Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Une épidémie de récitals de lieder

3 avril 1887 [n° 110]

Texte intégral

  • 1 Il y avait en effet eu beaucoup de récitals de lieder à Vienne en cette période. Dans les deux der (...)

1Ces derniers temps, on a connu une véritable épidémie de récitals de lieder1. Tout ce qui chante et joue, et ne joue pas, veut de nos jours gazouiller et roucouler du haut du plateau. (On nous promet pour bientôt le Liederabend d’un admirable acteur, Monsieur Schmitt.) Et il n’y a pas si longtemps que notre excellent Walter, dont la voix mystérieuse se transforme lentement mais sûrement en râles, a eu la charge d’émouvoir à lui seul un public sensible. Dans les années qui viennent de s’écouler, l’idée lucrative de Walter de donner des récitals de lieder a trouvé des imitateurs intelligents. Madame Papier, qui possède de grandes qualités artistiques et un grand sens pratique, a été non seulement l’une des premières à suivre l’exemple, édifiant à tous égards, de son prédécesseur, mais elle fut aussi parmi les seules à pouvoir soutenir la comparaison avec un rival si solidement implanté. Les vifs succès remportés par Madame Papier dans les salles de concert n’ont pu échapper au regard attentif des autres. Et soudain, les chanteurs et chanteuses locaux furent saisis du besoin irrépressible de « faire » aussi dans le Liederabend, et les artistes étrangers ne tardèrent pas, eux aussi, à être saisis par le vertige du lied et à menacer nos chanteurs locaux. Bref, pour cette saison de concerts, des lieder à tout bout de... chant !

  • 2 Wolf mettra en musique ce « Biterolf » de Josef Scheffel le 26 décembre 1886.

2Avec cette profusion de soirées de lieder, on s’attendrait à trouver plus de diversité dans la composition des programmes. On aimerait croire que, des six cents lieder de Schubert et des trois cents nés de la plume de Schumann, il se trouverait bien au moins un lied « utilisable » pour venir s’égarer dans un programme de récital, en plus de la douzaine habituelle à laquelle les deux compositeurs doivent leur popularité. Mais comment des compositions appartenant au genre bien connu du « printanier », servies au public comme un bouillon roboratif pour le cœur et l’estomac, pourraient être encore honorées si l’on faisait en sorte que le goût du public soit réceptif à des plaisirs plus nobles ? La prédilection des chanteurs pour tout ce qui est parfaitement trivial et « gratifiant » s’explique par leur vanité. C’est qu’ils veulent occuper le devant de la scène et se contenteraient volontiers de roucouler pour pouvoir prendre pour eux seuls le plus petit applaudissement. Mais s’enticher de pièces qui sont aussi ennuyeuses pour le public qu’ingrates pour le chanteur uniquement à cause d’un accompagnement à la harpe très fastidieux, voilà qui ne laisse pas d’inquiéter. Comment Monsieur Reichmann a-t-il bien pu commettre cette faute de goût d’inscrire au programme de sa deuxième soirée de lieder et de ballades trois lieder aussi inutiles que ceux de Riedl ? Monsieur Reichmann croit-il rendre service au compositeur dont il expose ainsi aux yeux de tous les faiblesses, ou bien croit-il les avoir bien masquées de sa belle voix ? Certes, on ne peut nier qu’il ait dû bisser le « Biterolf2 » de Riedl, mais les applaudissements saluaient tout autant l’accompagnement à la harpe que le chanteur, tant nous sommes profondément persuadé que l’adjonction d’un trombone, d’un triangle ou d’une guimbarde aurait multiplié les rappels du public pour le lied en question. (J’espère que Monsieur Riedl ne fera pas fi de ce conseil, même s’il lui parvient indirectement.) Puisque nous nous arrêtons à ce lamentable « Biterolf », j’aimerais informer Monsieur Reichmann que ses modifications incongrues du texte ne sauraient rencontrer l’approbation du poète ainsi violenté : Monsieur Reichmann ne goûte point la sylvestre « Thüringland » et il la corrige en « Thüringsland ». Il commet derechef le même péché, enfreignant les lois de la grammaire et troussant la poésie, en agrémentant le vers « Geh, grüss die Heimat mein, weit über Meer ! » d’une consonne supplémentaire et fatale : « übers » au lieu de « über », etc., etc. De telles approximations dérangent et peuvent être facilement évitées.

  • 3 Allusion à l’article « Neue Bahnen » dans lequel Schumann avait présenté Brahms en 1853 comme « un (...)

3Monsieur Reichmann a chanté avec chaleur et tendresse le lied si profond et si poétique de Brahms « Von ewiger Liebe ». Ce lied passe à bon droit pour le meilleur de ce que Brahms a donné dans ce genre. On a peine à croire que c’est le même compositeur qui a écrit ce lied magnifique et qui est également l’auteur de quatre symphonies dont la solennité ridicule, exemple parfait d’humour involontaire, mérite d’être conservée comme un souvenir désopilant de la venue du Messie3. L’interprétation du « Flutenreicher Ebro » de Schumann remporta bien moins de succès. Reichmann a bâclé ce lied assez froidement, comme excédé et avec désinvolture. Et pourtant cette composition est la terre promise de la mélodie ! Elle frémit de vie, de chaleur, d’éclat ! On croirait tout à fait impossible de massacrer la musique et la poésie de ce lied si Monsieur Reichmann n’y était justement parvenu à la perfection.

4Que Monsieur Reichmann ne soit pas à la hauteur pour interpréter comme il se doit une ballade, nous en avons bien souvent fait la remarque dans ces colonnes. Π a chanté une nouvelle fois la ballade « Heinrich der Vogler » et une nouvelle fois avec la même indifférence au ton tantôt épique, tantôt dramatique du poème. Que ce soit le narrateur ou le héros qui parle, c’est tout un pour lui. Entendre les différents groupes mis en relief par des variations caractéristiques de la voix et de la diction, voilà bien ce qu’on ne saurait attendre de Monsieur Reichmann. Tout ce qu’il peut nous offrir, ce sont de beaux sons, doux et délicats. L’écouter n’est un plaisir que pour l’oreille. Celui qui ne recherche rien d’autre dans l’art que la pure satisfaction des sens verra certainement dans Monsieur Reichmann l’artiste idéal. Mais ce n’est pas notre homme.

5Certaines interprétations de lieder par Marie Wilt nous ont plongé dans un abîme de réflexions. Vanitas ! Vanitatum vanitas !

6Musikverein, 28 mars 1887. Theodor Reichmann (baryton) et Marie Wilt (soprano) accompagnés par Arthur Rosenfeld (piano) et Teresina Zamara (harpe), avec Gisela Gulyás (piano solo) : J. Brahms, « Von ewiger Liebe ». R. Schumann, « Die Mondnacht » ; « Flutenreicher Ebro » (Reichmann). F. Schubert, « Die Allmacht » (Wilt). H. Riedel, « Deine weissen Lilienfinger » ; « Frau Aventiure » ; « Biterolf » ; « Heinrich von Offterdingen » (Reichmann). F. Liszt, « Waldesrauschen ». H. Schmitt, « Wanderlied ». M. Moszkowski, Tarantella. F. Löwe, « Die Reigerbalze » ; « Heinrich der Vogler » (Reichmann). F. Liszt, « Freudvoll und Leidvoll ». A. Jensen, « Frühlingsnacht ». E. Jantsch, « Wohl springet aus dem Kiesel » (Wilt). F. Liszt, VIII. Rhapsodie. R. Wagner, « Der Engel ». R. Franz, « Widmung ». R. Schumann, « Wanderlied » (Reichmann).

Notes

1 Il y avait en effet eu beaucoup de récitals de lieder à Vienne en cette période. Dans les deux dernier mois, le ténor Gustav Walter et l’alto Hermine Spiess avaient donné chacun de son côté une série de trois récitals. La place importante qu’y occupaient les lieder de Brahms n’est sûrement pas étrangère à la réaction ironique de Wolf. Celui-ci n’avait même pas jugé bon d’aller écouter la plupart de ces concerts. Voir à ce propos notre introduction, p. 38.

2 Wolf mettra en musique ce « Biterolf » de Josef Scheffel le 26 décembre 1886.

3 Allusion à l’article « Neue Bahnen » dans lequel Schumann avait présenté Brahms en 1853 comme « un élu ».

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search