Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

L’Octuor de Schubert et le Sextuor en sol majeur de Brahms

2 mars 1884 [n° 7]

Texte intégral

1Il est parti ; Rubinstein est parti et les gourmets de musique qui se sont régalés à ses concerts de nourritures musicales abondantes et goûteuses ne manqueront certainement pas d’assister aux concerts des maraudeurs destructeurs de clavier que l’on rencontre inévitablement après chaque bataille de quelque envergure. Ils jouiront ainsi des bienfaits d’une cure musicale. L’eau de Seltz après le champagne. Ils devraient pénétrer dans les salles de concert à pas lents et mesurés, comme il convient aux malades : andante con lentezza. Une fraîcheur agréable les éventera de son souffle et ils s’interdiront bien de craindre un incendie sous peine d’y perdre leur tranquillité d’esprit On pourra s’y installer tout à son aise. Un bien-être général envahira l’auditeur souffrant, plongé dans cette atmosphère d’après-midi estivale que suscite toujours le passage d’une méditation sans objet à l’oubli total du monde extérieur, et ceci avec une intensité d’autant plus forte que les récitals de piano se sont révélés être, en règle générale, le moyen le plus efficace pour accélérer l’apparition de ce phénomène. (Les concerts de violoncelle sont plus problématiques : ils plongent bien souvent l’auditeur dans un état de catalepsie, alors que des mélodies interprétées à la harpe peuvent entraîner une mort immédiate. Que l’on se garde donc des concerts de harpe si l’on ne veut point mettre sa vie en péril.) En un clin d’œil, les patients sombreront dans un demi-sommeil agréable et revigorant, et ce qu’il faut alors redouter en premier lieu, c’est que le tutti barbare des mains qui s’entrechoquent ne vienne tirer les paisibles dormeurs de leur repos plein de recueillement. Et c’est une bien bonne chose que nous ayons pu, par ces quelques mots d’introduction, présenter et conseiller cet aspect si agréable et si utile de notre vie musicale à un public souffrant et languissant de musique.

2La pièce intéressante que le Quatuor Hellmesberger nous a offerte cette fois-ci fut l’Octuor de Schubert. Le cor, la clarinette et le basson se mêlent d’une façon tout à fait charmante au quatuor à cordes qui à son tour, avec les vents, va son chemin sur les sons fondamentaux de la contrebasse et ce avec la nonchalance et la tranquillité la plus enchanteresse. On pourrait élever une tour babylonienne sur cette basse puissante, mais le maître ne vise pas si haut. Il n’entend pas engager une querelle avec les dieux, ni gravir l’Olympe, ni être un titan parmi les cyclopes. Oh non ! La terre souriante dans ses atours printaniers, des humains au cœur simple et heureux de vivre, ne demandant que plaisir et satisfaction : tel est l’univers où se meuvent ses harmonies. C’est seulement dans l’introduction du dernier mouvement qu’il nous a semblé qu’approchait un orage lointain. On entend le grondement du tonnerre, des éclairs déchirent la nuit. Tout se passe comme si le compositeur soulevait le rideau devant la fenêtre de son boudoir de fée pour épier les éléments déchaînés. Mais aucune ombre ne doit aujourd’hui venir assombrir son humeur sereine. Il fait disparaître ce sinistre tableau et il tourne son regard passionné vers l’intérieur. Une céleste félicité inonde son cœur et un monde d’amour et de beauté s’exhale de ses mélodies qui jaillissent du plus profond de son cœur.

3Autant cette œuvre magnifique de Schubert nous a transporté de bonheur, autant nous fûmes indigné par la trivialité et la pauvreté d’idées du Quintette avec piano de Goldmark. Monsieur Zottmann, qui avait la charge de la partie de piano, s’y est révélé un pianiste relativement accompli, mais sans caractère. Son profil musical conviendrait à des centaines d’autres pianistes.

4L’interprétation du Sextuor à cordes en sol de Brahms, à notre avis la meilleure pièce qu’il ait écrite, fut d’une beauté indescriptible. Les instrumentistes ont merveilleusement bien joué ensemble ; et quand un artiste comme Hellmesberger se comporte en soliste dans le quatuor, on l’accepte de lui bien plus volontiers que de tout autre et on finit par rendre les armes devant tant de talent ! [...]

5Musikverein, 28 février 1884. Quatuor Hellmesberger avec H. Kupka (2e alto), Carl Udel (2e violoncelle) et Franz Zottmann (piano) : J. Brahms, Sextuor à cordes en sol majeur opus 36. Κ. Goldmark, Quintette avec piano. F. Schubert, Octuor (avec Franz Otter, clarinette ; Wilhelm Krankenhagen, basson ; F. Schantl, cor ; Franz Simandl, contrebasse).

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search