Version classiqueVersion mobile

Bruno Maderna - Heinz Holliger

 | 
Philippe Albèra

Œuvres de Bruno Maderna

Concerto n° 3 pour hautbois et orchestre

Maurizio Romito
Traduction de Huguette Hatem

Texte intégral

1Ecrit à Darmstadt, commandé par le Holland Festival, le Troisième Concerto de hautbois fut dirigé par Maderna le 6 juillet 1973, au Concertgebouw d’Amsterdam. Han de Vries, le soliste à qui il est dédié, était accompagné par l’Orchestre philharmonique de la radio de Hilversum.

2Ce concerto – la dernière œuvre de Maderna – est conçu comme un grand mobile dont les parties peuvent s’intercaler, se superposer, se répéter et varier suivant les modalités de l’exécution, selon les décisions du soliste et du chef d’orchestre. La dimension aléatoire, autant pour la partie d’orchestre que pour celle du soliste, et dans leurs rapports réciproques, semble rendre impossible toute tentative de description de l’œuvre, dont la forme demeure fuyante, presque insaisissable, lorsqu’on analyse la partition. Bien que la forme demeure ouverte et offre différentes hypothèses de lecture, le Troisième Concerto de hautbois restera toujours lié à l’interprétation mémorable qu’en donnèrent Maderna et de Vries lors de la première mondiale, immortalisée grâce à de précieux documents : un disque et un film de la télévision néerlandaise, réalisés par Wilhelmina Hoedman pendant la répétition générale. L’exceptionnelle qualité musicale de cette version et les résultats extraordinaires obtenus dans ces séquences aléatoires ont amené par la suite les éditions Salabert à les intégrer à la partition comme parties organiques du texte de Maderna.

3Maderna avoua que ce n’est qu’en cette occasion qu’il avait trouvé le courage de traiter en solo un instrument aussi compliqué que le hautbois : dans ses précédents concertos (1962 et 1967) dédiés à Lothar Faber, comme dans le Solo de 1971, il avait toujours préféré lui adjoindre des instruments similaires (cor anglais, musette, hautbois d’amour), ou bien encore la flûte, comme dans la Grande Aulodia (1970) et Ausstrahlung (1971). Déjà ce choix précis de timbres nous introduit dans le climat de la composition. Nous savons que parler de hautbois ou de flûte signifie surtout parler de l’idéal de Maderna, un idéal d’expressivité, un idéal qui tend vers le chant ; avec ses Aulodia, Maderna aspire à trouver une « mélodie absolue » : dans le Τroisième Concerto de hautbois – écrit au cours des derniers mois de sa vie, alors que le compositeur était conscient d’être atteint d’un mal incurable -, cet idéal trouve son expression la plus haute et la plus pure. Nous ne sommes plus confrontés aux solos de la flûte-Poète inhibés par Hyperion ou au solo « désespéré » du Concerto de violon, mais en présence d’un chant limpide et continu qui s’élève dans une atmosphère raréfiée.

Christina et Bruno Maderna, pendant le tournage du film de la télévision néerlandaise sur le Concerto n° 3 pour hautbois et orchestre, 1973. (Photo DR)

4Dans 1 interprétation qu’en donnent de Vries et Maderna, le hautbois commence en solo, improvisant sur onze fragments mélodiques contenus dans la dernière page de la partition, puis, tour à tour, un par un, sont appelés quatre groupes instrumentaux qui s’attardent longuement, sans aucun synchronisme, sur un mi diffusé dans l’espace comme un halo sonore de plus en plus large ; enfin, Maderna fait intervenir les cordes, divisées en trois groupes – 1o avec la sourdine, 2° sur la touche, 3° sur le chevalet – avec un jeu de réverbération, de réfraction des timbres, d’échos toujours ppp, chaque son étant soigneusement séparé, dans un tempo oscillant, flexible, presque irrégulier, rubato. Ces trois dimensions phoniques, chacune en elle-même relativement simple, qui glissent l’une sur l’autre pendant plus de quatre minutes, sont d’une poésie fascinante.

5Dans la partie centrale, plus largement aléatoire, le hautbois assume un autre aspect : il s’exprime en quelques sons secs, concis, pénétrants, combinés avec des envolées pleines de fantaisie ou des improvisations jouées sur l’anche seule. L’orchestre répond par un fourmillement de sons staccati, puis le chef commence à recomposer des figures aléatoires aux formes douées de sens : il peut changer les durées, « introduire des crescendo ou des diminuendo, des accents, des dynamiques antithétiques, ordonner d’un geste aux instruments d’improviser en solo », créer d’entières sections, établir des interruptions, des suspensions, des « accelerando, des ritardando », des renversements, « les répétitions sont infinies ». Reprenant une didascalie de Maderna dans le Concerto de violon, nous pouvons dire que le chef d’orchestre peut inventer une sorte d’articulation formelle qu’autrefois on appelait « développement ». Peu à peu, la partie du soliste semble s’adoucir, son caractère anguleux s’atténue grâce à l’introduction d’une mélodie plus fluide, plus étirée. Les cordes s’estompent jusqu’à constituer un mystérieux et imperceptible fond sonore, le hautbois entreprend alors un ultime dialogue avec le cor anglais, en écho, qui semble se répercuter comme une image sur la surface ondulée du miroir des eaux, avec son jeu très doux de fondus et de rappels.

6« Entre orchestre et solo, écrit Maderna à la dernière page, doivent s’établir de multiples rapports expressifs : oppositions, protestations, acquiescements, accords, intégrations, affects. » Dans ce climat l’auteur prévoit et souhaite que soliste et chef « trouvent une heureuse manière de conclure l’œuvre ». Pour la première mondiale, Maderna avait écrit ce texte de présentation : « Dans cette œuvre, j’ai cherché à réaliser, de la façon la plus claire et la plus prégnante, une forme multiple qui puisse s’adapter à des interprétations toujours différentes et de différente nature. J’ai pensé, en composant, que la musique existe déjà, qu’elle a toujours existé. Et celle que j’écris aussi. Il faut seulement un acte de foi pour la sentir autour de soi, à l’intérieur de soi, et donc la transcrire sur papier. De façon formelle et informelle, c’est la même chose. »

Table des illustrations

Légende Christina et Bruno Maderna, pendant le tournage du film de la télévision néerlandaise sur le Concerto n° 3 pour hautbois et orchestre, 1973. (Photo DR)
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k

© Éditions Contrechamps, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search