressivement « Tr(rr) ug des Her(rr) zens ! Tr(rr) aum der(rr) Ahnung ! ew’ger(rr) Tr(rr) auerr ! einz’ger(rr) Tr(rr) ost ! » [« Mensonge du cœur ! Rêve du pressentiment ! Deuil éternel ! Unique consolation ! », I, v], le bruit infernal de la plus délabrée, de la plus grinçante et de la plus rouillée de nos voitures de place roulant sur les pavés traîtres de nos rues doit sembler un véritable plaisir pour l’oreille. L’impression vient à l’auditeur que des roues de moulin écrasent du grain, sensation peu agréable. Il est vrai que notre sensibilité à de pareils inconvénients devrait être quelque peu émoussée puisque Monsieur von Reichenberg se donne toutes les peines du monde pour accoutumer le public à des consonnes très... sonnantes. La moitié seulement des sifflements et raclements émis...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search