Version classiqueVersion mobile

Bruno Maderna - Heinz Holliger

 | 
Philippe Albèra

Bruno Maderna

Correspondance

Bruno Maderna, Luigi Nono et Hermann Scherchen
Traduction de Marilène Raiola

Texte intégral

1LUIGI NONO A BRUNO MADERNA

2septembre 1951

3Très cher Bru.

  • 1 Référence à la préparation de l’orchestre assurée par Maderna pour le concert commémoratif consacré (...)

4à ton retour à Venise, les partitions de Schœnberg, qui t’attendent, te demanderont et exigeront une confiance et une assurance absolues en toi-même, et ce sera un processus immédiat1, à présent, d’une part, ta révolte, mais aussi ta soumission à un milieu et à une mentalité avec lesquels tu es en contact t’obligent encore une fois à un compromis pénible et lourd, or, je crois que cela a sur toi une influence, comme souvent, négative (…) dis une seule chose je t’en prie : essaie de ne pas te laisser trop facilement séduire par Bacchus.

5Ce film fini, ton véritable travail t’attend sûrement, c’est la seule chose à laquelle tu dois penser et absolument défendre.

6Tu as besoin de tranquillité et de travail. les questions de confiance se résoudront toutes seules, sans aucun effort de ta part ou des autres. Scherchen t’aide, en t’obligeant à travailler, et tu sais qu’avec lui il n’existe pas de compromis. RESTE TRANQUILLE !!!

7Pense à la confiance que Scherchen a publiquement en toi : étudier et préparer en 20 jours des partitions comme les Cinq Pièces pour orchestre et surtout les Variations n’est donné qu’à peu de gens, seulement à d’authentiques musiciens. et Scherchen a dit que la seule personne qui puisse faire cela, c’est MADERNA. et moi je suis absolument sûr, comme toi aussi d’ailleurs, que tu lui donneras raison, mais le plus beau ce sera que les autres aussi devront l’admettre (…).

8Allez, Bruno, force et courage, bon dieu, tu n’as pas le temps d’être découragé : TU DOIS POUVOIR TOUJOURS TRAVAILLER SEREINEMENT.

9Je t’embrasse

10Gigi

11LUIGI NONO A BRUNO MADERNA

12février 1952

13Mon très cher Bruno

  • 2 Référence au concert dirigé par Maderna le 18 février 1952 auprès du NWDR, pour le cycle « Das neue (...)

14Scherchen est plus heureux que jamais. Il a dit qu’il était sûr du résultat d’Hambourg car votre talent est certain2. Lorsque je l’ai rencontré il m’a embrassé, et toi avec moi, d’une façon émouvante. je n’ai pu m’entretenir avec lui qu’une demi-heure : je lui ai brièvement parlé de toi, de ta direction magnifique, et lui continuait à dire : bien sûr, c’est normal.

  • 3 Concerts dirigés par Scherchen le 23.2.1952 au Teatro Nuovo de Milan et le 29.2.1952 à la RAI de Tu (...)

15il t’attend à Milan le 24 de ce mois, à l’hôtel Francia. son concert aura lieu le 23, il repartira pour Turin le 25 au matin3. Ecris-lui […] va chez lui en toute confiance. il veut te voir et passer du temps avec toi. tu pourras ainsi lui raconter tout avec calme.

  • 4 Hermann Leeb, responsable musical, avec Rolf Liebermann, du « Studio Zurich » de la radio suisse.
  • 5 Durant cette période, Luigi Nono travaillait aux éditions Ars Viva, fondées par Scherchen en 1949, (...)

16Je t’attends ici. aujourd’hui je vais chez Leeb4. je dois travailler un peu pour l’édition, mais pas trop5.

17J’éprouve une grande nostalgie pour les projets incroyables de Hambourg, je pense que c’est cela la vraie vie ; ou plutôt j’en suis sûr.

18c’est, pour ainsi dire, la première fois que nous nous sommes manifestés ensemble ouvertement et directement aux autres. à présent, notre travail ainsi que notre vie en commun sont plus que jamais forts et sûrs, et notre responsabilité aussi. Scherchen m’a dit : votre talent constitue pour vous une très grande responsabilité. et il m’a dit qu’il nous a appelés à Francfort, justement pour nous soumettre à des critiques et voir notre réaction, et pour nous stimuler ; il veut que notre travail soit intense et total. je pense que nous ne mourrons jamais.

19ne te laisse pas séduire par l’atmosphère du sud. Le Nord est fait pour nous. bon travail et télégraphie-moi ton arrivée.

20je t’embrasse

21[…]

22Gigi

23LUIGI NONO A BRUNO MADERNA

24février 1952

25Cher Bru.

  • 6 Polifonica-Monodia-Ritmica, de Nono, avait été dirigée par Hermann Scherchen au théâtre La Fenice d (...)

26la Polifonica a réveillé un nid de guêpes ! naturellement, c’était prévisible dès le début6. les seules réactions sérieuses et intelligentes : celles des nôtres, très intéressantes et stimulantes. de longues conversations et échanges d’idées. tout le problème s’amplifie, en s’approfondissant sûrement. il faut que nous en parlions longuement. j’ai compris certaines erreurs, c’est-à-dire le danger de quelques-unes des situations où nous nous trouvons ; par ex. l’Allemagne qui monopolise, pour nous, notre vie musicale. c’est dangereux, car elle nous absorbe, ou plutôt elle nous empêche de considérer la réalité de la vie italienne, avec des différences relatives. Pourtant, nous sommes dans une situation favorable par rapport à d’autres (Henze, Stock., Boulez, etc.) plus proches de la clarification actuelle.

  • 7 Maderna avait dirigé un concert à Barcelone le 7. 11.1952.

27j’ai parlé longuement de ton départ en Espagne7. nid de guêpes. relations officielles avec le gouvernement franquiste et la société franquiste qui massacrent des peuples et le nôtre. penses-y un instant, il faudra que tu refuses toute autre invitation en Espagne.

28Ecris-moi

29Gigi

30LUIGI NONO A BRUNO MADERNA

31dimanche (décembre 1953)

32Cher Br.

  • 8 Dans certaines lettres écrites en avril et en juillet 1953, le théâtre de la Scala se montrait inté (...)
  • 9 Dans une autre lettre (1953), Nono avait écrit à Maderna : « J’ai connu Neri Pozza, de Vicence, trè (...)

33Nom de dieu ! très bien ! tu vois, bon Dieu, que peu à peu ils sont obligés d’y renoncer et de revenir chez nous. tout est en train de mûrir. nous avons absolument besoin de ton travail pour la S Scala. se serait l’Höhepunkt (le point culminant) de tout8. je parlerai encore à Neri Pozza, et puisqu’il vit à Vicence, je lui dirai de se mettre en contact avec toi. peut-être que lui pourra nous aider à trouver9.

  • 10 Scherchen avait dirigé à Munich, le 4. 12.1953, pour les concerts de « Musica Viva », Y su sangre y (...)

34il s’agit maintenant de faire ici ce que nous avons commencé il y a trois ans en Allemagne. Jamais comme aujourd’hui je n’ai eu autant confiance pour et dans notre travail. tu te souviens comment Scherchen était avec nous à Munich10 ?

35Si serein, heureux et sûr, comme jamais je ne l’avais vu, et il l’était avec toi et avec moi, bon dieu !

  • 11 Lettre du 14.12.1953 à Hermann Scherchen, publiée in Luigi Nono, Contrechamps/Festival d’Automne à (...)

36J’ai écrit au grand chef, en lui parlant de 1948, quand nous nous sommes rencontrés et jamais plus quittés11. à toi, je rappelle, avec enthousiasme le moment où nous nous sommes connus en 1946 et comment, immédiatement et naturellement, nos rapports maître-élève : ami-ami, se sont créés justement et seulement sur la base de la musique et de la vie. Nous sommes en grande partie tout cela, et ce plus encore, qu’ensemble nous avons construit et que nous construisons.

37VIVA !

38Gigi

39HERMANN SCHERCHEN A BRUNO MADERNA

4022. 4.1952

41Cher Bruno !

  • 12 Référence au concert dirigé le 8 avril 1952 à la RAI de Turin. Le programme était le suivant : A. B (...)

42les jours passés à Turin m’ont procuré un réel bonheur : j’ai réussi à exécuter toutes les œuvres, même votre musique, en très peu de répétitions avec mes chers amis de l’orchestre12.

  • 13 Par Musica n° 2, nous entendons la Composizione n°. 2 (cf. Bruno Maderna, documenti, p. 198), déjà (...)

43De la Musica n° 2, en revanche, il me faudrait tout de suite au moins 5 partitions13. Il faudra ensuite retranscrire vous-même sur celles-ci quelques-unes de mes modestes retouches pratiques d’exécution (coups d’archet, etc.).

44Une objection à propos de votre morceau : il est trop ambitieux et exige, avec un orgueil presque webernien, pour 13 minutes de musique, une somme de travail exagérée. Mais surtout, il dépend trop de la bonne volonté de l’orchestre et de la capacité de s’imposer du chef.

45S’il vous plaît, écrivez-moi enfin quelque chose de direct, c’est-à-dire une musique qui regarde directement dans les yeux et dise directement l’essentiel.

  • 14 Rappelons les mouvements du passage : Calmo e libero. Tema greco in mode frigio (Epitafio di Sicili (...)

46Avec l’orchestre, j’ai eu recours à un stratagème : j’ai raconté que la mélodie principale est une antique mélodie grecque du VIe siècle, une mélodie qui, certes, peut survivre jusqu’à nous, mais qui ne pourrait plus être écrite aujourd’hui. Et que le développement de votre morceau la reflète : dans la lumière du lent Blues anglais, de la joyeuse valse viennoise, de l’exotisme de la Rumba14.

47Mais, mon cher Bruno, – tout cela est trop artistique et cérébral. Soyez avec votre musique finalement présent, aimable, chaleureux, et direct… tout comme vous l’êtes dans la vie.

48[…]

49Bruno, vous vous êtes engagé à faire en sorte que cette année Darmstadt réussisse, avec vous, encore mieux que ces trois dernières années. il faut, pour cela, que vous soyez préparé au mieux, que tous les jours vous fassiez patiemment des répétitions séparées et que, pendant votre période de travail à Darmstadt, vous ne fassiez également rien d’autre sur le plan privé. Même vos chères petites amies ne devront être prises en considération qu’ultérieurement.

50Mes meilleures salutations à Gigi

51Hermann Scherchen

52BRUNO MADERNA A FRANCESCO SICILIANI

53Professeur Francesco Siciliani

54RAI – Radiotelevisione Italiana

55Direzione Servizi Musica

5600195 Roma

57Milan, 4.2.72.

58Cher ami,

59Je désire te soumettre un projet de programmation musicale concernant les prochaines activités du Centre de Milan. Ce programme, qui devrait s’étaler sur les saisons 72-73 et 73-74, vise à améliorer et à développer les qualités artistiques de l’orchestre et du chœur et à réaliser un panorama de la culture musicale mettant en lumière également certains aspects moins vastes mais essentiels à la compréhension du développement et des multiples fonctions de la musique. En outre, vu notre désir commun de préparer l’orchestre et le chœur du siège milanais à d’éventuelles tournées de concerts à l’étranger, la réalisation de ce programme se ferait avec un répertoire inhabituel et extrêmement intéressant, permettant à notre ensemble de mettre en lumière ses propres qualités, tout en évitant les compétitions dangereuses du répertoire habituel.

60Actuellement, la saison symphonique à Milan réunit 18 concerts et commence en janvier pour s’achever le 12 mai. Je propose de la prolonger en portant les concerts au moins au nombre de 22 ; en outre, je considère nécessaire d’organiser une activité annuelle pour les mois d’octobre, novembre et décembre (le mois de septembre devrait servir à « roder » l’orchestre qui revient de vacances).

61Cette activité présaisonnière serait assurée par des groupes instrumentaux et choraux de type musique de chambre et ne devrait pas perturber une éventuelle production d’œuvre lyrique. A cette fin, il convient de régler parfaitement les modalités et les finalités de cette activité, qui devrait se concrétiser avec l’exécution publique d’une série de concerts de musique de chambre (de huit à dix concerts).

62Un des objectifs visés est naturellement de développer l’intérêt, la sympathie, la technique individuelle de chacun des instrumentistes ; un autre consiste à satisfaire leurs ambitions personnelles et artistiques, parfaitement légitimes et saines ; un troisième objectif, enfin, est de pouvoir réaliser de façon adéquate l’exécution d’œuvres très importantes du répertoire ancien, traditionnel et contemporain, qui, pour de nombreuses raisons, ne peuvent être intégrées normalement dans le programme du grand orchestre.

63La constitution de ces groupes vocaux et instrumentaux ne devrait pas être fixe, les œuvres que je souhaiterais programmer étant toutes de facture différente ; de même que les instrumentistes qui formeront ces groupes devraient être choisis non seulement pour leurs capacités, mais, surtout, pour leur disponibilité artistique et humaine. Je voudrais, en somme, que les participants à ces groupes soient toujours différents, aussi bien pour leur faciliter le travail (la musique de chambre est généralement plus difficile que la musique symphonique) que pour créer une atmosphère de saine émulation.

64Le travail de ces groupes devra toujours bénéficier de l’accord, de la supervision et, si besoin, des instructions techniques et directoriales du Maestro Giulio Bertola, ou bien de moi-même. Il faudra également prévoir, du moins pour ces concerts, que soient invités des chefs ou des solistes.

65A présent, j’exposerai une liste d’auteurs dont les œuvres devraient composer les programmes de cette activité : Monteverdi – en choisissant des Canzoni et des Madrigaux guerriers et amoureux, avec l’accompagnement de certains instruments pour réaliser le continuo. Lotti, Caldara, Cavalli, Stradella, Claude le Jeune Maudit, Schütz, Hasse, Purcell, Bach, Haendel, Telemann. Mozart – avec des divertissements, sérénades, etc., et également avec de petites œuvres religieuses avec chœur et soli. Schubert, Mendelssohn, Schumann – avec des œuvres pour différentes formations instrumentales, avec chœur ou sans chœur. Debussy, Ravel, De Falla, Milhaud, Schœnberg, Berg, Webern, Bartok, Stravinsky, Malipiero, Ives, Varèse, Dallapiccola, Petrassi. Berio, Nono, Donatoni, Bussotti, quelques très jeunes comme Giuseppe Sinopoli. Ensuite, quelques étrangers intéressants comme Gilbert Amy, Jean-Claude Eloy, Earle Brown.

66En ce qui concerne la réalisation technique des musiques anciennes (au début de la liste), je souhaite m’occuper de leur édition moi-même.

67Et maintenant, venons-en à l’important programme symphonique. J’ai toujours pensé que, dans une ville aussi vivante que Milan, une saison de concerts devait avoir pour but, en plus d’« amuser le public », d’améliorer la « qualité » de la culture musicale. En outre, la « qualité » de la musique que j’espère pouvoir programmer durant ces deux prochaines années sera la raison principale d’une rencontre toujours plus réussie entre l’orchestre et le public milanais et avec le grand public de la radio. Enfin, la « qualité sans compromis » des programmes constituera justement le meilleur stimulant à la transformation de l’orchestre en un instrument de culture de niveau international. Le programme que je te propose, comme le précédent concernant la musique de chambre, devrait comprendre 50 % de musique allant de Monteverdi (ou avant) à Mahler (non inclus), 30 % de Mahler à Webern. Pour les 20 % restants : de la période de l’immédiat après-guerre à nos jours. Naturellement, ce dernier pourcentage sera représenté par des œuvres sûres, couronnées de succès, ou, de toute façon, d’un engagement et d’un intérêt très forts.

68Monteverdi- l’Orfeo, Les Vêpres de la Très Sainte Vierge.

69Carissimi- Historiae Divitis, ou un autre grand oratorio.

70Josquin Des Prés – une version particulière de la Missa Fortuna Desperata.

71Obrecht- une version particulière de la Messe Sub tuum Presidium.

72Giovanni et Andrea Gabrieli – avec quelques œuvres en introduction ou pour séparer deux autres pièces importantes de musique contemporaine (en plus d’autres pièces anciennes qu’il faudra étudier ; mais seulement des œuvres d’un intérêt actuel).

73Bach- uniquement quelques œuvres que nous connaissons peu.

74Mozart – surtout des œuvres religieuses, y compris les petites avec soli et chœurs.

75Beethoven – seulement quelques œuvres : si possibles peu connues (je trouve qu’il faut attendre quelques années pour le reprendre en grande pompe).

76Et maintenant le plus possible de Schubert et de Mendelssohn. Mais spécialement de Schumann, dont les œuvres devraient devenir le « thème » de la plus grande partie de notre programmation biennale. Il y a, de nos jours, un grand intérêt pour Schumann dans le monde entier et je pense que c’est le moment idéal pour commencer à le « découvrir ». Je t’enverrai à part la liste des nombreux opéras qui ne sont pas connus et que je voudrais programmer.

77Brahms – uniquement quelques œuvres peu connues (le même cas que Beethoven).

78Wagner – je souhaiterais provoquer pour lui aussi une « redécouverte ».

79Je pense d’emblée à des œuvres comme : Wesendonklieder – L’Idylle de Siegfried – L’Ouverture de Faust – Le Voyage de Siegfried sur le Rhin et La Marche funèbre de Götterdämmerung.

80La première avant-garde :

81Mahler- Scriabine – Ives – Debussy – Ravel – Bartok – Malipiero – Schœnberg – Berg – Webern – Varèse – Petrassi – Dallapiccola – Messiaen – Elliott Carter – Κ. A. Hartmann – Stravinsky.

82La deuxième avant-garde :

83Boulez- Stockhausen – Henze – Nono – Berio – Earle Brown – John Cage – Jacob Druckman – Gilbert Amy – Jean-Claude Eloy – Donatoni – Manzoni – Bussotti – Zimmermann – Lutoslawski – Ligeti – Penderecki – quelques très jeunes comme Renosto ou Sciarrino ; et, en plus, quelques autres que j’aurais pu oublier ou que je ne connais pas et que j’ajouterai à la liste. Mais seulement, comme je le répète, avec des œuvres de haut niveau.

84Je ne souhaite pas voir programmer, du moins à Milan, mes œuvres. Je veux être libre de refuser les nombreuses contraintes qu’il me faudra sans doute affronter. Je me ferai des ennemis, mais à visage découvert.

85Cher ami – je sais que ce sera difficile de préserver cet ambitieux programme biennal de toute ingérence ou de l’intrusion d’une musique « sous-développée », mais je sais aussi que tu feras tout pour m’aider, et c’est ce que j’attends de toi. Je ne désire pas discuter du programme que je t’envoie, à moins que tu aies mieux à me proposer. C’est seulement ainsi que je serai en mesure de porter à terme, avec succès, en quelques saisons, cet objectif qui consiste à éduquer et à affiner l’orchestre que tu as toi-même voulu me confier. C’est la première fois dans ma vie que j’assume une responsabilité si grande, et j’ai la très ferme intention d’accomplir mon devoir sans compromis d’aucune sorte. L’ensemble du monde musical (en Europe, en Amérique) connaît ma position. Je n’entend décevoir personne.

86A partir de la prochaine saison, je souhaite diriger au moins huit concerts à Milan. C’est le minimum que je te demande pour faire vite et bien mon travail. En plus de ces huit concerts symphoniques, je voudrais m’occuper personnellement, avec l’aide de Giulio Bertola, des concerts de chambre.

87En ce qui concerne les chefs et les solistes qu’il faudra inviter, je t’enverrai une autre lettre, lorsque tu auras examiné, approuvé ou critiqué ce programme. D’ores et déjà, je peux te dire que, durant mon dernier séjour à New York (Philharmonique), Boulez, Solti, et Ozawa m’ont promis qu’ils viendraient à la RAI de Milan pour la saison 73-74 (ils n’ont pas un seul moment libre avant cette date). Il va de soi que la Direction Générale devrait entreprendre tout de suite les démarches nécessaires (Monsieur Samama pourrait nous aider), sinon, étant des oiseaux rares, ils s’envoleront toujours plus loin de nous.

88A présent je t’embrasse très affectueusement.

89Bruno Maderna

Bruno Maderna, 1932

Notes

1 Référence à la préparation de l’orchestre assurée par Maderna pour le concert commémoratif consacré à Schœnberg, dirigé par Scherchen, le 30 septembre 1951, dans le cadre du Festival international de Musique contemporaine de Venise. Cet engagement est confirmé par une lettre de Ferdinando Bailo, directeur artistique du festival, à Maderna, le 20 septembre 1951. Le programme comprenait : Verklärte Nacht op. 4, Cinq Pièces op. 16, Variations op. 31, Un survivant de Varsovie op. 46.

2 Référence au concert dirigé par Maderna le 18 février 1952 auprès du NWDR, pour le cycle « Das neue Werk ». Le programme, intitulé « Das Junge Italie », comprenait : G. Turchi, Cinque Commenti alle « Baccanti » di Euripide, B. Maderna, Improvvisazione N. l, L. Dallapiccola, Tre pœmi, G. Petrassi, Coro di morti, L. Nono, Composizione per orchestra.

3 Concerts dirigés par Scherchen le 23.2.1952 au Teatro Nuovo de Milan et le 29.2.1952 à la RAI de Turin.

4 Hermann Leeb, responsable musical, avec Rolf Liebermann, du « Studio Zurich » de la radio suisse.

5 Durant cette période, Luigi Nono travaillait aux éditions Ars Viva, fondées par Scherchen en 1949, à Zurich, et reprises ensuite par Schott.

6 Polifonica-Monodia-Ritmica, de Nono, avait été dirigée par Hermann Scherchen au théâtre La Fenice de Venise le 15.11.1952.

7 Maderna avait dirigé un concert à Barcelone le 7. 11.1952.

8 Dans certaines lettres écrites en avril et en juillet 1953, le théâtre de la Scala se montrait intéressé par la production musicale de Maderna et en particulier par son ballet, Das eiserne Zeitalter, qui ne fut pas ensuite exécuté.

9 Dans une autre lettre (1953), Nono avait écrit à Maderna : « J’ai connu Neri Pozza, de Vicence, très intelligent et vif, il a une maison d’édition à Vicence, et nous avons parlé du problème du théâtre : il m’a assuré de trouver au moins quatre idées ou textes ou histoires dans notre direction et de me les présenter à la fin de cette semaine ; car il connaît très bien les possibilités de la nouvelle littérature et des jeunes écrivains : nous verrons. »

10 Scherchen avait dirigé à Munich, le 4. 12.1953, pour les concerts de « Musica Viva », Y su sangre ya viene cantando, de Nono.

11 Lettre du 14.12.1953 à Hermann Scherchen, publiée in Luigi Nono, Contrechamps/Festival d’Automne à Paris, 1987, 9. 39.

12 Référence au concert dirigé le 8 avril 1952 à la RAI de Turin. Le programme était le suivant : A. Bruni Tedeschi, Variazioni, pour orchestre ; F. J. Haydn, Symphonie n° 1 ; H. Searle, The Riverrun, op. 20 ; W. A. Mozart, Symphonie n° 1 ; B. Maderna, Musica n° 2.

13 Par Musica n° 2, nous entendons la Composizione n°. 2 (cf. Bruno Maderna, documenti, p. 198), déjà dirigée par Scherchen en avant-première à Darmstadt, le 26.8.1950.

14 Rappelons les mouvements du passage : Calmo e libero. Tema greco in mode frigio (Epitafio di Sicilio), Englisch Wals (sic) Wiener Walzer, Rumba.

© Éditions Contrechamps, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search