Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Concert en l’honneur de Walter von der Vogelweide

13 mars 1887 [n° 107]

Texte intégral

1[...] Un concert de gala a eu lieu à la grande salle du Musikverein afin de lever des fonds pour le monument dédié à Walter von der Vogelweide. Il y avait des artistes de premier plan, un auditoire enthousiaste, et le programme comportait entre autres des pages du célèbre Minnesänger. Rien ne pouvait mieux souligner le caractère festif du concert que le somptueux chœur « Wach auf, es nahet gen den Tag », bien interprété par le Chœur de la Société Wagner, renforcé par des membres du Singverein et par l’Orchestre du Conservatoire. Un prologue du directeur Wilbrandt, écrit en termes chaleureux et déclamé avec fougue par Monsieur Emmerich Robert, conduisait intelligemment au morceau suivant : « Am stillen Herd », extrait des Maîtres chanteurs. Le public a tant apprécié la prestation de Monsieur Winkelmann que celui-ci a dû bisser les strophes. À l’inverse, le deuxième morceau, extrait de l’oratorio de Liszt La Légende de sainte Elisabeth, est tombé complètement à plat, à cause de la direction incertaine et complètement obtuse de Monsieur Schütt. Deux chœurs a cappella dans le style de la Renaissance de L. Senfl et Hans Leo Hassler ont bien plu ; le second, un air de danse, a même dû être bissé, à mon grand étonnement. Mais le public, pour lequel aucune pièce n’est jamais assez ornée et léchée, est si ancré dans ses jugements et ses goûts qu’il n’apprécie plus l’élégante simplicité du style.

2Une série de poèmes, tantôt humoristiques, tantôt sérieux, de Walter von der Vogelweide a permis à leur interprète, Monsieur Robert, de s’en tirer avec tous les honneurs. « Heinrich der Vogler », ballade de Löwe qui a suivi, a prouvé à nouveau que Monsieur Reichmann n’entend vraiment goutte à ce genre poétique. Une ballade de Löwe exige tout à la fois une interprétation et une voix. Mais Monsieur Reichmann semble être d’avis qu’il lui suffit de chanter pour que tout aille pour le mieux. Mais il n’en fut rien et je peux même assurer Monsieur Reichmann qu’il a assez mal chanté, qu’il a complètement gâté la ballade et qu’il fut grandement aidé en cela par son accompagnateur. [...]

3Musikverein, 10 mars 1887. Chœur du Wagner-Verein renforcé par des membres du Singverein ; Rosa Papier, Theodor Reichmann, Hermann Winkelmann (solistes vocaux), Emerich Huber (récitation), orchestre sous la dir. de Eduard Schütt : R. Wagner, « Wach auf, es nahet gen den Tag » (chœur tiré des Maîtres chanteurs). Prologue poétique de A. Wilbrandt. R Wagner, « Walter von der Meisterzunft » (chœur tiré des Maîtres chanteurs). F. Liszt, extrait (n° 2) tiré de la Légende de sainte Elisabeth. L. Hassler, Tanzlied. W. von der Vogelweide, poèmes. C. Löwe, « Heinrich der Vogler ». P. Cornelius, « Weihnachtslied ». F. Mottl, « Die verschwiegene Nachtigall ». C. M. Weber, chœur tiré de la Jubel-Cantate.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search