Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

La Symphonie n° 2 de Dvořák

23 janvier 1887 [n° 101]

Texte intégral

  • 1 Hanslick avait en effet écrit dans la Neue freie Presse du 15 janvier 1887 que même lors de la deu (...)
  • 2 C’est la menace qu’adresse le Roi des Aulnes à l’enfant dans Erlkönig de Goethe.
  • 3 Dans son compte rendu du 15 janvier, Hanslick attribuait l’échec des œuvres de Brahms à la fatigue (...)

1Monsieur Hanslick est seul à porter la responsabilité de l’exécution aux concerts du Philharmonique de la symphonie de Dvořák symphonie poliment mais fermement rejetée par le public qui, en cette occasion, s’est conduit envers cette œuvre comme un grand seigneur condescendant à écouter distraitement un pauvre diable de solliciteur, à lui adresser quelques paroles amicales pour ensuite lui tourner les talons le plus courtoisement du monde. Le public a écouté la pièce avec une patience d’ange jusqu’à sa fin tant attendue, s’est frotté les mains une fois ou deux et s’est éloigné, suffisamment édifié sur les façons infâmes de ce Marsyas bohémien. Nous n’aurions évidemment pas accordé la moindre attention au fiasco de la symphonie de Dvořák si un échec de Dvořák (et de Brahms) n’écornait aussi fortement le prestige du critique Hanslick. C’est déjà pour la troisième fois en deux semaines que des protégés de Hanslick doivent affronter un public rétif, et que les trompettes les mieux embouchées de la réclame hanslickienne n’éveillent aucun écho dans le public. Les choses en sont arrivées à un point tel que mon collègue n’a pas craint de reconnaître « le peu d’effet que ces deux œuvres (la symphonie et le Triumphlied) avaient eu sur le public1 ». Et la popularité de Monsieur Brahms doit être dans un bien piètre état si un « ami qui vous veut du bien » propage de telles informations ! Même si on peut toujours ne voir dans ces concessions faites à la vérité qu’un stratagème politique de mon illustre collègue, il devra en tout cas, dorénavant, mieux brouiller les cartes s’il veut nous faire croire à sa parade d’objectivité motivée par des visées politiques. Et on peut douter qu’il y parvienne avec un public désormais devenu soupçonneux. Si les trilles de sirènes de notre céleste critique sont fort enjôleurs sur le papier de la page culturelle, là où ils devraient par contre déployer tous leurs sortilèges, là où ils devraient résonner très fort aux oreilles du public, c’est-à-dire dans la salle de concert, c’est précisément là que le vide du chaos brahmsien les engloutit. Même si le public, suborné par l’apologie insidieuse que Hanslick fait de Brahms, a longtemps et courageusement combattu sa propre conviction, ses propres oreilles, son propre bon sens et son propre ennui mortel, sa patience est enfin à bout et, fatigué des éternelles promesses fallacieuses de pouvoir goûter aux joies du Royaume céleste s’il parvient, à force d’ascèse sensuelle et spirituelle, à comprendre Brahms (ce qui n’arrivera jamais malgré les pénitences les plus épuisantes), il se décide alors pour la seule issue qui peut encore le conduire aux délices promises du Royaume des cieux : celle de la salle de concert, qu’il emprunte avant chaque morceau de Brahms. Le public a déjà choisi cette voie et depuis, il se passionne à nouveau pour la musique. Malheureusement, c’est une voie qui est loin de convenir à mon enthousiaste collègue, lequel envisage maintenant de traiter le public selon cette formule de barbare : « Si tu n’es pas consentant, j’userai de la force2 ! ». Pour y parvenir, on rend toute tentative de fuite plus difficile pour le public en insérant une œuvre de Brahms entre deux pièces au demeurant fort attrayantes, tout comme l’on fait avaler au patient la pilule amère en l’enveloppant dans une oublie pour diminuer la répulsion qu’elle provoque3. De l’avis éclairé de mon collègue, Beethoven devait être un compositeur bien insipide puisque ses symphonies sont encore capables de transporter d’enthousiasme un public ennuyé et épuisé à la fin d’un concert. Monsieur Hanslick dit : « Une chose est sûre, et une seule, c’est qu’il ne faut pas imposer une pièce difficile, capitale, exigeante à un public déjà fatigué et distrait ». Les symphonies de Beethoven, qui viennent habituellement à la fin des concerts (sans l’accord, on le suppose, de Monsieur Hanslick ?), sont-elles donc faciles et insignifiantes ? Admettons-le, mais on se demande quand même pourquoi mon impartial confrère n’a pu trouver la moindre excuse à certains « penchants pervers » du public lorsque sont données des œuvres moins populaires que celles de Beethoven, comme les symphonies de Berlioz et de Bruckner qui sont pourtant toujours jouées à la fin des concerts. Nous craignons fort que ces œuvres, outre leur insignifiance, ne soient pas suffisamment « fatigantes » pour mériter, elles aussi, une prérogative que Monsieur Hanslick accorde avec une étonnante générosité à Brahms.

2Lors du tout dernier concert Kretschmann, nous avons entendu, outre l’Ouverture de Hermann et Dorothée de Schumann et la Quatrième Symphonie « tragique » de Schubert (deux œuvres que les compositeurs semblent avoir dédiées à la déesse de l’oubli), une suite en forme de canon de Julius Grimm. La forme du canon, lorsqu’elle n’est pas utilisée avec intelligence, entraîne le compositeur aux jeux les plus creux. C’est de la pure folie que de s’abandonner quatre mouvements durant à ces amusements frivoles et d’exiger du public qu’il suive, pour son plaisir ou son malheur, le psittacisme de la deuxième voix, qui a toujours le dernier mot. Comment le compositeur a-t-il donc pu commettre une telle ineptie ? Même Monsieur Johannes Brahms n’en serait pas capable !

3Musikverein, 16 janvier 1887. Philharmonie, dir. Hans Richter : H. Berlioz, Ouverture du Carnaval romain. J. S. Bach, Grande fugue transcrite pour cordes par J. Hellmesberger (lre audition). A. Dvořák : Symphonie n° 2 (lre audition).

4Salle Bösendorfer, 19 janvier 1887. Orchestre des Concerts Kretschmann, dir. Ludwig Rottenberg : R. Schumann, Ouverture de Hermann et Dorothée. J. O. Grimm, Suite en forme de canon opus 10. F. Schubert, Symphonie en ut mineur, dite « Tragique ».

Notes

1 Hanslick avait en effet écrit dans la Neue freie Presse du 15 janvier 1887 que même lors de la deuxième audition, ces deux œuvres n’avaient pas encore réussi à conquérir le public.

2 C’est la menace qu’adresse le Roi des Aulnes à l’enfant dans Erlkönig de Goethe.

3 Dans son compte rendu du 15 janvier, Hanslick attribuait l’échec des œuvres de Brahms à la fatigue du public et suggérait de ne pas les placer en fin de programme mais au milieu du concert, après une ouverture.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search