Version classiqueVersion mobile

György Kurtág : entretiens, textes, écrits sur son œuvre

 | 
György Kurtág

À György Kurtág

Rimma Dalos
Traduction de Dominique Leveillé

Texte intégral

PORTRAIT

Maison
Une façade est ensoleillée
L’autre dans l’ombre,
et aux fenêtres, une lourde grille.

Habits
Complet gris, chemise grise,
et de l’intérieur
l’éclat frileux d’un homme.

Visage
Front comme un miroir,
nez triste
et une paire d’yeux enfantins.

***

Pour Sémélé, plus de repos, elle a reconnu
dans son amant passionné
le terrible Zeus.
Elle l’avait tant supplié, prié
de se montrer dans son aspect céleste.
Zeus savait pourtant tout le danger,
savait qu’il consumerait la vierge innocente,
il ne souhaitait pas sa mort, et pourtant
l’orgueil du maître du tonnerre l’emporta.
Il apparut à la vierge dans l’éclat
divin – la vierge fut réduite en cendres,
laissant son fruit entre les mains
du dieu solitaire.

***

Chronos et Rhéa se sont changés en serpents,
dans les cendres et la peur ils rampent solitaires
laissant derrière eux de fins filets de traces.
Or il fut un temps où Chronos tuait les enfants conçus,
Rhéa dans la souffrance portait en son sein les fils, les filles.
Il fallut se séparer de chacun. Elle n’en sauva qu’un seul.
À l’âge d’homme, le fils renversa son père du trône d’or,
Chronos et Rhéa n’ont plus de paix, ils rampent dans les
cendres et la poussière,
Serrés l’un contre l’autre.

***

Les feuilles mortes bruissent sous les pas,
comment pourrais-je ignorer tout le danger
des promenades sous un ciel décoloré ?
Qu’est-ce donc ? L’amour à nouveau ?
Qui croira que mon cœur s’est éveillé ?
À nouveau, il bat en mesure avec l’espoir radieux.
Mon esprit froid répète : oublie.

***

Je gis
crucifiée sur le tapis,
Des pieds étrangers piétinent
le corps blanc.
Des traces étrangères
sur la poitrine, les hanches,
Je perds des larmes
dans les losanges du tapis.

1Paru pour la première fois dans le programme du festival Archipel-Musiques d’aujourd’hui, Genève, 1993.

© Éditions Contrechamps, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search