Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

Bruckner à quatre mains par Ferdinand Löwe et Josef Schalk

28 décembre 1884 [n° 33]

Texte intégral

  • 1 Bruckner n’était pas aussi inconnu que le laisse entendre Wolf. À cette date, on avait pu entendre (...)
  • 2 L’opinion ambiguë que Wolf avait à cette époque des symphonies de Bruckner évolua au fil des année (...)

1Bruckner ? Bruckner ? Qui est-ce ? Où vit-il ? De quoi est-il capable ? Ces questions sont sur bien des lèvres à Vienne, posées même par des gens qui fréquentent assidûment les concerts d’abonnement du Philharmonique et également ceux de la Société des amis de la musique1. S’il s’en trouve un à qui le nom dit vaguement quelque chose, il se souviendra qu’en effet Bruckner est professeur de théorie musicale au Conservatoire d’ici. Et virtuose de l’orgue, ajoute peut-être un autre en jetant un regard triomphant à l’homme au savoir un peu court, pendant qu’un troisième croit déjà, qu’un quatrième sait bien, qu’un cinquième affirme même, et qu’un sixième enfin jure ses grands dieux, que Bruckner est aussi compositeur, évidemment pas un compositeur notable, pas un compositeur classique. Un connaisseur pense en branlant son noble chef avec circonspection que c’est un compositeur qui ignore les bonnes formes, un passionné déplore l’extrême confusion de la conception musicale de ses compositions, un autre fustige une piètre instrumentation, ces Messieurs les Critiques trouvent tout cela abominable et donc tout est dit Et n’oublions pas le dernier, le chef d’orchestre, qui se prononce, comme de bien entendu, en faveur du compositeur, qui ferraille au service de ses œuvres malgré la rage écumante de la critique déchaînée contre elles et qui propose pour les interpréter, devinez qui ? Son petit personnel, voyons, son orchestre ! Mais c’est là que les ennuis commencent. Que les tribuns de l’orchestre en viennent à opposer leur veto à la décision de leur souverain, et le chef d’orchestre pourra bien remuer ciel et terre pour faire passer sa proposition, rien n’y fera. Le chef d’orchestre n’a assurément pas le pouvoir d’un dictateur et il doit en passer par ce que l’orchestre a décidé pour ce qui le concerne. (Et l’on voit avec la clarté de l’évidence ce qui résultera d’une telle manière de faire, surtout si les tribuns de l’orchestre n’entendent goutte ou presque au sens profond d’une composition alors même qu’ils sont en mesure de faire des merveilles avec leurs instruments. Car un bon soldat n’a pas forcément l’étoffe d’un commandant en chef et un musicien d’orchestre peut interpréter à merveille un solo au violon ou à la flûte et être pourtant loin, très loin, de concevoir les liens qui unissent à l’ensemble de l’œuvre le solo qu’il exécute avec sensibilité.) Voici donc que s’évanouit aussi cet ultime espoir, et Bruckner, ce titan en lutte avec les dieux, en est dorénavant réduit à s’adresser au public par l’entremise du piano, situation certes désagréable, mais qui, à tout prendre, vaut encore mieux que de ne pas pouvoir s’exprimer du tout. Et quand, dans son malheur, on a encore le bonheur de trouver deux interprètes aussi enthousiastes que Messieurs Löwe et Schalk, voilà qui est susceptible de dédommager un tant soit peu Monsieur Bruckner des pratiques extrêmement injustes dont nos cercles musicaux, ceux qui donnent le ton, usent à son endroit. Je présentais à l’instant Monsieur Bruckner comme un titan en lutte avec les dieux. En vérité, je ne vois vraiment pas quelle métaphore conviendrait mieux pour rendre compte de la singularité de ce compositeur. La louange et le blâme s’y retrouvent distribués à parts égales. Les forces brutes de la nature en lutte avec la supériorité écrasante de l’esprit ou, transposé à l’artiste, une force naturelle extraordinairement créatrice, une fraîcheur et une naïveté en opposition avec la maîtrise de la musique, avec l’intelligence, avec les effets d’un niveau de culture caractéristique de notre époque : tels sont les éléments principaux des compositions de cet artiste, mais ils sont malheureusement antagonistes les uns aux autres. Bruckner serait-il parvenu à surmonter ces contradictions qu’il se serait sans nul doute hissé à des hauteurs comparables à celles que Liszt a atteintes. Le manque d’intelligence, voilà ce qui rend si difficile la compréhension des symphonies de Bruckner, malgré toute l’originalité, la grandeur, la force, l’imagination et l’invention que l’on y trouve. Partout, un vouloir, des élans titanesques, mais point de satisfaction, pas de résolution artistique. Il en résulte que ses œuvres n’ont pas de forme et que l’expression en semble extravagante. Bruckner se débat avec l’Idée, mais n’a pas le courage de lui accorder la première place et de continuer ainsi à avancer en toute conscience de ce qu’il fait. Et donc il balance, poussant tantôt ses racines dans le terreau beethovénien, tantôt dans les terres récemment conquises dont Liszt donne l’expression la plus accomplie dans ses compositions symphoniques, hésitant entre les deux sans pouvoir se décider pour l’un ou pour l’autre. Telle est son infortune2. Malgré cela, je n’hésiterai pas à considérer les symphonies de Bruckner comme les compositions symphoniques les plus importantes qui aient jamais été écrites depuis Beethoven. Ce sont les œuvres d’un génie infortuné, comparables à celles, colossales, de Grabbe ; elles ont en commun les unes et les autres des conceptions sublimes et audacieuses et une exécution incohérente, informe. De la même façon que chez Grabbe les fastes de l’imagination et la géniale élévation de la pensée évoquent Shakespeare, nous avons souvent l’impression de reconnaître, dans les thèmes grandioses et leur mise en œuvre profonde que nous trouvons dans toutes les symphonies de Bruckner, la langue de Beethoven. Cela valait donc bien la peine d’accorder à cet audacieux de génie un peu plus d’attention que ce ne fut le cas jusqu’ici, et c’est vraiment un spectacle bouleversant que de voir cet homme extraordinaire tenu à l’écart des salles de concert, lui qui, parmi les compositeurs actuellement vivants – à l’exception de Liszt naturellement – est celui qui peut revendiquer le plus haut et fort le droit d’être interprété et admiré.

2Salle Bösendorfer, 22 décembre 1884. Ferdinand Löwe et Robert Schalk, piano : A. Bruckner, Symphonie n° 4 (premier mouvement), Symphonie n° 3 (troisième mouvement). R. Wagner, monologue de Wotan tiré du deuxième acte de La Walkyrie (Richard Hirsch, basse). A. Bruckner, Symphonie n° 1. Il s’agit du troisième volet d’une série de concerts dédiés à des symphonies de Bruckner en réduction de piano.

Notes

1 Bruckner n’était pas aussi inconnu que le laisse entendre Wolf. À cette date, on avait pu entendre à Vienne sa Messe en fa mineur, les symphonies nos 2,3 et 4 ainsi que deux mouvements de la Sixième. Du point de vue stylistique, l’entrée en matière de Wolf est inspirée par la page initiale des Kreisleriana de Ε. T. A. Hoffmann.

2 L’opinion ambiguë que Wolf avait à cette époque des symphonies de Bruckner évolua au fil des années vers plus de compréhension et même d’admiration (voir la critique n° 79 du 28 mars 1886). Le fait que, dans l’intervalle, Friedrich Eckstein avait arrangé une rencontre entre les deux compositeurs (à la Fête-Dieu 1885 selon Frank Walker) a certainement contribué à ce changement d’attitude. De plus, l’hostilité marquée de Hanslick envers Bruckner appelait aux yeux de Wolf une réaction.

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search