Version classiqueVersion mobile

Bruno Maderna - Heinz Holliger

 | 
Philippe Albèra

Œuvres

Helmut Lachenmann. Mouvement - vor der Erstarrung1

Pour ensemble de chambre

Helmut Lachenmann
Traduction de Peter Szendy

Texte intégral

  • 1 Mouvement - avant l’engourdissement

1Composé en 1982-1984 pour l’Ensemble InterContemporain. Une musique de mouvements sans vie, presque d’ultimes convulsions, dont la pseudo-activité – des débris de rythmes vidés (pointés et en triolets, mécaniques) – indique déjà cet engourdissement, intérieur avant d’être extérieur. (L’imagination abandonne toutes les utopies expressives devant la menace ressentie, et, s’agitant tel un insecte sur le dos, entretient des mécanismes tournant à vide ; elle en reconnaît l’anatomie ainsi que l’inutilité, et, dans une telle reconnaissance, cherche de nouveaux départs.)

2Les phases de l’œuvre mises en scène – la « machine-archet », les « points d’orgue vibrants », les « champs tremblants », les « frénésies stoppées », le « Lieber Augustin » tambouriné et les autres variantes situationnelles individualisées qui en sont issues – s’orientent toutes sur les processus mécaniques extérieurs qui y sont liés, et font prendre conscience de la matérialité vide des ressources évoquées (y compris de celles qui sont abstraites, par exemple intervalliques) ; leur matérialité apparaît comme un contrepoint à leur expressivité familière, désormais sans contenu.

3Cette musique comprend la vie en tant qu’action de composition et de décomposition. Une telle décomposition n’est pas mise en scène en tant qu’événement naturel, à la manière d’un processus ; elle n’est pas du tout célébrée, mais esquissée de multiples façons par la fracture structurelle des ressources sonores (par la modification « mélodique » du coefficient de distorsion dans le cas de figures frappées, par le contrôle des techniques d’assourdissement, etc.). Malgré la tentation, il devint ainsi possible, dans le domaine même des ressources familières du langage, en les rendant insolites et en les desséchant, de composer à nouveau avec des sonorités « intactes » et de ne pas en rester à une telle fuite vers l’exotisme de l’étrange ; en incluant à nouveau une sonorité restée familière, il doit s’avérer qu’il ne s’agit pas d’une simple fracture externe du sonore, mais d’une rupture et d’un éveil de la pratique perceptive en nous-même.

Notes

1 Mouvement - avant l’engourdissement

© Éditions Contrechamps, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search