Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

Saül de Händel

1er mars 1885 [n° 42]

Texte intégral

1[...] C’est dans la grande salle du Musikverein, parée de ses lumières de fête pour l’occasion, qu’a été donné le Saül de Händel à l’occasion du deux centième anniversaire de la naissance du compositeur. S’il est vrai que bien des choses nous semblent vieillottes et défraîchies dans cette œuvre, comme par exemple les arias et les récitatifs, les chœurs témoignent d’un élan, d’une vitalité dramatique, d’une puissance titanesque, d’une irrésistible force d’expression qui aujourd’hui encore nous emplissent d’étonnement et d’admiration, et il en sera ainsi tant qu’on fera de la musique. Au sein de la distribution, Madame Papier s’est particulièrement distinguée. Madame Schmied-Czany s’est elle aussi assez bien acquittée de sa lourde tâche. Il manque à Monsieur Winkelmann et à Monsieur Reichenberg l’ampleur vocale requise par l’oratorio ; pourtant, ils eurent l’un et l’autre de bons moments. J’ai été très heureux et réjoui que Monsieur Schittenhelm chante la sorcière d’Endor. Quelle étrange sorcière en vérité ! Et comme elle chantait joliment, la méchante sorcière ! Et comme elle avait l’air avenante ! Monsieur Schittenhelm a donné là un spectacle qui élève presque autant l’âme qu’il divertit l’esprit.

2Musikverein, 26 février 1885. Orchestre de la Société des amis de la musique, Singverein, dir. Hans Richter : G. F. Händel, Saül.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search