Version classiqueVersion mobile

Bruno Maderna - Heinz Holliger

 | 
Philippe Albèra

Heinz Holliger

Commentaire sur Elis, trois nocturnes

Heinz Holliger
Traduction de M. Petit et J.-C. Schneider

Texte intégral

1Elis, trois nocturnes pour piano, a été composé en 1961. Jürg Wyttenbach a créé ces nocturnes en janvier 1962, à Bâle. Bien que les trois morceaux (sur des poèmes de Georg Trakl) soient d’un bout à l’autre le fruit des qualités sonores spécifiques du piano, j’ai tenté en 1963 (pratiquement en guise de travail préliminaire à mon projet scénique Der magische Tänzer, 1963-1965) de transposer pour l’orchestre cette musique d’Elis. Outre l’organisation aussi nuancée que possible des tonalités, ce qui me paraissait particulièrement important dans ce travail, et notamment dans la version pour piano, c’était de parvenir à donner un caractère très essentiel à l’écho produit par la pédale. La version pour orchestre a été créée en 1964, par Pierre Boulez, avec l’Orchestre de la radio de Stockholm.

J’ai placé, en guise d’exergue à ces trois morceaux, les vers suivants, extraits de Elis, poèmes de Georg Τrakl :

  1. I Elis, quand le merle appelle dans la noire forêt,
    C’est là ton déclin. (In « A l’enfant Elis »)
  2. II Des colombes bleues
    Boivent, la nuit, la sueur glacée
    Qui coule du front cristallin d’Elis. (In « Elis II »)
  3. III Une barque d’or,
    Ton cœur se balance, Elis, au ciel solitaire.
    (In « Elis I »)

2Editions Gallimard.

© Éditions Contrechamps, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search