Version classiqueVersion mobile

Bruno Maderna - Heinz Holliger

 | 
Philippe Albèra

Œuvres de Bruno Maderna

A propos de Ages

Michèle Sambin
Traduction de Huguette Hatem et François-Victor Hugo

Texte intégral

1Les sons et l’univers créateur d’images qui se révèlent à l’écoute de Ages peuvent difficilement se réduire à une vision scénique univoque.

2Il est capital d’arriver à construire une image ouverte à différents niveaux de lecture qui puisse traduire visuellement ce que Maderna a réalisé dans un espace sonore. Pour ce faire, nous avons suivi un itinéraire conceptuel semblable à celui que nous imaginons avoir été celui parcouru musicalement par Maderna. Le travail dramaturgique est ainsi fondé sur un montage ou, mieux, un mixage de matériaux scéniques élémentaires qui acquièrent une densité grâce à l’utilisation de superpositions, de fondus enchaînés, de solos et de chœurs. Le projet général s’appuie sur l’interprétation littérale de la première partie du monologue de Jacques, qui constitue le texte de Ages :

« Le monde est tout entier une scène de théâtre, et tous, hommes et femmes, ne sont rien d’autre que des acteurs. Ils ont leurs entrées et leurs sorties et, au cours de sa vie, chaque homme joue plusieurs rôles et les actes du spectacle sont les sept âges. »

3Sept panneaux mobiles constituent l’essentiel du décor, un espace abstrait permet aux entrées, aux sorties, aux passages, aux moments de présence et d’absence, de se succéder dans un mouvement continu. Quatre acteurs, deux femmes et deux hommes, interprètent une série de rôles, les échangeant dans un jeu continu de transformations (de déguisements). Chaque acteur n’interprète pas un rôle, mais suit plutôt un parcours durant lequel il assume, selon une partition bien réglée, plusieurs personnages.

4Version scénique réalisée par Τam Teatromusica :

5Pierangela Allegro, Laurent Dupont, Paola Nervi, Michèle Sambin.

6Conception et mise en scène : Michèle Sambin.

7WILLIAM SHAKESPEARE, As You Like It, acte II, scène 7.

All the world’s a stage,
And all the men and women merely players :
They have their exits and their entrances :
And one man in his time plays many parts,
His acts being seven ages. At first, the infant,
Muling and puking in the nurse’s arms.
Then, the whining school-boy, with his satchel,
And shining morning face, creeping like snail
Unwillingly to school. And then, the lover,
Sighing like furnace, with a woful ballad
Made to his mistress’ eyebrow. Then, a soldier,
Full of strange oaths, and bearded like the pard,
Jealous in honour, sudden and quick in quarrel,
Seeking the bubble reputation
Even in the cannon’s mouth. And then, the justice,
In fair round belly, with good capon lin’d,
With eyes severe, and beard of formal cut,
Full of wise saws and modern instances ;
And so he plays his part. The sixth age shifts
Into the lean and slipper’d pantaloon,
With spectacles on nose, and pouch on side ;
His youthful hose well sav’d, a world too wide
For his shrunk shank ; and his big manly voice,
Turning again toward childish treble, pipes
And whistles in his sound. Last scene of all,
That ends this strange eventful history,
Is second childishness, and mere oblivion ;
Sans teeth, sans eyes, sans taste, sans everything.

8Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Tous ont leurs entrées et leurs sorties, et chacun y joue successivement les différents rôles d’un drame en sept âges. C’est d’abord l’enfant vagissant et bavant dans les bras de la nourrice. Puis, l’écolier pleurnicheur, avec sa sacoche et sa face radieuse d’aurore, qui, comme un limaçon, rampe à contrecœur vers l’école. Et puis, l’amant, soupirant, avec l’ardeur d’une fournaise, une douloureuse ballade dédiée aux sourcils de sa maîtresse. Puis le soldat, plein de jurons étrangers, barbu comme le léopard, jaloux sur le point d’honneur, brusque et vif à la querelle, poursuivant la fumée réputation jusqu’à la gueule du canon. Et puis, le juge, dans sa belle panse ronde garnie d’un bon chapon, l’œil sévère, la barbe solennellement taillée, plein de sages dictons et de banales maximes, et jouant, lui aussi, son rôle. Le sixième âge nous offre un maigre Pantalon en pantoufles, avec des lunettes sur le nez, un bissac au côté ; les bas de son jeune temps bien conservés, mais infiniment trop larges pour son jarret racorni ; sa voix, jadis pleine et mâle, revenant au fausset enfantin et modulant un aigre sifflement. La scène finale, qui termine ce drame historique, étrange et accidenté, est une seconde enfance, état de pur oubli ; sans dents, sans yeux, sans goût, sans rien !

9(Flammarion, 1969)

Auteur

Huguette Hatem (Traducteur)
François-Victor Hugo (Traducteur)

© Éditions Contrechamps, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search