Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Le Trouvère de Verdi

6 avril 1884 [n° 12]

Texte intégral

1On va redonner Le Trouvère pour pouvoir entendre, comme lors de la précédente représentation, cette succession de sons aigus dont le Signor Mierzwinski fait si généreusement don aux spectateurs de la staggione. On aimerait lancer un « bon appétit ! » au parterre qui goûte chaque contre-si et chaque contre-ut de Mierzwinski comme autant d’huîtres fraîches et grasses. Il suffit de regarder le public en ces moments sublimes où le ténor, transfiguré par la hauteur béatificatrice de ces do ou do dièse, adresse au parterre un sourire d’aise : alors, les langues claquent de plaisir, on se frotte le ventre de contentement, chacun devient littéralement comme une cuisse de grenouille excitée par l’électricité galvanique de Monsieur Mierzwinski. Les ambitieux tentent de l’imiter en chantant dans le même registre, les modestes choisissent la solution moins risquée de l’octave inférieure ; mais l’enthousiaste ne fait que mimer le chant (signe d’émotion profonde), écartant plus ou moins et plus ou moins longtemps les deux mâchoires selon la hauteur et la durée de la note chantée : pratique ridicule mais qui procure à certains, on peut l’imaginer, plus de plaisir que Le Trouvère de Verdi ou même que Mierzwinski. [...]

2Hofoper, 28 mars 1884. Saison italienne : Il Trovatore de G. Verdi. Dir. Oreste Bimboni. Pauline Lucca (Leonora), Gollardo Aldighieri (Conte di Luna), Wladislaw Mierzwinski (Manrico), Rosa Papier (Azucena Zingara), Enrico Gasperini (Ferrando), Louise Kaulich (Inez).

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search