Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

La Symphonie n° 7 de Bruckner

28 mars 1886 [n° 79]

Texte intégral

  • 1 L’exécution triomphale de cette symphonie en mars 1885 à Munich sous la direction de Hermann Levi (...)

1[...] La Symphonie en mi majeur d’Anton Bruckner, après avoir fait une entrée triomphale dans diverses villes allemandes (Munich1, Leipzig, Hambourg, Hanovre), a également été donnée maintenant à Vienne. « On ne saurait être prophète en son pays » : cette expérience douloureuse et immémoriale n’a pas été épargnée à Bruckner. Luttant en vain contre la bêtise et la méchanceté des critiques, éconduit par les organisateurs de concerts, persécuté par la jalousie et la malveillance durant des décennies, Bruckner était déjà un vieil homme lorsque Dame Fortune daigna enfin le baiser au front et que le monde ingrat ceignit son chef chenu d’une couronne de laurier. La mauvaise fortune de Bruckner fut pire que celle de Berlioz qui, certes rejeté par ses compatriotes, connut à l’étranger, et dans la pleine force de l’âge et du talent, des succès propres à le consoler de ses revers parisiens. À l’inverse, pour Bruckner, les portes des salles de concerts étrangères s’ouvrirent fort tard et la considération éphémère dont ses œuvres furent l’objet chez nous du temps où Herbeck était aux commandes ne fut pas suffisamment sérieuse et exhaustive pour mettre tout son talent en pleine lumière. Ce n’est que très récemment, grâce aux efforts de quelques jeunes musiciens et du Akademischer Wagnerverein, que l’opinion du public sur ses œuvres a connu un heureux revirement. Son Te Deum a été donné aux concerts de la Société des amis de la musique sous les applaudissements du public, et dimanche dernier, il a été suivi par la Septième Symphonie en mi majeur, laquelle avait été accueillie triomphalement en Allemagne. La glace de la réticence de nos sociétés de musique était brisée. Il n’était plus possible de considérer le grand succès du compositeur autochtone à l’étranger avec l’indifférence si généreuse de la Société Philharmonique. « Mais nous aussi, nous qui donnons le ton à Vienne, nous sommes capables de rendre justice à l’homme qui a écrit la Septième Symphonie ; notre devoir est de faire entendre ses œuvres, que le public ou les critiques soient ou non d’accord, car Bruckner est un esprit génial et sa musique est belle et de bon aloi ». C’est peut-être bien ce que ces Messieurs de la Société Philharmonique se sont dit au moment de se lancer dans la préparation de la symphonie. Fort bien en vérité, tout à fait louable. Mais, Messieurs, vos yeux se dessillent un peu tard et nous osons même douter quelque peu de la sincérité de votre magnifique volte-face, même si elle se présente à son avantage sous les beaux atours de la rhétorique. Ou bien serait-ce vraiment parce que cette symphonie vous plaît et pas seulement, comme je le crois, parce qu’elle plaît à l’étranger, que vous lui avez fait l’honneur d’orner les programmes de vos concerts triés sur le volet ? Quoi qu’il en soit, laissons cela, puisque la symphonie a été exécutée devant le public. Le succès fut entier, le public transporté d’aise et les applaudissements assourdissants. Que ces Messieurs de la Société Philharmonique gardent cependant présent à l’esprit qu’une demi-douzaine de symphonies de Bruckner sont encore dans les cartons à musique, attendant impatiemment d’être jouées, et que parmi celles-ci, même une symphonie moins remarquable que celle en mi majeur est encore un Himalaya comparée à la taupinière des symphonies de Brahms. [...]

2Musikverein, 21 mars 1886. Philharmonie, dir. Hans Richter : Ε. Ν. Méhul, Ouverture de La Chasse du Jeune Henri. L. van Beethoven, Concerto pour piano n° 3 (soliste : Heinrich Barth). A. Bruckner, Symphonie n° 7.

Notes

1 L’exécution triomphale de cette symphonie en mars 1885 à Munich sous la direction de Hermann Levi avait fait connaître Bruckner sur le plan international. La création de l’œuvre avait eu lieu l’année précédente à Leipzig sous la direction d’Arthur Nikisch.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search