Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Médiocrités au clair de lune et fauves pianistiques

6 avril 1884 [n° 12]

Texte intégral

1[...] Non, vraiment, encore la Sonate en do diesel Impossible de faire sans le clair de lune ? La Sonate au clair de lune, jouée par Mademoiselle Clothilde Kleeberg ! Par elle-même ? Oui, vraiment, c’est certain, par celle-là même qui fut tant applaudie pour son interprétation du Concerto en la mineur de Schumann au récent concert du Philharmonique. Et pourquoi ? Elle a joué ce concerto assez bien et le Conservatoire lui aurait accordé le premier prix pour cette interprétation, bon, et puis après ? Pas mal, rien de plus. On peut jouer bien, très bien même, le Concerto en la mineur et interpréter très mal la Sonate en do dièse. Alors que dans cette merveilleuse sonate la lune doit luire de tous ses feux, je n’en ai perçu, dans l’interprétation de Mademoiselle Kleeberg, que les cratères noirs qui forment des figures stupides et menaçantes. La Signora Cognetti s’était déjà attelée à la tâche écrasante de jouer la Sonate en do dièse, et Mademoiselle Kleeberg lui succède avec aussi peu de réussite. Il faut être musicien et poète pour ne pas briser le charme du clair de lune dans le premier mouvement. Mais Mademoiselle Kleeberg n’est ni l’un ni l’autre et l’on en a eu confirmation en entendant son interprétation sèche de morceaux extrêmement poétiques de Schumann, « Des Abends » [Au soir] et « Traumeswirren » [Visions de rêve], qu’elle a complètement massacrés. Elle a fort bien joué des pièces plus courtes de Mendelssohn, Schubert, Henselt, Chopin. Lors de ce concert, Madame Nicklass-Kempner a chanté quelques lieder ainsi que le récitatif et l’aria de Suzanne extraits des Noces de Figaro. Cette chanteuse, que nous avons déjà eu l’occasion d’entendre à plusieurs reprises, sait produire des effets puissants avec des moyens limités. Elle chante avec un goût parfait, les notes qu’elle donne nous vont droit au cœur, elle ressent ce qu’elle chante et sa voix, en elle-même sans grand attrait, sonne douce et ronde dès qu’elle y met un sentiment particulier. C’est la marque des vrais chanteurs, à la différence des braillards et des aphones, les uns aussi détestables que les autres.

2Si Liszt est le lion du piano, Rubinstein un tigre, alors le jeune virtuose Arthur Friedheim est la panthère de cet instrument. Son inspiration est plus proche de celle de Rubinstein que de celle de Liszt, bien qu’il soit plus attiré par ce dernier comme le prouve un regard rapide sur le programme. Mais, à l’instar de Rubinstein, Friedheim ne quitte pas le piano des yeux un seul instant ; au contraire, il s’y plonge avec avidité.

3Le tigre et la panthère procèdent ainsi avec leur proie. À l’inverse, Liszt et son imitateur Pachmann se promènent littéralement pendant l’exécution, le regard se porte partout et sur tout, sauf sur le clavier. C’est bien la manière du lion qui ne fait que jouer avec sa proie. Rubinstein et Friedheim, eux, la prennent à la gorge. Ils ont tous deux l’agilité preste du félin ; mais le tigre possède des griffes bien moins acérées que celles de la panthère, ce qui serait d’un grand secours à Friedheim.

4Friedheim a eu l’heureuse inspiration de ne jouer que des compositions de Liszt. Cela ne ferait pas de mal non plus au Philharmonique de nous offrir une fois exclusivement des pièces pour orchestre de Liszt ou de Berlioz, au lieu de nous servir toujours et encore le même sempiternel programme où seul change l’ordre des pièces. Que l’on puisse écouter sans en ressentir de lassitude une série complète de compositions de Liszt, tous ceux qui étaient présents au dernier récital de piano de Monsieur Friedheim ont pu le constater à leur grand plaisir. On en serait encore plus certain si Monsieur Friedheim avait réduit de moitié les six Consolations qui sont toutes dans le même caractère, souvent dans la même tonalité et de tempo lent, et ne comptent pas parmi les meilleures œuvres du maître. Friedheim a pénétré au cœur même des pièces pour piano de Liszt et il l’a montré en jouant la géniale et bizarre Sonate en si mineur, la neuvième et la treizième Rhapsodie, les six Consolations, etc., d’une manière si merveilleuse et si géniale que toute tentative de décrire sa prestation étonnante reviendrait à la rabaisser. Les difficultés les plus redoutables sont un jeu d’enfant pour lui. Jamais nous n’avons entendu exécuter ces pièces avec une aisance aussi déconcertante sinon par Liszt et Rubinstein. Avec Monsieur Friedheim, on va toujours d’étonnement en étonnement. C’est l’interprète de Liszt par excellence. S’il s’épure encore et se familiarise davantage avec l’esprit des œuvres de Beethoven, grâce à son travail assidu, une carrière de maître lui est promise, et ses dons de génie lui permettront d’atteindre les plus hauts sommets.

5Salle Bösendorfer, 2 avril 1884. Clotilde Kleeberg (piano) avec Selma Nicklass-Kempner (chant) : J. S. Bach, Fantaisie chromatique. J. Field, Nocturne en mi bémol majeur. F. Mendelssohn, Lieder ohne Worte (en mi bémol majeur et en la bémol majeur) ; « Spinnlied ». G. F. Händel, Gigue. W. A. Mozart, récitatif et air de Suzanne extraits des Noces de Figaro. L. van Beethoven, Sonate opus 27 n° 2. F. Schubert, Moments musicaux opus 94 nos 2 et 4. R. Schumann, « Des Abends », « Traumeswirren » extraits des Fantasiestücke opus 12. A. Henselt, Étude et « Repos d’amour ». F. Schubert, « Frühlingsglaube ». R. Wuerst, « Wer’s nur verstünde ». F. Chopin, Prélude en ré bémol majeur ; Étude en sol bémol majeur ; Ballade en la bémol majeur ; Nocturne en si bémol majeur ; Valse en la bémol majeur.

6Salle Bösendorfer, 3 avril 1884. Soirée Liszt par Arthur Friedheim (piano) : Sonate en si mineur ; Rhapsodie hongroise n° 13, Six Consolations ; Rhapsodie hongroise n° 11 (« Le Carnaval de Pesth ») ; « Waldesrauschen » ; Polonaise tirée de Eugène Onéguine ; Fantaisie sur Lucrezia Borgia de Donizetti.

7Cette soirée Liszt constituait la conclusion d’une série de trois récitals donnés à la salle Bösendorfer par Arthur Friedheim. Wolf avait rendu compte du second concert, lui aussi consacré à Liszt, dans sa toute première critique datée du 20 janvier 1884. Wolf y comparait le jeu de Friedheim à celui de Moriz Rosenthal : il jugeait le premier plus « imaginatif et sensible », le second « plus accompli sur le plan technique mais quelque peu maniéré ».

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search