Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Piano, lied et musique de chambre

La vogue de la musique de chambre

10 février 1884 [n° 4]

Texte intégral

Une œuvre interprétée dans le tempo juste donne bien davantage à l’auditeur la possibilité de se faire une idée exacte de son caractère, même si l’interprète manque totalement d’esprit et de sensibilité, que les plus fines nuances données dans un tempo inadéquat.
(Hugo Wolf 29 novembre 1885)

  • 1 Wolf fait allusion au libellé du programme qui précisait que ce concert de David Popper était orga (...)

1Le 2 février, le violoncelliste D. Popper s’est vu contraint, « à la demande générale, d’organiser une matinée à la salle Bösendorfer et, cédant à la pression extrême de la « demande générale », d’inscrire son Spinnlied au programme1. Pour connaître la cause ultime de la remarquable obligeance de Monsieur Popper, qu’elle résulte d’une amabilité innée ou d’un sens pratique particulièrement aiguisé, il faudrait interroger le caissier. Par contre, l’annonce presque publicitaire dans sa forme (« le Spinnlied à la demande générale »), pourrait être entendue comme une sorte d’excuse, soulignant en même temps la modestie du compositeur qui n’entend attribuer le succès de son pauvre produit qu’à la seule indulgence incommensurable de son public, lequel comprit tout de suite l’hommage que le concertiste lui faisait. Le public applaudit à tout rompre et sans discontinuer, et bien des auditeurs ont dû faire la découverte agréable, grâce à des erreurs occasionnelles du virtuose, qu’ils étaient réellement sourds des deux oreilles. Monsieur Popper et son public y trouvèrent chacun leur récompense.

2Le jour suivant, la violoniste virtuose Teresina Tua donnait également une matinée d’adieu, certes pas « à la demande générale », mais tout de même devant un auditoire nombreux qui prit visiblement plaisir à ces petites choses piquantes. En entremets : du piano avec Mademoiselle Paula Dürrnberger et des lieder chantés par Mademoiselle Eugenia Senigaglia. Mademoiselle Dürrnberger a joué lisse, propre, juste, bien repassé, bien brossé. Mademoiselle Senigaglia ferait bien de chanter avec moins d’afféteries : sa belle voix en serait encore mieux mise en valeur. Nous sommes vraiment touché de ce soin zélé qu’on donne à la musique de chambre, et du soutien actif que le public accorde à ce genre musical. On notera que les compositeurs modernes donnent dans ce genre ce qu’ils ont de plus supportable, alors que leurs pièces pour piano et leurs lieder, mais surtout leurs symphonies et même leurs opéras, mettent la patience de l’auditeur à si rude épreuve que le plus placide des placides en sortirait de ses gonds. D’où cela vient-il ? Un peintre tout à fait excellent m’assura un jour qu’il était plus facile d’exécuter une bonne aquarelle qu’une bonne huile. Pourrait-on comparer les quatre instruments à cordes à la pâle aquarelle et les couleurs éclatantes de l’orchestre aux tons chauds de la peinture à l’huile ?

  • 2 Le Trio en do mineur opus 102 est la première des quatre compositions que Raff a consacrées à cett (...)
  • 3 Le compositeur, violoniste et chef d’orchestre Hermann Grädener (1844-1929) était très actif dans (...)
  • 4 Johannes Hager était en réalité un pseudonyme sous lequel le conseiller Johann Hasslinger von Hass (...)
  • 5 Ce Trio en si bémol mineur avait suscité l’admiration de Liszt, à qui il était dédié, aussi bien q (...)

3Du point de vue de la musique, nous pouvons fort bien répondre aux questions qui viennent d’être soulevées. C’est un jeu adroit avec la technique et non le besoin d’articuler une pensée musicale qui pousse nos compositeurs modernes à écrire de la musique de chambre. On se rappelle ces adagios de Beethoven dans lesquels son cœur s’élargit en un univers incommensurable, contenant celui de l’humanité tout entière afin que tout un chacun prenne part à cet enchantement surhumain que le cœur de Beethoven ne pouvait contenir seul. Et voici leurs adagios, fades, maniérés, chantournés, leur pauvreté d’inspiration qui nous ricane au nez, figure grimaçante d’ennui, à peine égayés de petits ornements piquants et plaisants. Le compositeur moderne se sent bien rassuré par les scherzos et les finales. Il lui suffit de s’y connaître en contrepoint, de jeter les voix au hasard du plus grand désordre, pour se donner l’illusion d’être capable de faire quelque chose de bien. Des inversions inextricables, des strettes bien académiques et en tout cas un fugato espiègle, ou même une fugue : voilà qui provoque la frayeur et le respect du public ; deux, trois ou même quatre thèmes – si plus rien ne marche – empilés les uns sur les autres, brutalement séparés, à nouveau grossièrement cousus ensemble et à nouveau jetés à tous les vents. C’est une échauffourée, mais sans le tonnerre des canons, sans hymnes guerriers, avec peu de poudre et d’autant plus de cavalerie hongroise : une troupe de tziganes à la Zingaresca, des czardas, etc. En vérité, voilà une belle goulasch, et bien drôle avec ça. Mais au moins, on met en déroute pour quelque temps l’ennui qui s’est insinué en nous à l’écoute de l’adagio et c’est pourquoi nous trouvons encore supportables les pièces de musique de chambre de nos compositeurs modernes (à l’exception des andantes et des adagios). Appartient à ce genre un trio de Raff2, joué avec pénétration et brio par Löwenberg au sein du Quatuor Rosé ; également le Quintette en mi de Grädener3 que nous présenta le Quatuor Grün ; également, moitié moitié, le Quintette en sol opus 11 de Johannes Hager4 que le Quatuor Radnitzky a exécuté à la perfection. Firent exception trois pièces de Volkmann, dont la première, un quatuor en sol mineur, fut rendue sans faille par les mains expertes du Quatuor Rosé ; la deuxième, le célèbre Trio en si bémol mineur5 souffrit le martyre sous les doigts très maladroits de Monsieur Grün. Quant au troisième, un quatuor en mi mineur avec un bel adagio, joué avec chaleur et finesse par Radnitzky et ses vaillants compagnons, il nous procura un plaisir sans mélange. Mais, aussi obligeante soit l’idée, propre à nos quatuors, de nous présenter des compositeurs modernes, il ne saurait manquer au programme un morceau de Mozart, de Haydn, de Beethoven. Nous sommes donc particulièrement reconnaissant à Monsieur Rosé de nous avoir permis d’entendre, bien joué comme il le fut, le magnifique Quatuor en ut opus 59 de Beethoven.

4Salle Bösendorfer, 2 février 1884. David Popper (violoncelle), Louise von Ehrenstein (chant) et Carl Stasny (piano) : E. Grieg, Sonate pour violoncelle et piano opus 33. N.N., pièces vocales. Pièces et arrangements pour violoncelles de G. Tartini, A. Corelli et D. Popper (extraits de la Wald-Suite). N.N., pièces vocales. Pièces et arrangements pour violoncelles de R. Schumann (« Träumerei » tirée des Kinderszenen) et D. Popper (Mazurka et Spinnlied).

5Salle Bösendorfer, 3 février 1884. TeresinaTua (violon), Eugenia Senigaglia (chant) et Paula Dürnberger (piano) : L. van Beethoven, Andante con variazioni tiré de la Sonate pour violon et piano opus 47. A. Scarlatti, « La Violette ». J. Brahms, « Der Gang zum Liebchen ». F. Ries, « Gondoliera » tirée de la Suite n° 2. P. de Sarasate, Zapateado. F. Cowen, A l’espagnol (sic). Schubert-Liszt, Soirée de Vienne n° 6. F. Laub, Polonaise. P. Tosti, « Per sempre ». J. Massenet, « Nuit d’Espagne ». J. Wieniawski, Faust-Fantasie.

6Salle Bösendorfer, 4 février 1884. Quatuor Rosé et Ernst Löwenberg (piano) : R. Volkmann, Quatuor à cordes opus 14. J. Raff, Trio avec piano en do mineur opus 102. L. van Beethoven, Quatuor à cordes opus 59 n° 3.

7Salle Bösendorfer, 5 février 1884. Quatuor Grün avec Otto Bauer (2e alto) et E. Smietanski (piano) : H. Grädener, Quintette à cordes en mi majeur. R. Volkmann, Trio avec piano en si bémol mineur. F. Mendelssohn, Quintette à cordes en la majeur.

8Salle Bösendorfer, 6 février 1884. Quatuor Radnitzky avec Otto Bauer (2e alto), Hugo Reinhold (piano) et Georg Benesch (contrebasse) : R. Volkmann, Quatuor à cordes opus 35. F. Schubert, Quintette « La Truite ». J. Hager, Quintette opus 42.

Notes

1 Wolf fait allusion au libellé du programme qui précisait que ce concert de David Popper était organisé auf allgemeines Verlangen (à la demande générale) après le succès rencontré par sa dernière apparition publique, et que sa célèbre étude de concert figurait au programme pour la même raison. Le violoncelliste et compositeur autrichien David Popper (1843-1913) était bien connu des Viennois. Il avait été entre 1868 et 1873 violoncelle solo de l’orchestre de l’Opéra et membre du Quatuor Hellmesberger, avant de se consacrer à son activité de soliste, accompagné au piano par son épouse Sophie Meter qui était une élève de Liszt.

2 Le Trio en do mineur opus 102 est la première des quatre compositions que Raff a consacrées à cette formation entre 1861 et 1870. Sur Joachim Raff (1822-1882), voir plus haut la note 1 de la critique de musique symphonique du 30 novembre 1884, p. 74.

3 Le compositeur, violoniste et chef d’orchestre Hermann Grädener (1844-1929) était très actif dans les institutions viennoises. Il enseignait au Conservatoire de la Société des amis de la musique et à l’Université, dirigeait la Singakademie ainsi que d’autres ensembles vocaux et instrumentaux.

4 Johannes Hager était en réalité un pseudonyme sous lequel le conseiller Johann Hasslinger von Hassingen (1822-1898), actif au ministère des affaires étrangères de la cour de Vienne, publiait ses compositions.

5 Ce Trio en si bémol mineur avait suscité l’admiration de Liszt, à qui il était dédié, aussi bien que de Wagner et de Hans von Bülow. Sur Volkmann, voir plus haut la note 6 de la critique de musique symphonique du 16 mars 1884, p. 56.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search