Version classiqueVersion mobile

La Dimension du temps

 | 
Elliott Carter

Hommages

In memoriam : Stefan Wolpe, 1902-1972

Traduction de John Tyler Tuttle Jr

Texte intégral

1Le rayonnement d’une comète, une grande conviction, une intensité fervente, la pensée pénétrante sur plusieurs niveaux de sérieux et d’humour, le tout associé à une soif de l’aventure à couper le souffle, et de l’originalité : voilà ce qui marquait autant la vie, intérieure et extérieure, de Stefan Wolpe, que ses compositions. Source d’inspiration pour ceux qui le connaissaient, ces qualités en touchent d’autres encore à travers sa musique. Ceux qui l’ont bien connu ne pouvaient s’empêcher d’éprouver de l’admiration et de l’affection pour l’homme comme pour le musicien. Un contact avec lui était une expérience si importante qu’il n’est pas surprenant qu’il eût été entouré de beaucoup d’amis et d’élèves dévoués, qui l’aidèrent dans ses problèmes de publications et d’exécutions, pour trouver des postes d’enseignant ou encore sauver ses manuscrits lors d’un incendie il y a quelques années, ainsi que, personnellement, quand sa santé se détériora. La force de sa personnalité artistique, motivée comme elle l’était par une profonde conviction et une façon foncièrement originale de faire les choses, semblait parfois ignorer avec superbe la prudence, tandis que souvent ce qu’il faisait se révélait être la seule bonne façon d’agir.

2Je me rappelle comme si j’y étais une journée en Angleterre à l’époque où j’enseignais à la faculté de musique à Dartington Hall où Wolpe était venu en visite. Je lui demandai d’assurer mon cours de composition pour les jeunes Anglais, ayant la conviction qu’avec lui, au moins, ils auraient enfin un cours valable. Il commença par parler de sa Passacaille, une œuvre pour piano articulée en sections dont chacune est basée sur un intervalle musical – seconde mineure – seconde majeure, etc. Aussitôt assis au piano, il fut gagné par une méditation au sujet de la nature merveilleuse de ces matériaux premiers, les intervalles, les rejouant au piano à plusieurs reprises, les chantant, les hurlant, les fredonnant, à haute voix ou doucement, rapidement ou lentement, courts et détachés, tenus et expressifs. Nous oubliâmes tous le temps et l’heure de la fin du cours. Pendant qu’il nous menait du plus petit intervalle, un accord de seconde mineure, au plus grand, une septième majeure – ce qui prit tout l’après–midi – la musique renaissait, un nouvel éclairage se faisait et nous savions tous que plus jamais nous n’écouterions la musique de la même façon. Wolpe fit en sorte que chacun de nous ressente très directement le pouvoir vivant de ces éléments premiers. Dorénavant, l’indifférence n’était plus possible. La majorité d’entre nous n’avait jamais reçu une telle leçon de musique – ni auparavant ni, je présume, depuis.

  • 1 Voir : « Stravinsky et les autres modernes en 1940 », dans le présent volume. (N.d.É.)
  • 2 Célèbres auteurs de comédies musicales américaines telles que La Mélodie du bonheur, Carousel et O (...)

3J’ai rencontré la musique de Wolpe pour la première fois dans les années vingt quand il écrivait des chants ouvriers, un peu dans le genre de Weill ou Eisler pendant la République de Weimar. Lorsque la menace du nazisme s’accrut, il quitta son Berlin natal pour se rendre en Russie, puis en Roumanie, en Autriche et enfin, en ce qui était à l’époque la Palestine. Pendant cette période, on entendait peu sa musique, jusqu’à ce qu’il émigrât aux États-Unis en 1939. Ce fut vers cette époque que je fis la critique de ses March and Variations pour deux pianos, composées en 1931, les qualifiant de « la seule œuvre au programme montrant les signes d’une véritable originalité1 ». Mais ce ne fut qu’avec ses Songs from the Hebrew, donnés au Théâtre McMillan de l’Université de Columbia, que Wolpe devint l’un des modernes pour qui j’éprouvais – comme encore aujourd’hui – le plus d’enthousiasme. Par la suite, nous avons entendu la Passacaille pour piano, l’étonnant Battle Piece, de nombreuses partitions de musique de chambre, merveilleuses, et enfin, la Symphonie (1955-56), commandée par Rodgers et Hammerstein2 en collaboration avec la League of Composers-ISCM. Cette œuvre s’est révélée être l’une des pages les plus remarquables mais également les plus difficiles de notre époque.

4Quand elle fut enfin programmée par l’Orchestre Philharmonique de New York, six ans après son achèvement, Wolpe, déjà malade, fit copier les parties hâtivement, le bibliothécaire de l’orchestre devant en recopier au dernier moment, une tâche à laquelle plusieurs amis du compositeur participèrent. La musique elle-même dépassait les compétences des musiciens, vu leur manque d’expérience de la musique nouvelle ainsi que le nombre restreint de répétitions, et cela en dépit de la bonne volonté et des efforts vaillants de la part de nombreux musiciens comme Stefan Bauer-Mengelberg à qui l’on avait fait appel pour la diriger. Tous ses amis se souviennent avec amertume que seuls furent donnés deux des trois mouvements – et de façon insatisfaisante.

5Tragiquement, peu avant cette exécution (dans tous les sens du terme), lorsque Wolpe était à l’American Academy à Rome, la maladie de Parkinson commença à se manifester et descendit désormais comme une ombre sur le corps de cet homme si vif. À partir de 1961 environ, jusqu’à sa mort au printemps de 1972, l’esprit intact mais physiquement diminué au point de ne pouvoir pousser un crayon sur une feuille de papier, il continuait toujours à enseigner, réfléchir et composer, produisant encore des œuvres remarquables. A cette période de sa vie, le courage, la détermination, la soif de vivre et d’agir à travers son art étaient très marquants. Peu ont subi ce qu’il a subi, et encore moins ont su continuer comme lui dans de telles circonstances.

6Aujourd’hui, sa vie terrestre ayant pris fin, ce qui émerge plus nettement est l’énorme courage moral dont Wolpe a fait preuve pendant ses dernières années ; c’est la qualité même qui donne à son œuvre son pouvoir radieux et son originalité. Pour moi, sa musique exprime sans équivoque sa profonde conviction dans les valeurs de l’art et de la vie et les rend immédiatement saisissables, quelque chose de très inspirant à l’époque peu encourageante où nous vivons.

7In Memoriam Stefan Wolpe, 1902-1972

8Perspectives of New Music, 11 n° 1 (automne-hiver 1972) [3-5].

Notes

1 Voir : « Stravinsky et les autres modernes en 1940 », dans le présent volume. (N.d.É.)

2 Célèbres auteurs de comédies musicales américaines telles que La Mélodie du bonheur, Carousel et Oklahoma ! (N.d.T.)

© Éditions Contrechamps, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search