Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Médiocrités au clair de lune et fauves pianistiques

6 avril 1884 [n° 12]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[...] Non, vraiment, encore la Sonate en do diesel Impossible de faire sans le clair de lune ? La Sonate au clair de lune, jouée par Mademoiselle Clothilde Kleeberg ! Par elle-même ? Oui, vraiment, c’est certain, par celle-là même qui fut tant applaudie pour son interprétation du Concerto en la mineur de Schumann au récent concert du Philharmonique. Et pourquoi ? Elle a joué ce concerto assez bien et le Conservatoire lui aurait accordé le premier prix pour cette interprétation, bon, et puis après ? Pas mal, rien de plus. On peut jouer bien, très bien même, le Concerto en la mineur et interpréter très mal la Sonate en do dièse. Alors que dans cette merveilleuse sonate la lune doit luire de tous ses feux, je n’en ai perçu, dans l’interprétation de Mademoiselle Kleeberg, que les cratères noirs qui forment des figures stupides et menaçantes. La Signora Cognetti s’était déjà attelée à la tâche écrasante de jouer la Sonate en do dièse, et Mademoiselle Kleeberg lui succède avec aussi peu d...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search