Version classiqueVersion mobile

Bruno Maderna - Heinz Holliger

 | 
Philippe Albèra

Œuvres

Luigi Nono, La Lontananza nostalgica utòpica futura

Madrigal à plusieurs « camminantes »

Paolo Petazzi
Traduction de Chantal Moiroud

Texte intégral

1Cette œuvre pour « violon solo et bande huit pistes » fut composée en 1988 et présentée pour la première fois à Berlin, au cours des Berliner Festwochen, le 3 septembre 1988, dans la petite salle de la Philharmonie. Un mois plus tard, le 2 octobre 1988, elle était à nouveau proposée à la Scala, toujours avec Gidon Kremer. Elle fut revue ultérieurement, puisque l’édition publiée (avec une dédicace « à Salvatore Sciarrino, « camminante » exemplaire ») comporte un titre légèrement modifié et une date postérieure : « 31 janvier 1989, Berlin ». La partition du violon jouée live est placée sur des pupitres différents, entre lesquels l’interprète doit se déplacer suivant un parcours non linéaire, donnant un peu l’impression de chercher : cette image du Promeneur, qui décide peu à peu de son chemin au travers d’une constante recherche, sans suivre de routes sûres et préétablies, revient avec insistance et régularité dans les titres des dernières œuvres de Nono. L’image d’un chemin non rectiligne est suggérée également par la façon dont a été imprimé le texte de présentation de Nono, lors de l’interprétation à la Scala (voir ci-après).

2La version milanaise de La Lontananza nostalgica futura fut différente de la première berlinoise. L’espace offert par la Scala était différent, différent fut le message transmis par Nono sur les huit pistes enregistrées. Celles-ci créent une polyphonie de huit parcours, et non pas de huit voix au sens traditionnel, à laquelle s’ajoute le parcours d’un soliste qui joue en direct. A ce propos, il me semble utile de citer un fragment d’une longue interview accordée par Nono à l’Unità (4 octobre 1988) : Kremer a passé trois jours au studio de Freiburg, il a enregistré pendant plus de cinq heures ; puis, avec Rudi Strauss, j’ai fait un choix et une analyse des différentes qualités de sons de Kremer, jusqu’à ce que j’arrive par soustraction à une composition sur huit pistes. Ces huit chemins sont parfaitement autonomes les uns par rapport aux autres, je les ai composés de façon à faire percevoir des tempos et des qualités différenciés ; je ne cherchais pas l’unité mais une multipolarité d’éléments. A Berlin, j’avais été très déçu, parce que, dans le mixage, je me suis laissé aller à une forme de violon solo avec accompagnement. Aujourd’hui, en revanche, les différents chemins se croisent, s’éloignent, se perdent, reviennent, disparaissent, se superposent et disparaissent à nouveau.

3L’association des adjectifs « nostalgique-futur » évoque une conception complexe, non conventionnelle et non univoque du temps :

4« Futura ne doit pas être compris au sens prophétique, mais dans le présent. En vivant chaque instant du présent, on découvre et on établit de nouveaux rapports avec hier, avant-hier et avec tout le passé. L’éloignement, qui se fait toujours plus lointain en ce qui concerne le passé (et il peut s’agir, dans cette œuvre, d’un souvenir de Schumann, de Verdi, de Brahms ou même de Schnittke), et en même temps la présence contemporaine, avec, par exemple, la qualité du son de Gidon Kremer, qui est constamment mobile, extrêmement aérien et immatériel. Chez lui, on dirait que le son cesse d’avoir une réalité physique et qu’il n’est plus que qualité pure. Il est toujours plus important pour moi de me situer au-delà des schémas scolastiques, dogmatiques, rigidement classés, hors de l’unicité et de l’univocité. Essayer d’ouvrir, pas seulement à aujourd’hui, pas seulement à la nouvelle technologie, mais redécouvrir de façon originale des aspects du passé. La conception du temps et celle de l’espace changent. Des temps différents peuvent établir entre eux des relations toujours nouvelles. Les pensées qui se superposent vivent simultanément, même si, malheureusement, on ne peut que les exprimer une par une. »

5Il ne semble pas que d’autres interprétations avec Kremer et sous la direction de l’auteur aient suivi les deux concerts de l’automne 1988 (celui de Milan étant incontestablement considérée comme la référence absolue). La Lontananza appartient à la dernière phase de la recherche de Nono, à une pensée musicale tournée vers une intériorisation angoissée, vers une progression complexe par fragments, vers une anxieuse, une constante interrogation, vers des enchantements suspendus, une tension visionnaire creusée dans une dimension toujours plus essentielle. A l’intérieur de cette recherche, l’écriture apparaît comme totalement différente.

6La partition solo présente une écriture dénuée de tout effet, qui se situe aux antipodes de la virtuosité spectaculaire pour mieux explorer les composantes essentielles du son, au seuil du silence, se concentrant sur un répertoire de gestes limité et sur l’infinie variété des timbres, de l’intensité, des intonations. Nono demande à l’interprète un rigoureux contrôle analytique du son, souvent à la limite du perceptible, avec de fréquents sons « flûtés », une grande variété de coups d’archet et, dans certains cas, une intonation mouvante, changeant par micro-intervalles (inférieurs à un seizième de ton). Entre les moments d’extrême mobilité et les lenteurs contemplatives, se fait jour une déchirante tension vers le chant, une aspiration qui se manifeste par, entre autres, des indications telles que « tout chanté dolcissimo », « comme des souvenirs », « comme des rêves », « comme des échos » (section du second pupitre). Pendant près de quarante-cinq minutes, le morceau se maintient sur le fil d’une tension inventive, d’une inquiétude qui connaît des enchantements suspendus, des silences mystérieux, des solitudes désolées.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Auteur

Chantal Moiroud (Traducteur)

© Éditions Contrechamps, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search