Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

Dernier concert de la Chapelle symphonique de Meiningen

7 décembre 1884 [n° 30]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce concert a débuté avec l’ouverture composée par Hector Berlioz sur Le Corsaire de Byron. Cette composition n’est pas à la hauteur des grandes œuvres orchestrales du génial compositeur français. Il est assez significatif que Berlioz, qui d’ordinaire réunit sur la palette les coloris les plus vifs, ait conféré si peu de caractère à la couleur orchestrale de cette ouverture, comme s’il avait travaillé sa toile avec une éponge mouillée au lieu d’un pinceau gorgé de peinture. (On se demande bien avec quoi Brahms travaille quand il instrumente ses symphonies, car l’éponge mouillée de Berlioz – utilisée par exception ! – ressemble encore au pinceau de Makart comparée à l’instrumentation de Brahms). Berlioz n’a pas pu donner au Corsaire ces sons instrumentaux empreints de naturel qu’on trouve par exemple dans la « Marche des Pèlerins » de la symphonie Harold en Italie, dans la « Scène d’amour » de Roméo et Juliette, ou dans la « Scène aux champs » de la Symphonie fantastique, et ceci pour...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search