Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

L’Ouverture du Roi Lear de Berlioz

30 mars 1884 [n° 11]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Enfin, enfin, nous avons eu droit à l’exécution, annoncée des années durant mais toujours repoussée, de l’Ouverture du Roi Lear d’Hector Berlioz. Et nous avons vu cette monstruosité géniale de la musique déployer son corps de géant qui nous avait déjà passablement effrayé dans la partition pour piano. Avec ses yeux monstrueux de démon, l’un louchant sur l’Allemagne, l’autre sur la France, il fascine l’auditeur comme le serpent à sonnettes hypnotise le lapin. Berlioz dessine littéralement des cercles magiques autour de l’auditeur1, qu’il emprisonne avec une force surhumaine dans les rets de sa structure musicale jusqu’à ce que la dernière note se soit éteinte lentement. Alors, les esprits animaux s’insinuent à nouveau dans la conscience de l’auditeur qui a l’impression de sortir d’un rêve profond et confus dans lequel il a survolé des abîmes ténébreux, des déserts et des forêts inviolées, des volcans et des icebergs, passant aussi d’un vol rapide au-dessus de luxuriants jardins fleur...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search