Version classiqueVersion mobile

Bruno Maderna - Heinz Holliger

 | 
Philippe Albèra

Heinz Holliger

Commentaire sur Scardanelli-Zyklus

Heinz Holliger
Traduction de Olivier Mannoni

Texte intégral

1Au lycée, déjà, je m’étais proposé de mettre en musique les derniers poèmes de Hölderlin. Mais cette mise en musique entamée avec un élan juvénile avait rapidement tourné court.

2Plus on se rapproche de ces strophes qui, avec leur extrême simplicité apparente, ressemblent presque à des chansons (elles comportent des ïambes à cinq et six pieds, et les rimes féminines n’ont de pureté que par l’orthographe), plus elles dévoilent l’interdiction qu’elles recèlent : « Noli me tangere. »

3Une paroi de verre semble séparer l’observateur de la nature idyllique, au repos, ainsi que des êtres humains qui s’y déplacent. Rien du « bruissement de l’air doux » ne la traverse pour atteindre l’espace acoustiquement mort. L’« éclat de la nature » devient un rayon éblouissant et douloureux qui heurte la paroi, laquelle agit comme un verre ardent. L’« homme qui contemple paisiblement » est un exclu (un expulsé ?). Pour lui, le « calme de la nature » devient la rigidité cadavérique de la nature, le silence, un silence de mort : une scène idyllique figée et contrainte au mutisme – une véritable « nature morte ».

4Ces poèmes sobres, dont la paix respire un tel équilibre, ces poèmes contemplatifs, que Hölderlin rédigeait toujours « à la demande » de ses visiteurs « contre une pipe de tabac », sont en réalité des masques verbaux derrière lesquels le poète, « battu par Apollon », profondément atteint, tente de s’abriter. Il demeure caché, avec une telle opiniâtreté qu’il se débarrasse aussi de son propre nom et donne à ses poèmes des millésimes qui placent le lecteur dans une complète confusion. La datation de ces poèmes, écrits entre 1833 et 1843, va du « 3 mars 1648 » au « 9 mars 1840 » ! Ils sont le plus souvent signés du nom de Scardanelli, qui était avec Buonarotte et Rosetti l’un des pseudonymes derrière lesquels Hölderlin cherchait à se cacher.

5Bien des années après avoir abandonné définitivement mon projet de composition, je fus de nouveau saisi, même si ce fut de manière inconsciente, par la force d’attraction des poèmes de Scardanelli.

6Avec mon Psaume, le Quatuor à cordes et, surtout avec Atembogen pour orchestre, je me suis rapproché d’une musique dont la forme sonore apparente n’avait à mes yeux qu’une importance secondaire face à la nécessité de rendre sensibles et même visibles les conditions physiques extrêmes dans lesquelles étaient nées ces sonorités.

7Durant l’été de 1975, je travaillais à une œuvre pour cordes, exclusivement composée d’harmoniques naturelles. Les intervalles non tempérés et les sonorités dépourvues de fondamentale y créaient une harmonie totalement dépourvue de tension, pratiquement gelée, et une expressivité figée.

8Sans avoir auparavant le moins du monde songé à une création chorale ou aux poèmes de Hölderlin, ce travail m’a mené à l’univers de Scardanelli. L’œuvre pour cordes est restée en l’état. J’ai composé, à intervalles réguliers, les premiers chants du Printemps, de l’Eté et de l’Automne. Deux chants de l’Hiver ont été écrits à la fin de l’année 1975.

GUIDE POUR L’ECOUTE

9SCARDANELLI-ZYKLUS comprend :

10Die Jahreszeiten (Les Saisons), trois fois quatre chants pour chœur a cappella (1975-1977-1978) ;

11Übungen zu Scardanelli (Etudes pour Scardanelli) pour petit orchestre (1975-1985), commentaires, miroirs, répliques et notes en marge des Jahreszeiten ;

12(t)air(e) pour flûte seule (1978-1983) ;

13ainsi que des parties de

14Turm-Musik, pour flûte seule, petit orchestre et bande (1984).

15La suite des différentes pièces correspond à l’ordre choisi par Heinz Holliger pour le concert de Stuttgart en 1989. Elle est susceptible d’être modifiée lors de la création à Paris.

Frühling II (Le Printemps II)

Mouvement presque entièrement symétrique en miroir, homophone et découpé de façon syllabique.

Sommerkanon IV (Canon de l’été IV)

Pour petit orchestre (mouvement vocal à l’origine). Triple présentation d’un canon à trois voix : en tons entiers, en demi-tons, en quarts de ton. Presque la compression de la même musique.

Sommer II (L’Eté II)

Triple canon pour trois fois trois voix (en contrepoint triple) :
1) en demi-tons (senza espressione),
2) en quarts de ton (poco espressivo),
3) en huitièmes de ton (molto espressivo). Une même musique est « menée par la voie étroite » (« durch die Enge geführt »), presque au sens de Celan.

Bruchstücke (Fragments)

Pour flûte seule et petit orchestre (extrait de Turm-Musik).

Herbst III (L’Automne III)

Composé de douze parties ; quant au style et au phrasé, ils sont largement déployés en éventail au-dessus et au-dessous de la note vitale de Hölderlin et de Β. A. Zimmermann : ré.

Choral

Pour quatre instruments et huit voix de femmes. Mouvement homophone, respectivement à quatre et huit voix au-dessus et au-dessous de ré, où les intervalles des voix extérieures sont diminués de moitié dans les voix intérieures : tons, demi-tons, quarts de ton, huitièmes de ton.

Glocken-Alphabet (Alphabet de cloches)

Pour flûte seule et petit orchestre (extrait de Turm-Musik). Des « tempelglocks » japonais « récitent » dans un alphabet de hauteurs et de durées une inscription de Hölderlin dans un album (citation de Klopstock) : « Elle nous effraie notre protectrice, la mort, doucement elle vient dans les nuages du sommeil. » (« Es erschrekt uns unser Retter, der Tod,…)

Winter III (L’Hiver III)

Canon-miroir à quatre voix sur un accord d’harmoniques de do. Chaque voix du canon se compose d’accords parfaits majeurs, en position serrée.

***

Schaufelrad (La Roue à aubes)

Pour petit orchestre avec quatre voix de femmes. Deux accords de six sons tournant sur eux-mêmes. Dans la seconde section (rythme rétrograde), extinction progressive des notes formant les accords.

Sommer III (L’Eté III)

Trois présentations d’un canon pour sept voix de femmes : staccato en demi-tons, non staccato en quarts de ton, tenuto en huitièmes de ton. Chaque chanteuse chante dans le tempo donné par son pouls.

Herbst II (L’Automne II)

Accords de douze sons tournant sur eux-mêmes au-dessus et au-dessous de ré, comme dans Schaufelrad. Dans les tempos « hölderliniens » de 37 et 73 (Hölderlin a vécu 37 ans dans la tour. Il est mort à l’âge de 73 ans).

Choral

Version alternative.

Eisblumen (Fleurs de givre)

Pour sept cordes ; nouvelle version de la pièce pour flageolet de 1975. Comme Winter I, sur le choral de Bach « Komm, o Tod, du Schlafes Bruder » (« Viens, ô trépas, toi le frère du sommeil »).

Winter I (L’Hiver I)

Négatif sonore du célèbre choral « Komm, o Tod, du Schlafes Bruder ». Les notes de l’original deviennent des silences : des trous sonores remplis par les syllabes parlées du poème de Scardanelli.

Engführung (Strette)

Pour petit orchestre avec six voix de femmes. L’équivalent de Sommer II à quinze, neuf et trois voix.

Frühling I (Le Printemps I)

Construit exclusivement sur des accords parfaits en position fondamentale. Chant espressivo avec les poumons presque vides, accords jubilatoires – à chanter en inspirant. Déclamation bouche fermée, chant avec la gorge serrée.

***

Frühling III (Le Printemps III)

Homophone, symétrique en miroir comme Frühling II, avec des harmonies détendues.

Sommer I (L’Eté I)

Canon pour six ou huit chanteuses. Chacune chante dans le tempo donné par son pouls un des cinq poèmes de l’Eté au choix. Peu à peu, de plus en plus de notes sont effacées. Ne restent que des mouvements muets des lèvres.

Der feme Klang (Le Son lointain)

Pour petit orchestre et bande, version instrumentale de Winter III.
« Ich friere und starre in den Winter, der mich umgiebt
so eisern mein Himmel ist, so steinern bin ich »
(« Je suis gelé, le regard perdu dans l’hiver qui m’entoure
tant mon ciel est de fer, tant je suis de pierre »)
(Hölderlin à Schiller, 4. 9.1795)

(t)air(e)

Pour flûte seule. Taire, ne rien dire ; air, chant, aria, souffle ; te, toi ; flûte : l’instrument de Hölderlin. Presque une liaison avec mon opéra d’après Beckett, Come and Go, avec Atembogen, avec Psalm.

Ad marginem

Titre d’un tableau de Paul Klee. Pour petit orchestre et bande. Sur la bande, des fréquences marginales dans l’extrême-aigu et l’extrême-grave de l’aire auditive. En partant d’une position médiane (fa dièse), les sept voix principales (les cordes) tendent vers les zones limites les plus aiguës et les plus graves, sans jamais les atteindre, et s’éteignent, avant que les fréquences marginales ne disparaissent également au-delà du seuil d’audibilité.

Herbst I (Automne I)

Quatre groupes avec, à chaque fois une voix de soprano, d’alto, de ténor et de basse. Accords construits exclusivement sur les harmoniques des notes-pédales, avec un chant diphonique, et renforcées par un instrument. Les fins de vers sont ponctuées, comme par une « horloge parlante » détraquée, avec les datations de Hölderlin qui annulent tout sentiment du temps.

Winter II (L’Hiver II)

Choral à quatre voix, sujet d’un canon à quatre voix all’unisono, en augmentation et diminution, chant diphonique.

Heinz Holliger, Die Jahreszeiten, Scardanelli Zyklus, extrait Editions Β. Schott’s Söhne, Mayence

© Éditions Contrechamps, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search