Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Opéra

Le Mariage secret de Cimarosa

23 mars 1884 [n° 10]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un chanteur qui n’articule pas est juste bon à faire des vocalises ou à pousser la tyrolienne. (Hugo Wolf 24 mai 1885)

Le Mariage secret de Cimarosa, qui vient d’être porté sur la scène de l’Opéra de Vienne, ne peut guère espérer se survivre à lui-même, pas davantage que les opéras qui lui sont contemporains comme Didon de Piccini ou Una cosa rara de Paisiello1. Tous ces opéras paraissent bien pâles face à l’éclat génial du soleil mozartien. D’un point de vue artistique, Mozart leur est quelque peu apparenté bien qu’il ne puisse être rangé parmi les Italiens car, s’il possède en commun avec Cimarosa et ses compatriotes la vivacité italienne, le charme sans affectation, la fluidité élégante de la phrase musicale, les Italiens seraient bien en peine d’écrire une œuvre aussi consubstantielle à la profondeur spirituelle des Allemands que La Flûte enchantée. Mozart a fait sien le meilleur de la manière italienne sans pour autant que son identité germanique en soit affectée de quelque faço...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search