Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

La Création de Haydn

15 novembre 1885 [n° 63]

Texte intégral

  • 1 Les métaphores empruntées au monde de l’enfance étaient fréquentes dans la réception de l’œuvre de (...)

1Quelle atmosphère de foi enfantine exhalent les sons purs et célestes de la musique de Haydn1 ! Tout ici n’est que nature et candeur, intuition et sensibilité ! Quel grand artiste, ce Haydn : en écoutant ses œuvres on ne perçoit rien de sa science artistique, et pourtant, de quel art témoigne la profusion de formes qui parcourt ses charmantes peintures musicales ! Son sens artistique extraordinairement fin est tout particulièrement évident dans le domaine de la musique descriptive, très en vogue ces derniers temps, mais aussi fort décriée. À la vérité, nous tremblerions d’horreur en voyant un compositeur moderne traiter, ou plutôt maltraiter, des sujets comme La Création ou Les Saisons, qui se prêtent si bien à la musique descriptive. Π y aurait tant de descriptions musicales qu’il n’y aurait plus de musique à entendre. Si un compositeur moderne voulait, par exemple, illustrer musicalement le chaos, nous ne trouverions assurément dans sa composition aucun accord de trois sons, ou tout au plus ici ou là un accord augmenté. Mais, selon toute vraisemblance, c’est la quinte juste qui ferait immanquablement les frais d’une telle conception musicale.

  • 2 Wolf fait allusion à Gustav Jäger (1832-1917), qui prôna une « révolution » vestimentaire vers 188 (...)

2(S’il fallait admettre que des quintes ont résonné aux oreilles du Bon Dieu lorsqu’il a vu le chaos, ce serait donc en état de légitime défense et non par orgueil ou malignité, comme certains philosophes le supposent, que Dieu en serait venu à cette décision désespérée de déverser une telle quantité de mal sur le monde dans le délai ridiculement court de sept jours. Évidemment, un bon bout de coton aurait rendu le même service, mais les cotonniers n’existaient point encore, pas davantage que les planteurs de coton ; l’industrie cotonnière était encore dans les limbes du chaos et les épaisses chemises en coton de Jäger2 n’étaient encore que chimères. Oh, temps bienheureux du chaos !)

3Encore heureux si l’on en était resté à ce diabolique moyen d’expression, car aujourd’hui il tombe des dissonances et des effets instrumentaux stridents comme grêle en été, au point qu’on croirait le chaos devenu une bête féroce souffrant d’une rage de dent, tant l’orchestre gémit et geint ! Si le compositeur avait l’intention d’exprimer par ce moyen la rencontre titanesque de deux masses d’air ennemies, ou le sifflement suraigu d’une fusée mise à feu, ou encore tel ou tel phénomène naturel, on peut dire que l’intention était bonne, mais il n’est parvenu à rien et nous gardons de cette intention une fort mauvaise opinion.

4La confusion peut aller à ce point, quand dominent, dans la musique descriptive, les éléments purement extérieurs, qu’aucun effet ne se dégage de tout effet, aucun caractère de la volonté omniprésente de caractériser, mais uniquement des détails épars et sans lien, et jamais un tout cohérent et porteur de sens. Dans La Création, Haydn a procédé tout différemment. Regardons comment se présente le chaos dans son œuvre. Dès les premières mesures, jouées en sourdine aux violons, nous sommes saisis par l’impression d’être devant quelque chose de mystérieux. Un magicien, oui, évoque l’image ténébreuse du chaos. Des nappes grises de brouillard roulent lentement de-ci de-là en masses confuses, illuminées par des lumières étrangement iridescentes. Écoutez ! Quels étaient ces voix, ces sons si angoissés et plaintifs, ces chants si doux et sévères ? Ils s’amenuisent, fondent et disparaissent dans le néant... Une autre apparition, rayonnante de beauté magique, émerge des ténèbres. L’âme tressaille à la vue de ce fantôme merveilleux qui poursuit calmement sa course ; il s’élève dans les airs ; un rouge pourpre colore l’atmosphère ; il vacille, il tombe – un éclair troue l’abîme sombre – et c’en est fini de l’apparition. La scène colorée se nimbe à nouveau de nappes de brouillard. Le compositeur est sorti de son rêve.

5Tout cela n’est évidemment qu’une pâle esquisse comparée au monde fantastique que le compositeur crée en une vision prophétique. Mais si Haydn avait voulu mettre dans sa musique ce qu’il a vu, il est presque certain que le chaos nous serait resté tout à fait incompréhensible, alors qu’il nous pénètre maintenant jusqu’aux tréfonds de l’âme. Pourquoi ? Parce que le compositeur ne s’est pas attaché à la vision, mais à l’effet que sa vision a produit sur sa sensibilité musicale. Bon, le chapitre est clos. L’exécution, dirigée par le chef d’orchestre, Monsieur Fuchs, fut bonne. De tous les participants, on ne peut également dire que du bien. [...]

6Musikverein, 8 novembre 1885. Orchestre, chœurs et solistes de l’Opéra, dir. Johann Nepomuk Fuchs : J. Haydn, La Création.

Notes

1 Les métaphores empruntées au monde de l’enfance étaient fréquentes dans la réception de l’œuvre de Haydn, en particulier dès l’instant où il était comparé au « Géant » Beethoven. Voir aussi la célèbre critique de la Cinquième Symphonie de Beethoven par Ε. T. A. Hoffmann, op. cit.

2 Wolf fait allusion à Gustav Jäger (1832-1917), qui prôna une « révolution » vestimentaire vers 1880. (N.D.T.)

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search