Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Cycle Anton Rubinstein : de Byrd à Mozart

22 novembre 1885 [n° 64]

Texte intégral

  • 1 La Poule de Rameau, et Le Sifflet du voiturier de Byrd. Wolf ne témoignait guère d’intérêt pour la (...)

1[...] Anton Rubinstein séjourne à Vienne pour nous offrir un panorama historique de la littérature pianistique de ses débuts jusqu’à l’essor qu’elle connaît de nos jours. Comme on pouvait s’y attendre, le premier récital fut intéressant, avec au programme des œuvres de Wilhelm Bird (sic), Dr John Bull, François Couperin, Jean-Philippe Rameau, Scarlatti, Seb. Bach, Händel, Ph. Ε. Bach, Haydn et Mozart. Le plus important pour nous, disons-le, est que Rubinstein ait joué, car qui se préoccupe, hormis les historiens, de savoir si Byrd doit être joué comme ci et Bull comme ça ? Si La Poule doit caqueter avec sentiment, avec joie ou avec charme, si Le Sifflet du voiturier doit exprimer une joie pétulante ou un amour transi1 ? En tout cas, le chat de la Fugue du chat de Scarlatti a fait patte de velours sur la corde de la et les Variations en fa de Haydn ne pouvaient être jouées plus joliment. À mon sentiment, Rubinstein a cependant joué la Fantaisie en ut mineur de Mozart de manière trop évanescente et trop prosaïque, et avec une certaine pédanterie. Et ce tempo rapide ! Ce n’était point un adagio, à peine un moderato. À l’inverse, comme le charmant Rondo en la mineur fut éloquent, gracieux et bien dans l’esprit de Mozart ! Et avec la Marche turque extraite de la Sonate en la majeur, les tons chauds de l’Orient brillèrent de tous leurs feux dans cette magistrale pièce de caractère, car Rubinstein sut tirer de son clavier les coloris les plus ardents. Comme il est plus agréable d’entendre cet artiste que d’en rédiger la critique, voilà, je m’interromps sur le champ.

2Anton Rubinstein a donné au Musikverein un cycle de sept récitals entre le 18 novembre et le 14 décembre 1885.

3W. Byrd, « The Carman’s Whistle ». J. Bull, « The King’s Hunting Jigg ». F. Couperin, « Fünf Charakterstücke » (sic). J.-Ph. Rameau, Pièces de clavecin. D. Scarlatti, Fugue du chat-, Sonate en la majeur. J. S. Bach, Préludes et Fugues ; Fantaisie chromatique ; Gigue ; Sarabande-, Gavotte. G. F. Händel, Fugue en mi mineur ; « The Harmonious Blacksmith » ; Sarabande et Passacaille ; « Gigue » tirée de la Suite en la majeur-, Variations en ré mineur. C. Ph. E. Bach, Rondo en si mineur ; « La Xénophon – La Sybille » ; « Les Langueurs tendres » ; « La Complaisante ». J. Haydn, Variations en fa mineur. W. A. Mozart, Fantaisie en ut mineur ; Gigue en sol majeur ; Rondo en la mineur « Alla Turca ».

Notes

1 La Poule de Rameau, et Le Sifflet du voiturier de Byrd. Wolf ne témoignait guère d’intérêt pour la musique antérieure à Bach. Quant à Hansiick, il faisait remarquer à la suite du concert de Rubinstein que cette musique était dénaturée si elle n’était pas jouée sur un instrument d’époque, virginal, clavicorde ou clavecin. Voir : E. Hansiick, Aus dem Tagebuch eines Musikers (Der « Modemen Oper « , VI. Theil), Berlin, 21892, p. 190.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search