Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

Le Quintette à cordes en fa majeur de Brahms et le Trio en fa mineur de Dvořák

23 mars 1884 [n° 10]

Texte intégral

1[...] L’excellent Quatuor Rosé a su terminer sa saison de concerts sur un véritable point d’orgue avec un programme intéressant. Après le merveilleux Quatuor en fa majeur opus 41, de Robert Schumann, un des plus beaux joyaux de la musique de chambre de la période postbeethovénienne, vint la Sonate pour violon opus 19 de Rubinstein, interprétée par Messieurs Benno Schönberger et Arnold Rosé. Comme beaucoup d’autres œuvres issues de la plume de ce compositeur, cette pièce promet beaucoup au début, mais il n’en sort finalement rien de juste. Le flot musical, qui écume avec passion dans le premier mouvement, se met à serpenter docilement dès le scherzo, en traversant les zones désertiques d’une imagination exsangue, avant de se perdre complètement dans les sables de l’adagio. Après quoi, dans le finale, le compositeur éperonne et fouette son imagination sans pouvoir produire autre chose qu’un tapage et un ronflement confus à travers le combat sans merci qui oppose le piano au violon. Monsieur Schönberger, l’interprète, se sent parfaitement dans son élément puisqu’il s’agit d’exprimer des forces sauvages qu’on gaspille. On ne peut vraiment pas dire de lui qu’il ait un toucher doux et élastique ; sa spécialité est décidément l’exercice de force qui, dépourvu de grâce et de souplesse, est inapte à faire naître quelque impression agréable que ce soit. Ce jeune pianiste, avec son tempérament musical, devrait avec le temps mûrir et devenir un musicien accompli s’il se consacre davantage à l’essence de l’art musical au lieu de se perdre dans des futilités superficielles. En quittant la confusion sauvage où la sonate de Rubinstein nous a plongé, nous entrâmes, avec le premier mouvement du Quintette en fa majeur opus 88 de Brahms, dans une prairie enchanteresse, vaste et ensoleillée, où tout alla pour le mieux sous la conduite du compositeur, maître de son art. Ce que nous avons entendu des œuvres écrites par Brahms ces tout derniers temps nous a laissé plutôt froid. Certaines compositions sont même carrément repoussantes, comme notamment ces symphonies, portées aux nues par certains critiques d’une façon telle qu’on devrait déplorer leur mauvais goût et leur cécité si l’on ne savait pas que c’est à l’aune de la « personnalité » qu’ils mesurent et jugent une œuvre d’art. Il est bien naturel de jeter sur les œuvres d’un compositeur vivant un regard bienveillant ou malveillant : le critique, après tout, n’est qu’un homme comme un autre, perméable aux influences individuelles. Mais il est critique au bout du compte et donc n’a pas à exprimer l’amitié qu’il porte à l’auteur en louant sans mesure ses pauvres productions nées sous la torture, pas plus qu’il n’a, pour des raisons inverses, à couvrir d’opprobre des compositions géniales. On s’approchera toujours au plus près de la vérité par des voies détournées. C’est à quoi l’on doit tendre à moins de préférer mentir au public, crime au moins aussi grave que, par exemple, de rouler dans la farine un juge intègre et sage.

2Après cette embardée dans l’ornière des généralités, reprenons la route principale et revenons au Quintette de Brahms. Son premier mouvement nous a semblé être le plus beau. L’imagination du compositeur se déploie en images pittoresques. De ces brumes glaciales de novembre qui flottent habituellement sur ses compositions et coupent le souffle à tout son chaleureux avant qu’il n’ait pu s’exprimer, il n’y a pas trace ici : tout est ensoleillé, d’une lueur tantôt éclatante, tantôt crépusculaire. Ce tableau printanier et féerique se nimbe d’un vert émeraude enchanteur. Tout verdoie et bourgeonne. Oui, on entend littéralement l’herbe pousser : c’est tout le mystère de la nature, si grandiose, immobile, béate et transfigurée... Le compositeur a dû se faire violence, prendre une décision soudaine pour pouvoir échapper à cet enchantement, tant la muse le retenait en ses rets. Et au deuxième mouvement, on s’enfonce plus profondément dans les ténèbres. Le soir et peu à peu la nuit se saisissent de la vision fantastique d’une vie merveilleuse née au premier mouvement. Silence et méditation profonde. Une image gracieuse et animée traverse la solitude profonde. C’est comme si des feux follets exécutaient leur ronde : les figures empressées des instruments lancent des éclairs et des étincelles. Mais le tableau disparaît. Le calme qui précédait revient, pour être cependant rompu à nouveau par un motif semblable. Ce mystérieux tableau sonore s’éteint en harmonies étranges, comme modulées entre le rêve et la conscience. Le compositeur, qui s’est grisé deux mouvements durant des effluves du vague à l’âme, semble se sentir peu à son aise dans le jardin enchanté du romantisme car, tout à trac, il prend place sur les bancs de l’école d’Altona et se souvient dans le finale, à sa grande joie, de ses études de contrepoint chez Marxsen. Qu’il nous pardonne de ne pas le suivre sur cette voie. Ce Quintette me semble faire excellemment pendant au séduisant Sextuor en sol majeur et Monsieur Rosé, qui a joué avec une fine compréhension de l’œuvre, mérite toute notre reconnaissance pour nous l’avoir présenté.

  • 1 Le chef d’orchestre Johann Ritter von Herbeck (1831-1877) avait dirigé les concerts de la Société (...)

3Le Quatuor Hellmesberger aurait été bien inspiré de laisser feu Herbeck reposer en paix. Herbeck a apporté une contribution extraordinairement méritante à la vie musicale de Vienne1. C’est un fait indiscutable qui doit être clamé haut et fort. Mais vouloir honorer sa mémoire en exécutant son Quatuor à cordes en fa majeur n’ajoute rien à sa gloire, pas plus que cela n’engage le public à l’estimer ou à l’aimer davantage. Herbeck fut certes un musicien accompli, mais tout plutôt qu’un compositeur passable. Il lui manque même les petites ficelles du métier pourtant si largement répandues, sans même parler de quelque talent que ce soit. Le nouveau Trio avec piano en fa mineur de Dvořák n’est pas dépourvu de quelques passages intéressants. Le deuxième mouvement, précisément, se hisse au-dessus des autres avec son petit air de Bohème qu’il doit à l’utilisation d’un thème populaire. Quant au dernier mouvement, il est carrément soporifique par sa monotonie rythmique. Ce n’est que lorsque retentirent les premières notes du Quintette à cordes de Beethoven que les esprits fatigués de musique se trouvèrent revigorés, surtout lorsque Hellmesberger joua l’adagio avec la douceur et la chaleur qui le caractérisent, bien soutenu par les autres musiciens. Cependant, que Monsieur Hellmesberger ait déplacé son quatuor dans la grande salle du Musikverein reste une absurdité que même une forte affluence du public ne saurait excuser.

4Salle Bösendorfer, 17 mars 1884. Quatuor Rosé avec Benno Schönberger (piano) et Otto Bauer (2e alto) : R. Schumann, Quatuor à cordes en fa majeur opus 41. A. Rubinstein, Sonate pour violon et piano en la mineur opus 19. J. Brahms, Quintette à cordes en fa majeur opus 88.

5Musikverein, 20 mars 1884. Quatuor Hellmesberger avec Anton Door (piano) et Rudolf Dittrich (2e alto) : J. Herbeck, Quatuor à cordes en fa majeur. A. Dvořák, Trio avec piano en fa mineur (1re audition). L. van Beethoven, Quintette à cordes en mi bémol majeur opus 4.

Notes

1 Le chef d’orchestre Johann Ritter von Herbeck (1831-1877) avait dirigé les concerts de la Société des amis de la musique de 1859 à 1870 et de 1875 à 1877. Il avait également été le directeur de l’Opéra de 1870 à 1875. Voir les critiques de musique symphonique n° 79 du 28 mars 1886 (Symphonie n° 7 de Bruckner) et n° 80 du 11 avril 1886 (Das Fischemädchen de Herbeck), p. 95 et 97.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search