Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

La Symphonie n° 4 de Brahms

24 janvier 1886 [n° 72]

Texte intégral

  • 1 Le sculpteur danois Bertel Thorwaldsen (1770-1844) était un adepte des idées de Johann Winckelmann (...)
  • 2 Le peintre autrichien Friedrich Friedländer-Malheim (1825-1901), qui avait une prédilection pour l (...)
  • 3 Dans le compte rendu de la Symphonie fantastique déjà cité par Wolf dans sa critique du 5 avril 18 (...)
  • 4 Wolf cite l’article de Hanslick paru dans la Neue Freie Presse du 19 janvier 1886. On trouvera ce (...)

1C’est vraiment une chance pour le célèbre sculpteur Thorwaldsen que son bon génie lui ait soufflé l’heureuse idée de réaliser une sculpture inspirée d’un épisode de la vie d’Alexandre le Grand, sans quoi la gloire posthume de cet artiste aurait été compromise. Mais maintenant que l’honneur lui revient d’avoir inspiré une nouvelle symphonie au célèbre copiste, je veux dire au compositeur Johannes Brahms, l’immortalité lui est acquise jusqu’à la fin des temps1. Malheureusement, aucun témoin digne de foi ne peut dire de quelle nature étaient les sculptures qui ont mis Brahms dans la cruelle nécessité de composer ses trois symphonies précédentes. Si nous nous lancions dans des suppositions hasardeuses, lesquelles nous feraient fortement pencher pour cette idée que les vieux invalides de Friedländer2 constituent un élément essentiel de ces trois symphonies – tout du moins pour ce qui touche à la fraîcheur de l’invention et à la richesse de l’expression –, on ne verrait dans tout cela rien d’autre qu’une tentative sincère pour dépister les influences fortuites et les impressions reçues qui ne doivent pas, selon Schumann, être par trop négligées3. Reste cependant le fait, si tant est qu’on puisse donner créance aux affirmations de Monsieur Kalbeck, que l’origine des premiers symptômes suspects de cette fièvre artistique glaciale dont Monsieur Brahms souffre depuis quinze ou vingt ans maintenant, responsable de ses trois premières symphonies et dont une quatrième vient d’être la victime, réside bien dans la forte impression que l’Alexandre de Thorwaldsen a faite sur lui par hasard. La Symphonie n° 4 en mi mineur... « Mais halte ! Le choix de la tonalité est déjà remarquable car étrangement ni Mozart, Beethoven ou Schubert, ni Mendelssohn ou Schumann n’ont jamais écrit de symphonie en mi mineur4 ». Par ma foi, voilà bien une découverte colossale ! Comme Monsieur Brahms doit être un artiste original et profond pour composer des symphonies, non pas seulement en ut, en ou en fa comme Beethoven l’a fait, mais aussi en mi mineur comme personne jusqu’alors ne l’avait fait ! Diable ! Je commence à trembler devant le génie inquiétant de Monsieur Brahms. L’affirmation sulfureuse de Ben Akiba selon laquelle il n’y a rien de nouveau sous le soleil doit maintenant être tenue comme une histoire à dormir debout ne méritant qu’un sourire de compassion. Que de finesse et de subtilité exige la découverte dont nous parlons ici ! Lorsque Richard Wagner, parlant de la Neuvième de Beethoven, doutait de l’émergence de nouvelles formes artistiques dans le champ de la symphonie, ce furent les œuvres de Franz Liszt qui vinrent lever ses doutes. Mais le Maître n’a jamais pensé que quelque chose de tout à fait nouveau puisse naître au sein de la vieille forme artistique du seul choix d’une tonalité originale. Oui, vraiment, « rien de nouveau sous le soleil », sinon une symphonie en mi mineur. C’est à Monsieur Hanslick que revient le mérite éminent d’avoir souligné ce haut fait avec l’insistance nécessaire. L’axiome froid de Ben Akiba, si incommode et même douloureux à tous ceux qui se piquent d’originalité, le voilà soudainement réduit en poussière, évanoui comme un souffle d’air, sans laisser de trace. À tous les symphonistes d’aujourd’hui s’ouvre donc un nouveau champ dont la mise en culture n’exige pas davantage que de renoncer à toutes les exigences sans lesquelles il n’aurait malheureusement pas été possible à Beethoven d’écrire une symphonie. Il suffit d’avoir le nez creux et de porter son choix sur des tonalités que les compositeurs célèbres n’ont pas encore utilisées, car la mélodie se passe aisément de la force créatrice et autres billevesées ! Celui qui écrira aujourd’hui et à l’avenir des symphonies en la bémol mineur, mi bémol mineur, fa dièse mineur, do dièse mineur, si bémol mineur et autres tonalités comparables que nos cinq Maîtres ont omis d’exploiter dans leurs symphonies, n’aura pas à attendre d’avoir des cheveux blancs pour savoir s’il est original ou pas. Il l’est, même s’il est déjà chauve. Pour mettre toutes les chances de notre côté, choisissons par exemple des tonalités comme le si dièse majeur, le la dièse mineur, le do bémol mineur ; même le do bémol majeur n’est pas à négliger. Mais si un génie du futur veut se tailler un empire et conquérir l’Olympe, ce serait bien qu’il donnât toute son attention à des tonalités plus compliquées comme le mi double bémol mineur, le sol double dièse majeur et d’autres du même tonneau. Monsieur Hanslick étant, on le sait, un critique très impartial, comme ses articles sur Richard Wagner d’une part et sur Brahms d’autre part le montrent à l’évidence, il ne pourra s’empêcher de souligner le caractère extraordinaire de l’entreprise avec une insistance et une componction accrues, d’autant plus accrues que le mi dièse mineur est plus compliqué que le mi mineur, que le fa double dièse majeur plus compliqué que le mi dièse mineur, etc.

  • 5 Max Kalbeck avait écrit dans Die Presse du 21 janvier 1886, à propos du finale de cette symphonie  (...)
  • 6 Wolf se réfère à la critique de Hanslick déjà citée : « Une force virile, une conséquence inflexib (...)

2Il est clair que Brahms marche à reculons en tant qu’artiste. Certes, il n’a jamais pu se hisser au-dessus du médiocre, mais jamais encore une telle inanité, un tel vide et une telle hypocrisie ne s’étaient fait jour de façon si alarmante dans aucune œuvre de Brahms comme dans cette symphonie en mi mineur. L’art de composer sans avoir la moindre idée a décidément trouvé en Brahms son plus digne représentant. Comme Dieu lui-même, Brahms est passé maître dans l’art de faire quelque chose de rien. (Même Monsieur Klabeck, ah pardon ! Monsieur Klobeck, ah, je veux dire Monsieur Kalbeck est de cet avis5. À propos, pourquoi ne pourrais-je me permettre une coquille ? Monsieur Hanslick l’entendait sérieusement avec son « âpre froidure6 ».) En ce sens, on peut dire de l’art de Brahms qu’il est divin. Humain, il ne l’est certainement pas, à moins de vouloir reconnaître dans l’impuissance musicale du compositeur et dans ses vains efforts pour la dissimuler un signe de faiblesse humaine, et d’en éprouver éventuellement une pitié bien humaine pour lui. En vérité, les quatre symphonies de Brahms ruissellent de désespoir muet. On trouvera sans doute dans ce fait la cause de la monotonie épouvantable des dernières œuvres d’envergure de ce compositeur. Certes, Monsieur Brahms s’efforce d’insuffler la vie à ses symphonies en utilisant des contrastes ; mais il y réussit fort mal puisque le style fondamental de ses symphonies résulte de son incapacité à créer, qui n’entre en contraste qu’avec son désir de bien faire, ce qui revient malheureusement au même. Et faire passer, quatre mouvements durant, son imagination exsangue par les fourches Caudines alternées du « je ne peux pas » et du « j’aimerais tant pouvoir », voilà qui n’est finalement pas une partie de plaisir. De fait, le public ne se sent pas particulièrement à l’aise devant les grandes richesses qu’offre Brahms : des mélodies hachées menu, des rythmes estropiés et des harmonies arides. Comme le public et le compositeur s’en trouveraient soulagés si Monsieur Brahms pouvait décider d’en finir avec cette propension à se lacérer les chairs. Arrêtons ce jeu cruel ! Puisse Monsieur Brahms se satisfaire d’avoir trouvé dans sa symphonie en mi mineur non seulement une tonalité dans laquelle jusqu’ici rien de bon n’a été produit si ce n’est dans de fort petites formes, mais aussi le langage qui donnera une expression éloquente à son désespoir muet : le langage de l’impuissance musicale... majeure.

3Le récital de lieder de Madame Rosa Papier, cette chanteuse d’opéra si aimée de notre public, a été un grand succès. La réussite exemplaire de Madame Papier a trouvé une reconnaissance flatteuse auprès d’un public venu nombreux.

4Musikverein, 17 janvier 1886. Philharmonie, dir. Hans Richter : H. Grädener, Lustspiel-Ouverture. J. Brahms, Symphonie n° 4 (lre audition). L. Spohr, air tiré de Faust (Theodor Reichmann, baryton). J. Haydn, Symphonie n° 95 en do mineur (1791). Notons qu’il ne s’agit pour la symphonie de Brahms que de la première audition viennoise. C’est à Meiningen que l’œuvre avait été créée, le 25 octobre de l’année précédente, par l’orchestre de la cour, sous la direction du compositeur.

5Récital de chant de Rosa Papier accompagnée par Robert Erben, avec le concours de Gisela Gulyás pour les pièces de piano solo : F. Chopin, Fantaisie en fa mineur. R. Franz, « Auf dem Meere », « Ο Herz in meiner Brust », « Frühlingsliebe ». F. Liszt, « Waldesrauschen ». C. Saint-Saëns, Mazurka. J. Brahms, Rhapsodie. R. Heuberger, « Gib einen Hauch mir », « Vergebliche Frage ». A. Dvořák, « Blumendeutung ». R. Weinwurm, « Schöne Einrichtung ». E. d’Albert, Gavotte. H. Schmidt, Ländler. Schumann-Liszt, « Frühlingsnacht ». J. Brahms, « Sapphische Ode », « Des Liebsten Schwur ». F. Schubert, « Kreuzzug ».

Notes

1 Le sculpteur danois Bertel Thorwaldsen (1770-1844) était un adepte des idées de Johann Winckelmann concernant le retour aux modèles de l’Antiquité. La frise de l’entrée triomphale d’Alexandre à Babylone se trouve à la Villa Carlotta, au bord du lac de Côme, où Brahms avait séjourné au printemps 1884. Dans un article paru dans Die Presse le 18 janvier 1886, Max Kalbeck avait affirmé que le compositeur y avait trouvé l’inspiration de sa symphonie. Brahms a réfuté cette thèse.

2 Le peintre autrichien Friedrich Friedländer-Malheim (1825-1901), qui avait une prédilection pour les scènes de genre sentimentales, était connu pour ses représentations d’invalides.

3 Dans le compte rendu de la Symphonie fantastique déjà cité par Wolf dans sa critique du 5 avril 1885, Schumann écrivait : « De manière inconsciente, une idée agit souvent parallèlement à l’imagination musicale, l’œil à côté de l’oreille ; et l’œil, cet organe toujours actif, saisit au milieu des sonorités et des notes quelques contours qui s’unissent à la musique naissante pour former des images précises ».

4 Wolf cite l’article de Hanslick paru dans la Neue Freie Presse du 19 janvier 1886. On trouvera ce texte reproduit dans : Eduard Hanslick, Aus dem Tagebuch eines Musikers, Berlin, 1892, p. 205.

5 Max Kalbeck avait écrit dans Die Presse du 21 janvier 1886, à propos du finale de cette symphonie : « À partir de rien, un monde sonore fut ici créé, un univers composé de mélodie, de rythme et d’harmonie dont l’étendue ne saurait être plus vaste ». Le passage entre parenthèses de la critique de Wolf a été censuré dans la première édition de 1911.

6 Wolf se réfère à la critique de Hanslick déjà citée : « Une force virile, une conséquence inflexible, une froidure [Frost] touchant à l’âpreté, ces traits fondamentaux communs à toutes les grandes œuvres de Brahms se retrouvent de manière déterminante dans sa nouvelle symphonie ».

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search