Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Iphigénie en Tauride de Gluck et Les Huguenots de Meyerbeer

23 novembre 1884 [n° 28]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La main du Directeur, Monsieur Jahn, s’est enfoncée jusqu’au tréfonds des archives, là où gisent les œuvres de l’un des plus éminents compositeurs, et ce qu’elle en exhuma fut... l’Iphigénie en Tauride de Gluck. La partition fut soigneusement nettoyée de sa décennale poussière1 et voyez donc ! Le chef-d’œuvre de Gluck a fait de nouveau une entrée triomphale dans notre Opéra. On ne peut dire de cette œuvre, à l’inverse de beaucoup d’autres méritoires : « Sur qui se repose, la rouille se dépose ». L’armure de Gluck (on raconte que Gluck avait l’habitude, quand il sentait l’harmonie des sons monter en lui, de se jeter dans une armure) était certes couverte de poussière, mais nullement rouillée, malgré les cent cinq années écoulées depuis la création d’Iphigénie en Tauride. Le tout-Paris de la musique fut à l’époque comme ensorcelé par cette œuvre. On sait les combats qui ont opposé les Gluckistes aux Piccinistes et avec quelle violence ils furent menés. Il y eut même des combats sangla...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search