Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Un interprète idéal de Löwe

6 mars 1887 [n° 106]

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du compositeur et violoniste allemand Reinhold Becker (1842-1924). Il s’est essentiellem (...)
  • 2 Jeu de mots sur le nom du compositeur Löwe qui signifie « lion » en allemand. Toute cette critique (...)

1[...] On se pressait en foule au Liederabend de Monsieur Bulss. Monsieur Bulss est un excellent chanteur de lied, un chanteur d’opéra de premier ordre, et surtout un insurpassable interprète des ballades de Löwe. Il a chanté avec un goût parfait et un admirable sens du détail des extraits de Dichterliebe, et avec un déploiement vocal colossal des lieder de Becker1, œuvres platement taillées en vue de l’effet, que l’on aurait préféré ne jamais connaître ; en revanche, le public a accueilli avec reconnaissance et enthousiasme les ballades de Löwe « Der Blumen Rache » [La Vengeance des fleurs], « Die Heinzelmännchen » [Les Lutins] et « Prinz Eugen », donné en bis. Il est clair que des pages aussi complexes dans l’élaboration du détail exigent un chanteur doté de facultés intellectuelles à la mesure d’un organe parfaitement développé. Par chance, Monsieur Bulss est pourvu des deux. C’est un lion parmi les interprètes de Löwe2.

2Salle Bösendorfer, 1er mars 1887. Récital de chant de Paul Bulss accompagné au piano par Sigmund Grünfeld, avec la participation de Paula Dürnberger (piano solo) : R. Schumann, Dichterliebe, nos 1, 2, 3, 4, 12, 14, 15. L. van Beethoven, Andante en fa majeur. Scarlatti-Tausig, Sonate en fa mineur. F. Löwe, « Der Blumen Rache », « Die Heinzelmännchen ». Reinhold Becker, « Ostern », « Du fragst mich », « Mädchen », « Das erste Lied ». F. Chopin, Polonaise en mi bémol majeur. C. Reinecke, « Abendreih’n ». Graf von Hohenberg, « Annie Laurie ». Th. Kirchner, « Du wundersüsses Kind ».

Notes

1 Il s’agit du compositeur et violoniste allemand Reinhold Becker (1842-1924). Il s’est essentiellement consacré à la musique vocale, composant notamment des pièces pour chœur à l’intention de la Liedertafel de Dresde dont il était le chef.

2 Jeu de mots sur le nom du compositeur Löwe qui signifie « lion » en allemand. Toute cette critique n’a pas été reprise dans l’édition de 1911. On y trouve, à la place, un compte rendu qui avait été signé R. K. dans le Wiener Salonblatt, initiales de Richard Kralik. Il s’agit donc manifestement d’une erreur.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search