Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Un récital de lieder par Rosa Papier 17 avril 1887 [n° 112]

Texte intégral

  • 1 Le compositeur et pianiste autrichien Ignaz Brüll (1846-1907) a étudié le piano au Conservatoire de (...)
  • 2 Originaire de Saint-Pétersbourg, le pianiste Eduard Schutt (1856-1933) s’était établi à Vienne aprè (...)
  • 3 L’Autrichien Albert Amadei (1851-1894) était conseiller à la cour et compositeur amateur.
  • 4 Le compositeur autrichien Carl Schön (1855-1925) avait été l’élève d’Anton Bruckner. Il dirigeait l (...)
  • 5 Rudolf Weinwurm (1835-1911), qui comptait au nombre des amis intimes d’Anton Bruckner, a fait une c (...)
  • 6 Shakespeare, As you like it, acte v, scène 3. Wolf se réfère à la traduction allemande de August Wi (...)

1La popularité croissante de Madame Rosa Papier comme chanteuse de lieder fait que la salle Bösendorfer suffit à peine à accueillir tous les admirateurs de l’illustre chanteuse – l’entrée se paie certes en espèces sonnantes et trébuchantes, mais aussi en paroles, en belles paroles – et il y a fort à craindre que Madame Papier, alléchée par le succès de l’opération de son rival masculin, Monsieur Reichmann, ne décide à l’avenir de choisir la salle du Musikverein comme théâtre de son activité... en... chanteuse, ce qui présenterait un inconvénient pour l’auditeur attentif et le spectateur non moins avide d’apprendre. Cependant, tant que nos craintes ne se confirment pas, nous n’allons pas nous assombrir inutilement l’humeur, et bien plutôt remercier le ciel de conduire sa fille bénie sur la bonne voie, au moins sur certains points, comme le choix de la salle de concert ; hélas, il ne l’a point guidée dans le choix du programme. Celui-ci était très disparate, même si le mélange avait été fait avec habileté. Nous souhaitons en détailler les ingrédients les uns après les autres. « Es blinkt der Tau » [La Rosée luisante] d’Anton Rubinstein s’est déjà fait une petite place durable dans le cœur du public et dans les programmes des chanteurs. Madame Papier l’a chanté avec autant de douceur que de flamme, donc tel qu’est ce lied. « Es war ’ne Maid » [C’était une jouvencelle] d’Ignaz Brüll1. Le charmant poème de Robert Burns, aux accents authentiquement populaires, exige une musique de la même eau et le compositeur s’est mis avec finesse au diapason des exigences du poème en composant sur cette édifiante tyrolienne de salon une musique populaire elle aussi. Dans l’interprétation de Madame Papier, les paroles du lied prirent plus d’importance que la mélodie. Son interprétation, en effet, exhalait quelque chose de la saveur âpre du ton populaire, telle qu’elle sourd avec tant d’émotion des efflorescences poétiques de ce poète magnifique. Nous connaissions déjà le « Im Grase taut’s » [La Rosée tombe sur l’herbe] de Ed. Schütt2. Hélas, la rosée n’inonde pas seulement l’herbe, mais tout le lied. Cette composition est plus ennuyeuse encore qu’un jour de pluie, et juste suffisamment divertissante pour permettre à l’auditeur de réprimer un dangereux bâillement avec toute la bienséance voulue. « Die Quelle » [La Source] de Goldmark doit sa popularité à Franz Schubert. L’origine s’en trouve dans l’accompagnement caractéristique au piano du lied « Gretchen am Spinnrad » [Marguerite au rouet] d’où la source, avec l’aide efficace d’une pompe puissante, est venue se déverser dans le bassin de la mélodie de Goldmark. C’est un travail ingrat qui n’a rapporté au compositeur qu’un bien faible crédit. Dans l’intermède qui suivit, Mademoiselle Susanna Pilz s’est fait remarquer à son avantage en interprétant une Gigue et Variations de Raff. Quant aux quatre lieder qui suivirent, « Mein zitternd’ Herz » [Mon cœur qui tressaille] d’Albert Amadei3, « Trennung » [Séparation] de Johannes Hager, « Blühender Schleh » [Prunier en fleurs] de Karl Schön4 et « Willkommen » [Bienvenue] de Rudolf Weinwurm5, rien ne pourrait mieux les décrire que les mots de Probstein : « Bien que la chansonnette n’ait pas grand sens, la mélodie en était fort peu mélodieuse6 ». Absurde, en totale contradiction avec le poème, telle est la composition d’Amadei qui a déposé au bord de ce poème brûlant d’un feu contenu, rayonnant de sensualité suffocante, une musique tantôt psalmodiante, tantôt arpégée, propre en tout cas à faire croire au public qu’il s’agissait là d’une parodie du chant grégorien, d’un De profundis ou de toute autre chose sacrée venue s’infiltrer dans ce genre.

  • 7 Le lied est de Richard Heuberger (1850-1914), compositeur autrichien qui s’est fait un nom avec ses (...)
  • 8 Le compositeur autrichien Adalbert von Goldschmidt (1848-1906) avait accueilli Wolf lorsque ce dern (...)

2On fut tout aussi ravi de se séparer du lied de Hager (intitulé donc « Séparation ») qu’indigné par 1’« Accueil » (« Willkommen ») perfide de Weinwurm. « Blühender Schleh » de Monsieur Schön s’est approché tout près de la vérité. Le ton est assez juste, l’harmonie se déploie en cercles bien choisis, mais la mélodie semble tout droit sortie du caniveau et tout l’effet s’en trouve ruiné. La « Chanson populaire irlandaise » de Hans Zois était sans prétention et bon enfant. « Herzensbeklemmung » [Serrement de cœur] justifie son titre par l’effet qu’elle produit sur l’auditeur7. Encore une de ces petites choses parfumées qui lancent des œillades de coquette à la simplicité naive de la musique populaire, et sous le masque de Brahms qui plus est ! Sus aux hypocrites ! De toutes les nouveautés, « Sommertag » [Jour d’été] de Goldschmidt8 se révéla de loin la meilleure. Madame Papier a certes chanté ce charmant petit lied fort joliment mais, à mon sens, sans suffisamment de cette douceur qu’exige le caractère éthéré de cette petite pièce. Que notre artiste ait reçu en abondance, pour sa prestation de premier ordre, les marques de sympathie les plus flatteuses d’un public enthousiaste, voilà qui va sans dire. [...]

3Salle Bösendorfer, 14 avril 1887. Rosa Papier (soprano) et Susanna Pilz (piano) : A. Rubinstein, « Es blinkt der Tau ». I. Brüll, « Es war ’ne Magd ». Ε. Schütt, « Im Grase taut’s ». C. Goldmark, « Die Quelle ». J. Raff, Gigue et variations. A. Amadei, « Mein zitternd’Herz ». J. Hager, « Trennung ». C. Schön, « Blühender Schleh ». R. Weinwurm, « Willkomm ». H. von Zois, « Irländisches Volkslied ». A. von Goldschmidt, « Der Sommertag ». R. Heuberger, « Herzensbeklemmung ». F. Mottl, « Die verschwiegene Nachtigall ». Gluck-Saint-Saëns, Alceste. R. Fischof, Valse. L. van Beethoven, « Bitten » (extrait des Chants sacrés sur des poèmes de C. Geliert). F. Schubert, « Die Krähe » (extrait de Winterreise). R. Schumann, « Aus den östlichen Rosen » opus 25. R. Franz, « Genesung » opus 5. J. Brahms, « Meine Liebe ist grün ».

Notes

1 Le compositeur et pianiste autrichien Ignaz Brüll (1846-1907) a étudié le piano au Conservatoire de Vienne chez le célèbre pédagogue Julius Epstein (qui allait également être le maître de Gustav Mahler). Il a mené une carrière de concertiste et de pédagogue de son instrument, composant relativement peu par ailleurs. Il comptait au nombre des amis de Brahms qui jouait avec lui à quatre mains ses dernières compositions.

2 Originaire de Saint-Pétersbourg, le pianiste Eduard Schutt (1856-1933) s’était établi à Vienne après des études dans sa ville natale et à Leipzig. Très actif dans le Wagner-Verein viennois, il a composé des œuvres pour piano, des lieder et un opéra comique intitulé Signor Formica.

3 L’Autrichien Albert Amadei (1851-1894) était conseiller à la cour et compositeur amateur.

4 Le compositeur autrichien Carl Schön (1855-1925) avait été l’élève d’Anton Bruckner. Il dirigeait la Singakademie de Vienne.

5 Rudolf Weinwurm (1835-1911), qui comptait au nombre des amis intimes d’Anton Bruckner, a fait une carrière de chef de chœurs. Fondateur du Akademischer Gesangsverein viennois en 1858, il a été nommé Universitätsmusikdirektor en 1880.

6 Shakespeare, As you like it, acte v, scène 3. Wolf se réfère à la traduction allemande de August Wilhelm Schlegel.

7 Le lied est de Richard Heuberger (1850-1914), compositeur autrichien qui s’est fait un nom avec ses opéras et opérettes. Il a notamment composé un Manuel Venegas (1889) huit ans avant Wolf, lequel devait cependant laisser ce second opéra inachevé. Heuberger a également fait une carrière de chef d’orchestre (à l’Akademischer Gesangsverein et à la Singakademie viennois) et de critique, À ce dernier titre, il a succédé à Eduard Hanslick à la Neue freie Presse après avoir collaboré à la Allgemeine Zeitung de Munich.

8 Le compositeur autrichien Adalbert von Goldschmidt (1848-1906) avait accueilli Wolf lorsque ce dernier avait été renvoyé du Conservatoire. Hôte régulier du salon des Goldschmidt, Wolf y a rencontré nombre d’artistes – écrivains, peintres et musiciens – qui partageaient son enthousiasme pour Liszt et Wagner. C’est sans doute par l’entremise de Goldschmidt que Wolf a été engagé au Wiener Salonblatt (voir notre introduction, p. 9).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search