Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Fidelio, Tannhäuser et Siegfried avec Rosa Sucher et Heinrich Vogl

15 juin 1884 [n° 22]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Deux voisins bavards assis derrière moi m’ont gâché le plaisir de l’ouverture par leur comportement sans gêne. Par exemple, l’une de ces âmes serviles (le maître de chapelle Kreisler1 désigne ainsi tous les trublions qui, pendant l’exécution de la musique, bavardent, font claquer leur éventail, badaudent distraitement, saluent leurs amis, font des signes, claquent violemment leur siège et leurs jumelles de théâtre, battent la mesure du pied, tambourinent des doigts et créent toutes sortes de désordres du même genre), une de ces âmes serviles donc - âmes serviles ! Comme c’est bien dit ! - adressa, durant l’exécution de la grande ouverture de Léonore, à l’âme servile qui la côtoyait, ces paroles mémorables : « Voyez donc ! Le public, si calme et attentif pendant l’ouverture, ne se comporte-t-il pas comme s’il se trouvait dans une salle de concert ? » Je restai atterré par cette naïveté éhontée. Et voilà où nous en sommes rendus ! On trouve curieux et anormal le comportement à la fois...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search