Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Le Mariage secret de Cimarosa

23 mars 1884 [n° 10]

Texte intégral

Un chanteur qui n’articule pas est juste bon à faire des vocalises ou à pousser la tyrolienne. (Hugo Wolf 24 mai 1885)

  • 1 Una cosa rara est en réalité de Vicente Martín y Soler (1756-1806).

1Le Mariage secret de Cimarosa, qui vient d’être porté sur la scène de l’Opéra de Vienne, ne peut guère espérer se survivre à lui-même, pas davantage que les opéras qui lui sont contemporains comme Didon de Piccini ou Una cosa rara de Paisiello1. Tous ces opéras paraissent bien pâles face à l’éclat génial du soleil mozartien. D’un point de vue artistique, Mozart leur est quelque peu apparenté bien qu’il ne puisse être rangé parmi les Italiens car, s’il possède en commun avec Cimarosa et ses compatriotes la vivacité italienne, le charme sans affectation, la fluidité élégante de la phrase musicale, les Italiens seraient bien en peine d’écrire une œuvre aussi consubstantielle à la profondeur spirituelle des Allemands que La Flûte enchantée. Mozart a fait sien le meilleur de la manière italienne sans pour autant que son identité germanique en soit affectée de quelque façon que ce soit. Quant à Cimarosa, il semble de son côté s’être intéressé à Mozart, ce qui eut à la fois du mauvais et du bon. Du mauvais pour le compositeur qui se souvint de maints passages ravissants des Noces de Figaro en composant son Mariage secret (car Les Noces de Figaro furent composées sept ans avant Le Mariage secret). Du bon pour le public qui préfère de loin entendre les nombreuses réminiscences de Mozart que l’interminable accumulation des phrases musicales surannées de Cimarosa. Le compositeur du Mariage secret nous paraît bien plus intéressant comme précurseur de Rossini, surtout dans les scènes de comédie, dans le premier finale, dans le duo entre Géronimo et le comte, etc. Il s’y montre tout à fait original, plein d’esprit et d’une habileté parfaitement étonnante. Dans ces morceaux parvient à nos narines le parfum grisant que nous respirons avec tant de plaisir dans Le Barbier de Séville. Comme c’est curieux ! C’est seulement dans les moments où Cimarosa nous rappelle Mozart et Rossini qu’il éveille notre intérêt, qu’il se révèle être un compositeur inventif, encore qu’il ne saurait soutenir à cet égard la comparaison avec Mozart. Monsieur Fuchs, le maître de chapelle, aurait mieux fait de faire interpréter les récitatifs secco comme des dialogues simplement parlés au lieu d’ajouter un accompagnement d’orchestre au chant insipide et monotone. Les morceaux de musique en auraient pris davantage de relief et auraient été plus rafraîchissants que ce ne fut le cas. Dans la distribution, Monsieur Mayerhofer a particulièrement bien tiré son épingle du jeu en donnant une peinture pleine de drôlerie d’un Géronimo dur d’oreille. Dans le rôle du comte, Monsieur Horwitz a mené sa tâche à bien avec beaucoup de talent. Mademoiselle Braga (Lisette) et Mademoiselle Meisslinger (la tante Fidalma) ont donné très convenablement leurs parties. Il serait bon que Mademoiselle Lehmann confère au personnage de Carolina un peu plus de souplesse. Monsieur Walter (Paolino) interpréterait à l’identique un vieux barbon et un amoureux transi : des grimaces et une voix enrouée ne permettent de rendre justice à aucun rôle. [...]

2Hofoper, 15 mars 1884. Nouvelle production : Die heimliche Ehe (Il matrimonio segreto) de D. Cimarosa. Nouvelle adaptation et dialogues de Johann Nepomuk Fuchs. Karl Mayerhofer (Géronimo), Willibald Horwitz (le comte), Hermine Braga (Lisette), Louise Meisslinger (la tante Fidalma).

Notes

1 Una cosa rara est en réalité de Vicente Martín y Soler (1756-1806).

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search