Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Cycle Anton Rubinstein : musique russe

20 décembre 1885 [n° 68]

Texte intégral

  • 1 « De si mauvaise humeur » : Wolf joue sur le mot « verstimmt » qui signifie à la fois, au sens lit (...)

1« De tout un peu ». Cette maxime, marquée au sceau de la sagesse universelle, se recommande aussi bien pour la vie de tous les jours que pour la création artistique. Elle s’applique tout autant à une consommation excessive de pieds de cochon (comme en témoigne le poème « Ailes mit Mass » [De tout un peu] d’Eduard Mörike) qu’à un abus des plaisirs de la musique comme l’ont largement montré les concerts de piano d’Anton Rubinstein. Nous n’appartenons certes pas à l’engeance des apôtres de la mesure. Jamais nous n’avons prôné la tempérance, ni exigé qu’on serrât sa haire avec discipline et encore moins qu’on se mortifiât. Nous n’exigeons point que l’on franchisse sans espoir de retour la clôture de la Trappe de la musique. Mais écouter toute une soirée durant cette musique russe de l’avenir, soi-disant si prometteuse, indisposerait même le plus nihiliste des patriotes de l’Empire russe. Indisposer, c’est bien le mot juste. J’aimerais autant être changé en vieux basson que de passer à nouveau une telle soirée. J’étais de si mauvaise humeur1 que même le plus inoffensif des accords de trois sons ne put m’ôter la défiance que j’avais envers « la puissance de la musique ». Si les Polonais, toujours et partout, n’ont jamais eu à se féliciter de rencontrer les Russes, ce fut cette fois-ci les Russes qui eurent le dessous malgré leur supériorité numérique. Oui, oui. Chopin leur a joué un mauvais tour. Au dernier récital de Rubinstein, onze études de Chopin ont ouvert les hostilités. La bataille fit rage... Pensez donc ! Onze études ! Mais la scène n’en fut tout de même pas ensanglantée. Des mélodies en appelaient à nos oreilles. Les essences de fleurs exotiques dansaient, sur des rythmes fortement marqués et originaux, leurs rondes tantôt sauvages et pleines d’allant, tantôt douces et languissantes. On peut être incommodé par cette musique, mais elle ne cause pas de douleur. C’est tout le contraire des Russes ! D’abord, Balakirev le fou furieux. C’est un ogre de la musique. Il avale les notes tout rond. Il aligne les sons les uns après les autres comme un Jacobin guillotine les têtes. Pauvre Berlioz, si dénigré, si calomnié ! Tu es un Innocent comparé à ce profanateur de sépultures qu’est Balakirev. Cet enragé ne se contente pas de tuer la musique, il lui faut aussi rire de son cadavre et plaisanter sur les milliers de blessures qu’il lui a infligées, lubies de compositeur, dans ses accès de fureur démente. Heureuse Russie qui élève en son sein des hommes de progrès de cet acabit ! Dans la kyrielle des Cui, Liadov, Rimski-Korsakov et j’en passe, seul Tchaïkovski fait notablement exception. Tchaïkovski s’efforce avant tout de faire de la musique et pas seulement de la musique nationale russe. Son Chant sans parole, ses valses et ses romances sont des compositions puisées à la source d’une belle inspiration et fort bien exécutées. Son Scherzo à la russe me plaît également, bien que l’élément national russe de cette œuvre défigure gravement ses beaux contours jusqu’à me les rendre méconnaissables.

  • 2 Frère cadet du pianiste Anton, le compositeur et pianiste Nicolas Rubinstein (1835-1881) est surto (...)

2Après les Études de Chopin, ce sont indiscutablement les compositions de Mikhaïl Glinka qui ont fait la meilleure impression. Glinka fait figure de classique comparé à l’orientation résolument hyper-romantique de la musique russe d’aujourd’hui. Ses opéras, Une vie pour le Tsar et Ruslan et Ludmila sont également connus et estimés en Allemagne. Ses pièces pour piano sont mélodieuses, finement senties et non dépourvues de traits d’esprit. Cette soirée s’est achevée avec des compositions des deux frères Rubinstein. Le virtuose si apprécié n’a montré aucun talent particulier dans le choix des compositions destinées à ce programme. Il aurait pu avoir la main plus heureuse : il se serait ainsi rendu service. Une Valse et un Feuillet d’album de Nicolas Rubinstein2, deux pièces de salon agréables, appartiennent au fonds du répertoire des programmes de Rubinstein et sont donc connues.

3Anton Rubinstein vient d’achever un bien beau travail. Une entreprise comme la sienne, et de cette envergure, est sans exemple dans les annales des concerts. On pourrait parler d’une prestation surhumaine, si l’on s’en tenait au « quoi ». Le « comment » est, évidemment, une question de génie et Rubinstein s’est acquitté avec génie de la tâche qu’il s’était imposée. Mais même d’un autre point de vue, Rubinstein a donné un exemple qui met son humanité et sa noblesse d’âme en pleine lumière. À l’exception devenue proverbiale de la noblesse de cœur de Franz Liszt, on ne doit sans doute rencontrer aucun cas semblable : donner gratuitement sept récitals de piano au bénéfice de musiciens et de mélomanes nécessiteux. Ce noble geste de Rubinstein fait grandement honneur à l’homme, en même temps que son génie honore l’artiste. Si la grande masse du public tend à l’homme du jour la couronne de laurier, le petit cercle de la salle Bösendorfer y a tressé, en signe de gratitude, un modeste bouquet de pervenches pour honorer la noblesse de cœur de celui qui fit preuve de tant d’humanité sublime.

4F. Chopin, Choix de onze Études. M. Glinka, Tarentelle ; Barcarolle ·, Souvenir de Mazurka. M. Balakirev, Scherzo ; Mazurka ; Islamey (Fantaisie orientale). C. Cui, Scherzo ; Polonaise. N. Rimski-Korsakov, Étude ; Novelette ·, Valse. A. Liadov, Étude ; Intermezzo. P. Tchaïkovski, Chant sans parole ·, Valse ; Romance ; Scherzo « à la russe ». A. Rubinstein, Sonate en fa majeur ; Variations en do mineur ; « Scherzo » extrait de la Sonate en la mineur. N. Rubinstein, Feuillet d’album ; Valse.

Notes

1 « De si mauvaise humeur » : Wolf joue sur le mot « verstimmt » qui signifie à la fois, au sens littéral, « désaccordé » (pour un instrument), et « contrarié » ou « de mauvaise humeur » au sens figuré.

2 Frère cadet du pianiste Anton, le compositeur et pianiste Nicolas Rubinstein (1835-1881) est surtout passé à la postérité comme le cofondateur de la Société de Musique Russe et du Conservatoire de Moscou.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search