Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

Rhapsodies de Brahms et de Liszt, symphonies et chœurs de Haydn, Franz, Schumann et Herbeck

11 avril 1886 [n° 80]

Texte intégral

  • 1 « Probablement pour faire plaisir à M. le professeur Schuster » : cette remarque a été censurée da (...)

1« Qui apporte beaucoup donnera quelque chose à chacun et tous quitteront la salle contents ». La Société des amis de la musique a sans doute été guidée instinctivement par la philosophie de bon aloi du directeur de théâtre du Faust lorsqu’elle a composé le programme de sa quatrième et dernière série de concerts. C’était un ragoût composé de bric et de broc, à l’image du goût de notre public. Il y avait une symphonie de Haydn destinée à cette catégorie de retraités bon enfant qui sombrent dans la plus profonde affliction et dodelinent constamment du chef à chaque sifflement de locomotive, à chaque machine à café nouvellement construite, devant la philosophie de Schopenhauer, devant le bouillon de viande Liebig, devant le drame musical, etc. Ces gens sont affables, hospitaliers et très communicatifs. Ils aiment à évoquer le bon vieux temps. Leur compositeur préféré est Haydn. Puis vint un psaume pour double chœur composé par Robert Franz, probablement pour faire plaisir à Monsieur le professeur Schuster1. La Rhapsodie pour contralto, chœur d’hommes et orchestre de Brahms n’a pas dû plonger les corybantes de cette idole de la musique dans leur extase habituelle, car cette composition n’a pas encore atteint, du point de vue de l’imagination et de la sensibilité, le degré de froideur des dernières œuvres de ce compositeur industrieux. La Rhapsodie compte parmi les meilleures productions de Brahms. Dans cette pièce, on ne sent pas encore la volonté de faire de la musique « sérieuse ». Le drapé classique de la toge qui flotte autour du squelette fragile des idées dans ses symphonies, cette astuce de tailleur, n’est pas encore utilisée ici. Les idées n’ont pas à se dissimuler derrière un masque, ni à susciter la curiosité qui, dans ces cas-là, n’est naturellement jamais assouvie. Soit elles sont là, soit elles n’y sont pas, car en art il faut toujours annoncer la couleur d’entrée de jeu. Brahms l’a fait dans sa Rhapsodie, même si c’est de façon hésitante. Comme cette pièce musicale décidément me plaît, je regrette vraiment de ne pouvoir pousser mon panégyrique de Brahms jusqu’aux hauteurs vertigineuses qu’a atteintes Eduard Hanslick, critique serviable et admirateur enflammé de son ami Johannes, qui a écrit un papier enthousiaste sur sa Quatrième Symphonie dans laquelle il a cm discerner, par un euphémisme curieux, la caractéristique fondamentale de l’œuvre : « Une froideur extrême confinant à l’austère ». Voilà un jugement auquel nous souscrivons de tout cœur et qui n’appelle aucune rectification, fut-elle feinte.

2Les admirateurs de Robert Schumann ont-ils trouvé le ballast musical de son Schifflein [Petit Bateau, chœur avec soprano solo, flûte et cor de chasse] par trop léger ? C’est du moins mon cas. Schumann a écrit tant de chœurs magnifiques que l’on se demande bien pourquoi choisir le plus mauvais. Finalement, on a tenu compte des goûts des caciques de la Société des amis de la musique et il reste à espérer que Das Fischermädchen de Herbeck, œuvre de consommation courante et sans prétention, aura plu à ces esprits louis-philippards.

3Jusqu’à ce point, le concert n’avait vraiment rien d’enthousiasmant, mais tout est bien qui finit bien : la deuxième Rhapsodie hongroise de Liszt (dédiée à Joachim) nous fit oublier bien vite les souffrances endurées jusque-là. Disparus l’ennui et la somnolence, à partir du moment où l’imagination débridée, les rythmes audacieux, les étranges sonorités naturelles des mélodies tziganes vinrent frapper nos oreilles. Cette rhapsodie n’est qu’esquissée, mais on reconnaît la main du maître à ses traits de plume vifs. Difficile d’échapper au charme envoûtant de ces sons, surtout lorsque Liszt leur donne forme et couleur ! Le chef d’orchestre Hans Richter qui, soit dit en passant, a donné au tempo rubato de la rhapsodie une délicatesse qui pourrait bien rester inégalée, accorde à juste titre toute son attention à ce genre musical dans les œuvres de Liszt. Les rhapsodies sont d’une certaine façon l’antichambre qui ouvre sur le paradis des poèmes symphoniques. Alors qu’il s’efforce d’éveiller chez le public un intérêt pour les œuvres d’un artiste stupidement et vulgairement insulté par nos critiques, de se concilier ses bonnes grâces, d’émousser ses préjugés toujours bien ancrés, il est assurément sur la bonne voie pour atteindre son objectif s’il continue à présenter de temps à autre au public des œuvres comme les Rhapsodies hongroises. Puisse-t-il ne pas s’en laisser détourner par les clabauderies hostiles des critiques !

4Musikverein, 4 avril 1886. Orchestre de la Société des amis de la musique, Singverein, dir. Hans Richter : J. Haydn, Symphonie n° 84 en mi bémol majeur. R. Franz, Psaume CXVII pour double chœur (lre audition). J. Brahms, Rhapsodie pour alto, chœur d’hommes et orchestre (soliste : Rosa Papier-Paumgartner). R. Schumann, Das Schifflein, chœur pour soprano solo, flûte et cor de chasse. J. Herbeck : Das Fischermädchen, chœur a capella. F. Liszt, Rhapsodie hongroise n° 2 (lre audition).

Notes

1 « Probablement pour faire plaisir à M. le professeur Schuster » : cette remarque a été censurée dans l’édition de 1911. Juriste connu pour ses travaux relatifs au droit d’auteur des compositeurs, Heinrich Maria Schuster (1847-1906) était l’auteur d’une brève biographie de Robert Franz parue en 1873. Largement oublié de nos jours, Robert Franz (1815-1892) était très apprécié à son époque pour ses lieder, genre auquel il s’est presque exclusivement consacré à l’exception de quelques œuvres chorales. Liszt a rédigé à son propos une étude admirative en 1855.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search