Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

Un monologue retranscrit par Hugo Wolf

1er novembre 1884 [n° 25]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a peu, par une nuit à ne pas mettre un chat dehors, j’aperçus devant une colonne Morris un quidam qui, à la lueur d’un bec de gaz, s’efforçait consciencieusement de déchiffrer le programme du Philharmonique1. Je m’approchai quelque peu et j’entendis un monologue, tantôt prononcé à voix basse, tantôt clamé de manière véhémente, monologue qui me parut contenir tant de choses justes que, revenu à ma chambre, je le couchai sur papier en me faisant la promesse de publier à l’occasion ce soliloque nocturne. Et voici donc pour tenir ma promesse :

« Les concerts du Philharmonique, commença-t-il, ce sont probablement encore ces vieilles rengaines éculées... Voyons cela... Bach, Mozart, Beethoven, Haydn... Bon, bon... Le public aime la musique classique... Il y est même fort instruit, il prend cela très au sérieux... Retenue et rigueur ! Beethoven, Mozart, Haydn sont déjà à ses oreilles trop banals, trop mélodieux, bien trop compréhensibles, trop humains. Ce n’est pas comme Bach ! Certes,...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search