Version classiqueVersion mobile

Chroniques musicales (1884-1887)

 | 
Hugo Wolf

Musique symphonique

Une sérénade de Stanford et l’Ouverture tragique de Brahms

16 mars 1884 [n° 9]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tout va plus follement encore dans une salle de concert que dans un asile d'aliénés. (Hugo Wolf 22 mars 1885)

Le concert du Philharmonique du 9 mars dernier nous a malheureusement donné l’occasion de découvrir, entre autres, une œuvre nouvelle de Charles-Villiers Stanford1, une sérénade en cinq sections pour grand orchestre. Excepté l’arsenal des turqueries, il ne manquait, pour mettre le public vraiment dans l’ambiance d’une sérénade, que les quatre tubas de Wagner et peut-être encore quatre cloches. Il est tout à fait étonnant de voir à quel point, sans rime ni raison, le gros de nos compositeurs modernes passe outre les bornes des moyens musicaux et de la forme. On entend couramment dire que c’est à cause de la musique wagnérienne, qui met la tête à l’envers aux jeunes gens : personne ne sait plus rien faire sans un grand orchestre, etc.

(À tous ceux qui propagent de telles inepties, nous conseillons d’ouvrir le dixième tome des œuvres complètes de Wagner et de lire bien attentivem...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search