Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bruno Maderna - Heinz Holliger

 | 
Philippe Albèra

Œuvres

Iannis Xenakis, Tetora

Peter Szendy

Texte intégral

1Composé en 1990, le quatuor à cordes Tetora est une commande de la Radio de Cologne pour le Quatuor Arditti. Comme celui du quatuor de 1983 – Tetras -, le titre renvoie simplement à la géométrie propre à cette formation : Tetora signifiant quatre en dorien.

2L’organisation des hauteurs se réduit ici volontiers à des échelles limitées, contribuant ainsi à une certaine transparence. Et l’on y (re)découvre presque, par endroits, les éléments d’une nouvelle modalité. Le premier violon ouvre la pièce en explorant un mode composite ; chacune de ses notes est tenue par les trois autres instruments, comme par rémanence : une couleur modale imprègne un instant la totalité de la texture. L’entrée du second violon amène un déplacement vers l’aigu, suivi d’une échappée solitaire du premier violon qui donne naissance, comme par contraction soudaine, à des accords alternant de façon répétitive.

3La pièce opposera ces deux écritures contrastées : des lignes, tantôt monodiques, tantôt enchevêtrées en contrepoints multiples ; des figures en blocs, d’un seul tenant ou, au contraire, éclatées, erratiques. Ces oppositions, souvent tranchées, se perdent parfois au sein de polyrythmies particulièrement complexes. La matière ainsi mise en mouvement est scindée, peu avant la fin, en deux strates qui se rejoignent de façon culminative en un tutti imposant.

4Tetora atteint à une expressivité très directe de par la simplicité de son melos et la force tectonique de ses gestes. Le timbre des instruments reste pratiquement inaltéré, à l’exception de quelques mesures jouées sul ponticello. Et si le langage semble plus dépouillé, c’est qu’il laisse paraître les éléments dans leur masse et leur densité.

© Éditions Contrechamps, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter