Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Hans von Bülow dissèque Beethoven

6 février 1887 [n° 102]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ne m’invite pas à parler, invite-moi à me taire,
Car on m’impose le secret ;
J’aimerais te dévoiler mon âme entière,
Mais le sort en décide autrement1. »

Orateur célèbre pour ses conférences sur la musique, Hans von Bülow ne s’est fait remarquer cette fois-ci, dans ses récitals Beethoven, qu’au piano. Une « extinction de voix totale » a dû l’empêcher de se livrer à son activité favorite à Vienne, comme récemment à Prague et dans quelques autres villes d’Allemagne. Comme c’est triste de devoir vivre sous la contrainte de l’ordre public ! Le pauvre Bülow a donc été victime de sa vocation. Pauvre Papageno !

Où sont donc les disciples qui auront le courage de protéger la belle conquête du Maître – larder les interprétations musicales, pendant les pauses, d’interventions épicées adressées au public – puisqu’il est fait interdiction au Maître lui-même d’avoir recours à la parole et qu’il doit sans mot dire obéir à une haute autorité ? Question capitale !

Mais, si dures que lui soient les souf...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search